Euro 2012 : l’Ukraine se réjouit de son identité, gage de paix civile

01/06/2012 – 10h00
KIEV (NOVOpress) – Lundi, à l’antenne de la BBC, Sol Campbell, l’ancien capitaine de l’équipe d’Angleterre de football, a accusé l’Ukraine d’être sous l’emprise de gangs néonazis ! Une accusation qui tombe à pic alors que les dirigeants européens, François Hollande en tête, songent à boycotter l’Euro 2012 qui se déroulera en Ukraine. Ce pays de l’Europe de l’est organise en effet cette compétition européenne de football en partenariat avec la Pologne, à partir du 8 juin.

L’ex-footballeur a lui aussi appelé au boycott de l’Euro 2012 en lançant à la télévision : « Restez chez vous, regardez-le à la télévision! », n’hésitant pas à mettre en garde les fans de foot de toute envie de séjour dans la patrie de l’actuel président ukrainien, Viktor Ianoukovitch : « Ne prenez surtout pas ce risque car vous pourriez revenir dans un cercueil ! », a-t-il dramatisé.

Le gouvernement ukrainien, qui a le tort aux yeux du camp occidental d’être plus proche de Moscou que de Washington, ne se laisse pas intimider. « Accuser l’Ukraine d’être fasciste et raciste, et le faire de la manière dont le font les médias britanniques, des footballeurs britanniques et des hommes politiques britanniques est tout simplement scandaleux », a déclaré Oleg Volochine, le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères.

Oleg Volochine a rappelé quels étaient les vrais dangers auxquels l’Europe doit répondre en 2012 : « Nous n’avons pas de violences interethniques dans nos rues, comme cela s’est passé à Paris il y a quelques années ou à Londres l’an dernier ». Oleg Volochine peut toucher du bois : une identité préservée, c’est une chance  pour l’avenir du peuple ukrainien.

Crédit photo : rafizeldi via Flickr, licence CC.