“Jörg Haider, le phénix. Histoire de la famille politique libérale et nationale en Autriche” – Interview de l’auteur, Lionel Baland

“Jörg Haider, le phénix. Histoire de la famille politique libérale et nationale en Autriche” – Interview de l’auteur, Lionel Baland

[box class=”info”] Lionel Baland, spécialiste des partis patriotiques en Europe et correspondant de Novopress, publie aux Éditons des Cimes à Paris un livre intitulé « Jörg Haider, le phénix. Histoire de la famille politique libérale et nationale en Autriche. ».

Cet ouvrage présente : la vie privée de Jörg Haider et de sa famille, sa carrière politique, l’histoire depuis 1848 de la tendance idéologique qu’il représente, la Carinthie dont il a été gouverneur. Le livre a été réalisé à partir de sources en allemand, de rencontres avec des proches de Jörg Haider, de visites de lieux en rapport avec sa vie. [/box]

Novopress : Quelle est la principale caractéristique de la méthodologie politique de Jörg Haider ?

“Jörg Haider, le phénix. Histoire de la famille politique libérale et nationale en Autriche” – Interview de l’auteur, Lionel Baland Lionel Baland : La méthodologie de Jörg Haider s’appuie sur un bastion : la Carinthie. En 1976, appelé par le président du FPÖ de Carinthie en tant que secrétaire du parti, Jörg Haider y débarque. Il quadrille systématiquement le terrain. Il sillonne ce Land de 500.000 habitants qui est à cette époque un bastion socialiste. Grâce à ces méthodes innovantes, il conquiert ces terres dont il devient gouverneur. Jörg Haider est actif à deux étages différents de la politique de son pays : lorsqu’il n’est pas en Carinthie, il mène ses activités politiques au niveau national à Vienne. Grâce à son bastion, il peut à tout moment quitter la politique nationale afin de se replier en Carinthie et d’y travailler le terrain avant de rebondir au niveau national. La Carinthie constitue également une vitrine de ses réalisations.

Novopress : Quel type de parti est le FPÖ ?

 Lionel Baland : Le FPÖ est un parti libéral qui a été membre de l’Internationale libérale. Lors de la  révolution allemande de 1848, qui se déroule à Francfort-sur-le-Main, les libéraux exigent des mesures libérales (liberté de la presse, d’association, de réunion…), mais également des mesures sociales. Ils sont également anticléricaux, c’est-à-dire opposés à une intervention de l’Église dans les affaires de l’État. Si ces idées sont partagées à l’époque par les libéraux au sein des différents pays d’Europe, en Allemagne ceux-ci désirent également réaliser l’unité du peuple allemand par le bas. Ils s’opposent à l’Allemagne des princes, constituée d’une multitude d’États.

De nos jours, cette idée d’unir l’ensemble du peuple allemand a quasiment disparu au sein du Parti libéral allemand, le FDP. Par contre, elle a survécu au sein du FPÖ.

Novopress : Que penser des conditions du décès de Jörg Haider ?

 LB : La version officielle ne tient absolument pas la route. J’explique pourquoi au sein du livre.

Novopress : Quel est le principal enseignement que vous tirez de la réalisation de cet ouvrage ?

 LB : Ce qui m’a le plus frappé au cours des recherches que j’ai réalisées sur le sujet, c’est le fonctionnement de la presse. De plus, les pratiques douteuses des médias autrichiens sont amplifiées par la presse française. Un article sort en allemand dans un quotidien ou un hebdomadaire autrichien et la presse francophone traduit cette information et la publie. Plus tard, il apparaît que ces données sont fausses ou incomplètes et la presse française n’émet pas un démenti ou un rectificatif.

Une fois que des articles ont été diffusés au sein de journaux ou hebdomadaires du système, ces écrits deviennent des sources fiables pour la réalisation d’articles de l’encyclopédie en ligne Wikipédia, pour des professeurs d’université qui écrivent des travaux ou pour la publication de livres.

 

* Lionel Baland – Jörg Haider, le phénix. Histoire de la famille politique libérale et nationale en Autriche. Edition des cimes, 2012.