LLe Vlaams Belang lance une campagne contre la délinquance, sur le modèle de l'UDC

Le Vlaams Belang lance une campagne contre la délinquance, sur le modèle de l’UDC

13/06/2012 — 08h00
BRUXELLES (NOVOpress via Lionel Baland) —
Le Vlaams Belang a présenté hier, le 12 juin 2012, au matin sa campagne anti-criminalité intitulée « Sans pardon ». 700 panneaux de 20 m2 vont recevoir l’affiche et des dépliants vont être distribués dans tous les bus de Flandre.

À travers cette action, le Vlaams Belang dénonce la constante augmentation de la délinquance : vols, trafics de drogue, vols à la tire, attaques à main armée et même meurtres et coups mortels croissent en ce moment. Le nombre de cambriolages a augmenté l’année dernière : environ 70.000, soit une accroissement de 10 %. Ainsi, la Belgique bat un record et va à l’encontre de la tendance européenne qui voit le nombre de délits chuter.

Tâche centrale des autorités

Au fil des années, la Belgique est devenue un havre pour les criminels de tous bords. La responsabilité du monde politique est énorme. Plutôt que d’être combattue, la criminalité est encouragée par une politique extrêmement laxiste. Le manque de sanctions est tel que la Belgique semble être un parc d’attraction pour les bandes criminelles.

Filip Dewinter : « Il est grand temps que la peur change de camp. Au travers de cette campagne, nous voulons placer de nouveau à l’agenda politique la tâche centrale des autorités qui est d’assurer la sécurité des citoyens. »

Le Vlaams Belang dénonce les mesures du gouvernement belge actuel qui, à travers une loi, a rendu l’interrogatoire des suspects plus difficile à la grande frustration des policiers.

Politique ferme indispensable

Le Vlaams Belang est le seul parti favorable à une politique ferme à l’encontre de la délinquance : les malfaiteurs doivent séjourner en prison, les délinquants étrangers doivent prester leur peine dans leur pays d’origine et les peines doivent être prestées jusqu’au bout. Plus de pardon pour les délinquants.