Kiosque Courtois du samedi - Logo – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi 19/5/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

[box]Le samedi, une revue de la semaine des “Bulletins de Réinformation” de Radio Courtoisie. Ce Kiosque est présenté par Henri Dubost et Catherine Noailles.

Novopress a publié dès samedi matin, en différé, l’audio de ce Kiosque Courtois dans la fenêtre “Radio Courtoisie : le bulletin de réinfo” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte.[/box]

FRANCE

Une passation de pouvoirs « apaisée » comme l’a répété à l’unisson une presse atteinte de psittacisme aigu

Kiosque Courtois du samedi 19/5/2012 – L’actualité de la semaine en écritLa passation des pouvoirs entre l’ancien et le nouveau président de la République a eu lieu mardi, à l’Elysée. Les deux présidents se sont entretenus en tête à tête pendant une quarantaine de minutes. Nicolas Sarkozy a ensuite quitté l’Elysée, sous les applaudissements de son dernier carré d’admirateurs. « Carla et son époux vont souffler un peu, réfléchir à leur avenir mais aussi redécouvrir un autre rythme, sur un autre mode », souligne-t-on dans l’entourage de l’ex-première dame de France. C’est à Marrakech, haut lieu des parties fines de la nomenklatura UMPS que l’ex-locataire de l’Elysée devrait aller se mettre au vert, accompagné de son épouse et de sa fille, dans une luxueuse villa dont un généreux homme d’affaires émirati lui a fait cadeau à l’occasion de la naissance de la petite Giulia.

La météorologie ne semblait pas socialiste mardi dernier

Déluge de pluie au moment où le président s’est rendu sous l’Arc de Triomphe : c’est trempé comme un rat que François Hollande a ranimé la flamme du soldat inconnu.
Kiosque Courtois du samedi 19/5/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Quant à son hommage à Marie Curie, il s’est carrément fait sous la grêle.

Pluie, grêle… et foudre !

François Hollande est ensuite allé à Villacoublay prendre l’avion pour se rendre en Allemagne afin de rencontrer Angela Merkel. Mais en raison de la foudre, son avion a dû faire demi‑tour, retardant sa rencontre avec la chancelière allemande. Laquelle, curieusement, a voulu y voir un présage heureux…

C’est d’autant plus curieux que Mme Merkel ne pouvait ignorer ce dicton très usité outre-Rhin : « Wenn Engel reisen, lächelt der Himmel »…

… « Quand les anges voyagent, le ciel sourit ».

Exactement ! Et le ciel idéologique s’est également subitement assombri pour le nouveau président…

Kiosque Courtois du samedi 19/5/2012 – L’actualité de la semaine en écritChacun ses bourdes. Par son discours de Dakar au tout début de son quinquennat, discours dans lequel il avait confondu l’histoire des peuples enracinés et l’universalisme républicain, Sarkozy s’était définitivement aliéné nombre de chefs d’Etat et d’intellectuels africains. Hollande n’a pas été plus adroit en choisissant Jules Ferry (image) comme figure tutélaire de sa « République exemplaire ». Le nouveau président et ses conseillers ignoraient manifestement tout des conceptions racialistes et colonialistes du fondateur de l’Ecole républicaine.

Une bévue de taille quand on sait que les immigrés qui ont voté en masse pour François Hollande entendent bien réclamer la monnaie de leur pièce… En cas de déception, les nombreux drapeaux étrangers joyeusement agités à la Bastille (photo ci-dessous) et ailleurs le soir du 6 mai pourraient bien se changer en cocktails Molotov. Le collectif ethnique « AC le feu » basé dans le 9‑3 a ainsi clairement posé les règles du jeu auxquelles devra se soumettre le nouveau chef de l’Etat.

Le « Comité de vigilance des citoyens antiracistes » a été encore plus clair : pour lui, la nomination de Manuel Valls à l’Intérieur est de nature « à renforcer les tensions dans les quartiers sensibles ». Une menace qui a le mérite d’être sans ambigüité.

Kiosque Courtois du samedi 19/5/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

La colonne au centre de la place de la Bastille le 6 mai 2012 au soir. Légendes sur la photo originale. Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

La formation du nouveau gouvernement a répondu à un impératif : rassurer la communauté juive qui aurait pu s’inquiéter des étranges soutiens qui se sont manifestés, çà et là, en faveur de François Hollande pendant et après la campagne

Sur le site pro-sioniste JSSnews, André Cohen pousse un ouf ! de soulagement : « une chose est certaine, le premier gouvernement Hollande-Ayrault n’aurait pas pu être plus amical envers les Français d’Israël, les juifs de France et ceux qui partagent les valeurs humanistes d’auto-détermination du sionisme ». André Cohen suggère même aux Français d’Israël qui ont voté à 92% pour Nicolas Sarkozy lors du second tour, de faire leur mea culpa.

Il est vrai qu’avec Fabius, Valls, Peillon, Hamon, Moscovici, Sapin, ou encore, plus modestement, Filipetti, la communauté aurait vraiment tort de faire la fine bouche

Parfait présage de ce que sera la politique de Flanby-le-Mou, lâchant du lest et donnant tour à tour des gages à chacune des communautés, au risque de détricoter totalement l’unité nationale. Une unité nationale qui de toute façon n’est pas le problème des socialistes…

Kiosque Courtois du samedi 19/5/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Aucun ange, donc, dans le ciel hollandien, et pas que des anges dans le gouvernement Ayrault…

En 1997, Ayrault a été condamné à six mois de prison (avec sursis) et à 30.000 F d’amende (4.600 euros) pour non-respect du code des marchés publics, pour avoir accordé sans mise en concurrence ni appel d’offres, le marché d’impression du magazine municipal nantais, Nantes Passions, à un de ses amis, affairiste, socialiste et franc-maçon, Daniel Nedzela.

A propos de la nomination d’un repris de justice à la tête du gouvernement, Marine Le Pen a parlé, je cite, de : « rupture dans le contrat de confiance que François Hollande a voulu instaurer avec le peuple français », et de, je cite encore : « première erreur [qui rompt] le lien de confiance fragile entre le peuple et le dirigeant qu’il vient de se choisir »

Mais un autre spectre rôde au-dessus du nouveau gouvernement, celui de l’affaire du sang contaminé

En 1985, alors qu’il était chef du gouvernement socialiste de l’époque, Laurent Fabius a, selon les avocats des familles des victimes, organisé le blocage de la mise en place d’un test de dépistage du virus du Sida, test développé par la société américaine Abbott, pour ne pas désavantager l’Institut Pasteur qui était sur le point de lancer son propre test de dépistage. On estime à quelque 4000 le nombre de personnes qui contracteront le virus du Sida à la suite de ces supposées pratiques.

Les poursuites judiciaires contre des ministres du gouvernement Fabius (Fabius lui-même, le ministre des affaires sociales Georgina Dufoix et le ministre de la santé Edmond Hervé) se sont prolongées au cours des années 90. La Haute Cour de justice a classé sans suite la première poursuite en justice des ministres en 92-93, mais l’Association française des hémophiles a ouvert une nouvelle procédure en 1994 devant la Cour de justice de la République, composée de 3 juges et de 23 parlementaires. En mars 1999, cette Cour de justice acquitte Fabius et Dufoix. Le lampiste de l’affaire fut Edmond Hervé, seul sur les trois reconnu coupable d’homicides et blessures involontaires, mais dispensé de toute peine.

La formule « responsable mais pas coupable[] » qu’employa Dufoix pour sa défense est restée fameuse…

Un sénateur socialiste de l’époque, François Autain, membre de cette Cour de justice, a avoué avoir voté avec tous ses collègues socialistes pour la relaxe pure et simple des trois ministres sous le prétexte, je cite, que « le jugement était politique ».

Kiosque Courtois du samedi 19/5/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Et quid d’une dénommée Taubira ?

Christine Taubira a été condamnée en 2004 par le tribunal des Prud’hommes pour licenciement abusif et rupture abusive de contrat, à verser 5.300 euros à son ancienne assistante parlementaire qu’elle exploitait sans vergogne. Farouche adversaire du camp national, elle a vanté en 2009 la préférence nationale, mais pour… les Guadeloupéens !

Et en 2001, Christine Taubira fait voter une loi qui dénonce les traites négrières comme « crime contre l’humanité », mais en « oubliant » la traite arabo-musulmane qui fut la principale traite négrière, en durée, intensité et étendue territoriale. Pas de condamnation devant la justice, bien sûr, mais cet « oubli » est un crachat sur la mémoire des dizaines de millions de victimes de cette traite qui fut un véritable génocide selon l’historien Tidiane N’Daye (voir son interview sur la chaîne de télévision France Ô).

Hollande lui-même n’a-t-il rien à se reprocher ?

Kiosque Courtois du samedi 19/5/2012 – L’actualité de la semaine en écrit En comparaison de ce qui précède, il ne s’agit que de bricoles, mais qui en disent long sur la psychologie du personnage. La première concerne l’affaire Banon/DSK en 2003. A la suite de l’affaire Diallo/DSK de mai 2011, Stéphane Le Foll (photo) qui en 2003 était le secrétaire de cabinet de François Hollande fait cette déclaration à Médiapart, je cite : « Je n’ai pas eu directement à gérer cette affaire [l’affaire Banon/DSK]. Mais je sais que cela a été évoqué, François a essayé de le faire de façon très respectueuse. Il a appelé Tristane Banon (…) il l’a écoutée et a essayé de la rassurer. C’était lui en direct qui gérait. ». Fin de citation. Fureur de François Hollande qui désavouera publiquement Le Foll, affirmant n’avoir jamais eu connaissance des faits rapportés par Tristane Banon, et ne garder aucun souvenir de contacts téléphoniques avec la jeune écrivaine.

Et la deuxième bricole ?

Elle remonte à 1983. François Hollande, 29 ans, est alors directeur de cabinet du porte-parole du gouvernement socialiste de l’époque, et il va prêter son concours à une escroquerie intellectuelle comme la gauche les affectionne. Mitterrand a en effet une idée machiavélique (une de plus) : faire écrire un pamphlet par un prétendu dirigeant de droite, mais qui se cacherait derrière un pseudonyme, « Caton », et qui en réalité discréditerait la droite. Le journaliste André Bercoff accepte de tenir la plume. Le livre s’appelle De la reconquête. Pour ne pas qu’on reconnaisse Bercoff, Hollande, totalement inconnu du grand public à l’époque, accepte de prêter sa voix pour une « vraie-fausse » interview à France Inter, au cours de laquelle il déclare notamment : « La vérité, c’est tout simplement que le pouvoir socialiste ne tombera pas comme un fruit mûr. Et ceux qui laissent entendre que nous pouvons, c’est-à-dire nous, la droite, revenir au pouvoir dans les mois qui viennent, ou même dans les deux années qui viennent, se trompent, et trompent les Français ». La gauche est décidément une indécrottable donneuse de leçons de morale…

Pendant le spectacle de la passation des ministères, l’extension du domaine de la corruption continue joyeusement à gauche. Ainsi le socialiste Philippe Bonneau, conseiller régional de la Basse‑Normandie jusqu’en 2011, a été condamné la semaine dernière à trois ans de prison dont un an ferme pour avoir détourné d’importantes sommes d’argent. Au total ce sont plus de 110.000 euros que Philippe Bonneau a détournés à son profit et à celui de son cabinet d’avocat. Devant le tribunal, il a expliqué que ses activités politiques au conseil régional avaient été à l’origine d’une perte de revenus qu’il a cherché à compenser… comme il a pu. Il a notamment profité de son statut de trésorier d’une association organisatrice des jeux équestres mondiaux de 2014, au sein de laquelle il représentait le conseil régional, pour détourner plusieurs milliers d’euros. De son côté, Mélenchon dénonce également la mafia socialiste

Kiosque Courtois du samedi 19/5/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Jean-Luc Mélenchon a accusé jeudi le Parti socialiste de fraude électorale à Hénin-Baumont. Dans un entretien télévisé, le porte-parole du Front de Gauche déclare, je cite : « Qu’est-ce qu’on découvre dans la liste du PS ? Il y a des communistes qui ont été inscrits frauduleusement dans cette liste socialiste. Il y a même des morts ! Les communistes ont protesté, les morts eux ne peuvent pas protester. » Fin de citation. Dans le livre Rose Mafia, l’ancien maire socialiste d’Hénin-Baumont, Gérard Dalongeville, décrit un système socialiste, je cite : « pourri jusqu’à la moelle », accusant les responsables socialistes du Pas-de-Calais d’avoir touché des commissions versées par des entreprises pour obtenir des marchés publics et d’avoir baigné dans des  détournements de fonds publics sur des comptes au Luxembourg. Socialiste rime donc avec escroquerie, mais aussi avec esbrouffe…

Le gouvernement Ayrault coûtera en effet plus cher aux contribuables que le premier gouvernement Fillon de mai 2007. La baisse claironnée de 30% ne compense pas le nombre important de ministres du gouvernement socialiste, très supérieur à celui du premier gouvernement Fillon.

Amis auditeurs, nous parvenons au terme de notre kiosque, qui, comme vous le remarquerez, s’est concentré exclusivement sur l’actualité française et a – exceptionnellement – fait l’impasse sur l’étranger. N’y voyez, mesdames, messieurs, aucune xénophobie de notre part – n’est-ce pas Catherine ? – Un gouvernement ne se forme quand même pas tous les jours en France, surtout quand il est socialiste et surtout quand il est aussi vertueux…