Impact de l’implantation des identitaires niçois sur les résultats électoraux du FN sur le canton de Nice 3

Impact de l’implantation des identitaires niçois sur les résultats électoraux du FN sur le canton de Nice 3

Nous vous livrons ici (sur le site de Nissa Rebela, note de Novopress) une passionnante étude de sociologie électorale effectuée par l’une des responsables de l’association Les Identitaires (qui a en charge la formation et la réflexion intellectuelle et stratégique dans le mouvement identitaire). Cette étude tend à démontrer – chiffres à l’appui – que l’implantation identitaire dans le canton de Nice 3 y a renforcé le vote FN lors des scrutins nationaux. Exemple simple : alors que Marine fait, en 2012, 2270 voix de moins que le total JMLP/Mégret de 2002 sur Nice Ville, elle dépasse de 401 voix ce même total sur le seul canton de Nice 3 !

En 2001, sur le canton de Nice 3, ouvre la Librairie du Paillon, dirigée par Benoît Lœuillet. C’est la première pierre, encore inconsciente, de l’implantation des identitaires niçois dans le quartier du Port. En 2004, de l’autre côté du pâté de maison de la librairie, les JI Nissa inaugurent leur première maison de quartier, La Maioun. Peu à peu, différents militants ou sympathisants identitaires s’installent dans le quartier, pour y habiter ou y exercer leur activité professionnelle. En 2010, après la fermeture de La Maioun, c’est proprement au dos de la librairie que les identitaires niçois ouvrent leur nouveau local, Le Bastioun qui devient aussi, de fait, le siège de Nissa Rebela.

Depuis les législatives de 2007, Nissa Rebela est régulièrement représentée aux élections qui se déroulent sur ce canton, Philippe Vardon y obtenant 4,44% aux cantonales de 2011 (394 voix).

I – Le meilleur canton FN en 2012

Quatrième meilleur canton (sur 14) pour Jean-Marie Le Pen le 21 avril 2002 (29,29%), il est devenu, au premier tour des présidentielles 2012, le meilleur canton de Nice pour Marine Le Pen (28,33%). Quand Marine gagne 99 voix sur tout Nice par rapport à son père en 2002, elle en gagne 714 sur Nice 3. Seul le canton de Nice 9 fait mieux (771 voix de plus) mais il a connu une hausse du nombre d’électeurs inscrits de 10,6% entre 2002 et 2012 alors que le nombre d’inscrits de Nice 3 n’a progressé que de 1,7%. Mieux, alors que Marine fait, en 2012, 2270 voix de moins que le total JMLP/Mégret de 2002 sur Nice Ville, elle dépasse de 401 voix ce même total sur le seul canton de Nice 3 !

Bref, en pourcentage comme en voix, le canton de Nice 3 est devenu en 10 ans le bastion du vote Le Pen à Nice. Difficile de ne pas voir un lien entre cette évolution et le fait que ce canton soit aussi le “bastioun” militant des identitaires niçois…

Pour se faire une idée plus précise de ce phénomène, nous avons comparé les résultats du vote Le Pen sur le canton de Nice 3, le canton de Nice 12 (qui appartient à la même circonscription législative) et la ville de Nice aux élections présidentielles et européennes entre 2002 et 2012. Pour le 21 avril 2002, le score de Bruno Mégret est indiqué. Tous les résultats sont issus de ce site.

Pour lire la suite