Des touristes non désirés pour Le Voyage à Nantes

Des touristes non désirés pour Le Voyage à Nantes

18/06/2012 — 20h00
NANTES (NOVOpress Breizh) — Le Voyage à Nantes refusait d’utiliser la contrainte contre les Roms installés de force sur un terrain destiné à une œuvre artistique. Les touristes désireux de contempler celle-ci devront traverser le campement.

Depuis plusieurs mois, les organisateurs de la manifestation touristique Le Voyage à Nantes se demandaient comment dégager l’une de leurs « œuvres artistiques », le pendule de Roman Signer fixé sur une centrale à béton désaffectée de Trentemoult, sur la rive gauche de la Loire. Située sur un terrain envahi par plusieurs familles de Roms et leurs caravanes, l’œuvre n’était pas montrable en l’état à des touristes autres que les Roms eux-mêmes (puisque c’est à ce titre qu’ils sont entrés en France).

Pour que des Roms s’en aillent, suffit-il de le leur demander aimablement, comme l’espéraient les organisateurs ? Non, si l’on en juge par cette expérience précise : le coup d’envoi du Voyage à Nantes a été donné le 15 juin et les Roms occupent toujours le terrain de Trentemoult. On a cependant réussi à limiter les nuisances visuelles en éliminant les carcasses de voitures qui entouraient celle de la centrale à béton.

L’idée délirante émise par une association pro-Roms locale – transformer les Roms en médiateurs culturels qui auraient accueilli les touristes sur le site pour leur expliquer l’œuvre – n’a évidemment pas eu le moindre début d’exécution. Les touristes désireux de contempler le pendule de Signer devront donc traverser le campement sous l’œil goguenard des occupants du lieu.