Kiosque Courtois du samedi - Logo – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi 26/5/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

[box]Le samedi, une revue de la semaine des “Bulletins de Réinformation” de Radio Courtoisie. Ce Kiosque est présenté aujourd’hui par Jean-Yves Le Gallou et Anne Dufresnes.

Novopress a publié dès samedi matin, en différé, l’audio de ce Kiosque Courtois dans la fenêtre “Radio Courtoisie : le bulletin de réinfo” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte.[/box]

FRANCE

Taubira, icône noire du gouvernement et premier problème de François Hollande

Kiosque Courtois du samedi 26/5/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Le garde des Sceaux, Christiane Taubira, a commencé comme militante indépendantiste et a voté pour l’autonomie de la Guyane, lors du référendum de 2010.
Elle est connue pour la loi mémorielle qui porte son nom. Nombre d’historiens ont réclamé l’abrogation de cette loi. Au nom de la liberté de recherche historique sur l‘esclavage et la colonisation.

Le parcours politique de Taubira donne le tournis.

Parlementaire depuis 1993, elle a soutenu Balladur. Puis rejoint Bernard Tapie et les radicaux de gauche. Revenue à l’Assemblée nationale en 1997, elle a siégé avec les socialistes puis avec les Verts.

Une carrière aussi ondoyante qu’un fleuve amazonien.

En 2002, elle est candidate à la présidentielle et obtient 2,32 % des voix, ce qui fait chuter Jospin.
Proche de la journaliste antillaise Audrey Pulvar, elle soutient Arnaud Montebourg lors de la primaire socialiste de 2011.
On notera qu’en 2004, Madame Taubira a été condamnée aux prud’hommes pour licenciement injustifié et rupture abusive de CDD à l’encontre de son ancienne assistante parlementaire.

Un début au gouvernement sur les chapeaux de roue…

Taubira a déjà annoncé la suppression des tribunaux correctionnels pour les mineurs. Une bonne nouvelle pour les petits voyous récidivistes. Et sa première visite dans une prison a débouché sur une évasion. Une manière comme une autre de lutter contre la surpopulation carcérale !
Taubira est devenu la bête noire de Copé qui oublie, un peu vite que Nicolas Sarkozy, lui avait proposé d’entrer au gouvernement en 2007. Avant de lui confier une mission parlementaire en 2008.

Taubira se voit flanquée d’une ministre déléguée à la justice en la personne de Delphine Batho 

Delphine Batho, ancienne militante syndicale dans un lycée bourgeois du Ve arrondissement parisien, a été vice‑présidente de SOS Racisme. Proche de Julien Dray, elle a récemment fait l’objet d’une polémique du fait de son logement à loyer modéré, alors que ses indemnités parlementaires ne la laissaient pas franchement dans le besoin…

Yamina Benguigui est la ministre déléguée à la francophonie et aux français de l’étranger

Yamina Benguigui (photo) est une femme de télévision qui a la double nationalité franco‑algérienne. Elle est réalisatrice du documentaire « mémoires du 9/3 », moins historique que militant. Elle est la sœur de la porte‑parole « diversité » du MEDEF. Elle est par ailleurs membre du club d’influence Le Siècle.

Enfin, sur Internet circule une information selon laquelle elle aurait déclaré le 21 octobre 2004 dans la revue « Courrier cadres » : « A qualité égale, priorité au beur puisqu’il a eu plus d’obstacles à franchir qu’un blanc de souche ».

 

Les atlantistes militants sont nombreux au gouvernement Ayrault

Le site Atlantico a révélé récemment que plusieurs personnalités du nouveau gouvernement, et non des moindres, n’étaient pas du tout hostiles à l’atlantisme et pour cause : ils font partie des « Young Leaders ».

Il s’agit d’une formation offerte chaque année à une dizaine de hauts diplômés par la French American Foundation. Un réseau d’amitié atlantiste très sélectif soutenu entre autres par la Banque Lazard. Cette fondation a été par le passé présidée par John Negroponte, ancien chef des services secrets américains.

Parmi les « Young Leaders » en question, on trouve le Président Hollande, mais également Najat Belkacem, Marisol Touraine, Moscovici, ou Montebourg. Le précédent gouvernement, il est vrai, n’était pas en reste avec des Young Leaders comme Juppé, Kosciuzko-Morizet, Wauquiez ou Pécresse…

Et qu’en est-il des sympathies sionistes ?

Pour le journal israélien JSS News  : « le premier gouvernement Hollande-Ayrault n’aurait pas pu être plus amical envers les français d’Israël, les juifs de France et ceux qui partagent les valeurs d’autodétermination du sionisme ». Et le journal de rappeler que Jean-Marc Ayrault est membre du Cercle Léon Blum ; que ce n’est pas Védrine mais Fabius qui se trouve au Quai d’Orsay ; que Vincent Peillon a célébré récemment la bar-mitzvah de ses enfants ; que Michel Sapin a souvent avoué son admiration pour « le miracle économique israélien » ; qu’Aurélie Filipetti a dénoncé les dérives anti-sionistes des Verts ; que Moscovici a avoué être entré au PS notamment en tant que juif admirateur de Léon Blum.

Mais le premier de la classe, c’est Manuel Valls

Il est qualifié- je cite -de « personnalité socialiste préférée des juifs et des sionistes qui s’est battu contre la création unilatérale d’un Etat palestinien ». Manuel Valls qui, a- je cite – « Israël au cœur » a accordé l’une de ses premières visites, comme Ministre de l’Intérieur, au dîner du CRIF de Marseille, ce 21 mai dernier.

Quelques nouvelles des élections législatives :

Jacques Bompard réalise l’union à la base

Kiosque Courtois du samedi 26/5/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

De gauche à droite, Jacques Bompard et Louis Driey

Le maire d’Orange aura contre lui un candidat officiel du Front National et un de l’UMP. Mais il réalise l’union à la base dans la 4e circonscription du Vaucluse. De nombreux élus et cadres locaux de l’UMP, du Modem, du Parti radical, du Nouveau centre et du Front national sont venus le rejoindre. Le soutien le plus emblématique est celui de Louis Driey, maire UMP de Piollenc, adversaire de Bompard aux cantonales de 2008, et qui est cette fois son suppléant. Autre renfort de poids : Patrick Bassot, l’un des deux conseillers généraux Front national de France. Dans la troisième circonscription du Vaucluse où Marion Le Pen se présente, Bassot soutient naturellement la candidate Bleu‑Marine. Mais dans la quatrième, il soutient Bompard, ainsi d’ailleurs qu’Hervé de Lépineau, suppléant de Marion Le Pen et vice‑président de la Ligue du sud.

Une chasseuse rejoint le Rassemblement Bleu Marine

Nathalie Huiart était la figure de proue du parti Chasse Pêche Nature et Traditions dans le département de la Somme. Elle sera la candidate du Rassemblement Bleu marine dans une circonscription où Marine Le Pen a devancé Nicolas Sarkozy, lors du premier tour de la présidentielle.

Le parti Pirate sera aussi présent

Plus de 100 candidats porteront les couleurs du Parti Pirate aux élections législatives. Une formation qui a déjà des députés en Scandinavie. Et qui est représentée dans quatre parlements régionaux en Allemagne.

En France, les pirates visent un électorat urbain et technophile. Ils militent essentiellement pour les libertés sur Internet, le droit au téléchargement et la libéralisation des règles de la propriété intellectuelle.

Ils se sont déjà fait remarquer en pointant du doigt le manque de transparence des conditions de vote sur Internet des Français de l’étranger.

La bataille électorale d’Hénin‑Beaumont entre Mélenchon (photo) et Le Pen promet d’être intense

Kiosque Courtois du samedi 26/5/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Selon un sondage IFOP réalisé pour faire la une du JDD, le Front de gauche devancerait le parti socialiste au premier tour, et battrait le Front national au second tour avec 55 % des intentions de vote contre 45.

Le secrétaire général du FN a rappelé que l’IFOP, dirigé par la présidente du MEDEF, Laurence Parisot, a déjà plusieurs fois minimisé les intentions de vote pour Marine Le Pen aux élections, se trompant même de 10 % en 2007. 10 %, une broutille !

Le nouveau ministre de l’éducation supprime le dispositif d’évaluation du niveau des écoliers

Vincent Peillon ne veut plus mesurer les acquis des CM1‑CM2.

Mais casser le thermomètre n’a jamais réglé les problèmes.

Le CRIF obtient l’interdiction d’un spectacle de Dieudonné

« Dieudonné ne passera pas !», c’est l’affirmation d’Hubert Allouche, délégué régional du CRIF en Languedoc‑Roussillon. A sa demande, le maire de Montpellier Hélène Mandroux, a immédiatement signé un arrêté municipal interdisant le spectacle projeté. Deux précautions valant mieux qu’une, Hubert Allouche a également avoué avoir fait personnellement pression sur la salle de spectacle, le Multiplex Gaumont.

 

Nouvelles internationales

Kiosque Courtois du samedi 26/5/2012 – L’actualité de la semaine en écrit En Serbie, le candidat populiste est élu président

Surprise, surprise, les médias de l’oligarchie annonçaient la réélection du libéral Boris Tadic. Mais c’est le candidat populiste, Tomislav Nikolic (photo), qui a gagné l’élection présidentielle serbe du 21 mai. Hostile à l’OTAN, Nikolic affirme à la fois vouloir sortir la Serbie de la crise économique et ne pas abandonner le Kosovo, berceau historique de la Serbie.

En Italie, les partis en place souffrent aux élections municipales

L’échec est patent pour le parti de Berlusconi. Et pour la Ligue du Nord décrédibilisée par les abus de la famille Bossi. Mais les partis traditionnels de gauche sont aussi à la peine.

Ceux qui montent sont les partis ou les candidats hors système, hostiles au gouvernement technocratique de Mario Monti.

Un comique nommé Beppe Grillo, une sorte de synthèse entre Coluche et Pierre Desproges, a créé de toutes pièces un nouveau parti dit « les cinq étoiles » qui a été la révélation de ces élections. Les Cinq étoiles a remporté haut la main la ville de Parme, en Emilie. Une ville de 160 000 habitants traditionnellement à gauche, avec plus de 60% des suffrages. Ils ont remporté ailleurs trois municipalités.

Grèce, les trotskystes tout près du pouvoir

Avec un potentiel de 28% des suffrages aux nouvelles législatives grecques de juin prochain, Alexis Tsipras, le dirigeant de la gauche radicale risque de devenir le prochain premier ministre grec.

Le chiffre de la semaine, c’est trois milliards

3 milliards d’euros, c’est le montant des sommes retirées par les citoyens grecs de leurs banques depuis le 6 mai dernier. Trois milliards en deux semaines ! Le journal « Le Monde » parle de panique bancaire et affirme que les grands acteurs financiers de la City ont adapté leurs systèmes informatiques en prévision d’une sortie de l’euro et d’un retour à la drachme.

Et la phrase du jour est de Nouriel Nouribini

Dans Les Echos, le fameux économiste a estimé que le sauvetage financier de la Grèce était voué à l’échec. Je cite : « la sortie de la zone euro est la seule voie possible. La compétitivité et la croissance seraient rapidement rétablies par un retour à la monnaie nationale, accompagné d’une forte dévaluation ».

L’autre chiffre de la semaine c’est zéro pour cent

Pour la première fois, l’Etat allemand a émis des bons du Trésor ne rapportant… rien ! Ou presque, car ces obligations à deux ans ont été en réalité achetées à un prix de 0,07% en dessus de leur valeur faciale. Mais pourquoi donc les investisseurs acceptent-ils de prêter gratuitement aux Allemands ? Tout simplement parce qu’ils sont sûrs de retrouver leur mise, ce qui leur paraît moins sûr que quand ils achètent de la dette française par exemple… L’agence financière allemande a cependant prévenu qu’elle n’irait pas plus loin et n’émettrait pas d’obligations à rendement négatif.

Le Bundestag veut conserver sa souveraineté face à l’OTAN

Lors du dernier sommet de l’OTAN à Chicago, l’organisation atlantique a discuté des moyens de rendre son action plus « efficace ». Entendez : rendre son action plus indépendante des aléas de la démocratie parlementaire. Ainsi, les cas où les parlements nationaux doivent donner leur aval à une intervention militaire commune devraient-ils être réduits. Cela n’est pas du goût du Bundestag, dont l’ensemble des groupes parlementaires ont protesté contre cette extension du domaine de la lutte atlantiste ! Les Allemands semblent décidément les plus décidés à défendre leur souveraineté.

Emeutes raciales en Israël

Brandissant des drapeaux israéliens et scandant : « Expulsez les Soudanais !», des habitants d’un quartier pauvre de Tel‑Aviv s’en sont pris mercredi soir à des immigrés africains, pour la plupart originaires du Soudan et de l’Erythrée.

Quelle a été la réaction du gouvernement ? Aussi incroyable que cela puisse paraître, le ministre de l’Intérieur, Eli Yishai, dirigeant du parti ultrareligieux Shas, a apporté son soutien aux émeutiers !