Méhaignerie prend sa retraite

Méhaignerie prend sa retraite

13/05/2012 – 11h00
RENNES (NOVOpress Breizh) – Député de Vitré (35) depuis 1973, réélu sans interruption depuis cette date, Pierre Méhaignerie, 73 ans, a annoncé qu’il ne se représenterait pas. Grand nom de la démocratie- chrétienne, il fut longtemps président du Centre des démocrates sociaux (CDS) avant de céder la place à François Bayrou.

Comme tout dirigeant politique national, il ne pouvait que devenir ministre ; on le vit donc à l’Agriculture, à l’Equipement et à la Justice. Pour autant, sa carrière ministérielle fut tout sauf époustouflante – il est vrai que le personnage est terne.

Pendant qu’il s’échinait à Paris à cultiver sa « dimension nationale » les positions de sa famille politique fondaient comme neige au soleil en Bretagne, au fur et à mesure que les socialistes progressaient, élection après élection. Sans que cela ne donna l’impression d’inquiéter le bonhomme. Peu intéressé parla Bretagne, il rêvait d’un « ouest » aux contours imprécis ; ce fut son dada à une époque.

Il quitte donc la scène politique en laissant la démocratie-chrétienne en ruine en Bretagne. Seuls demeurent quelques maigres lambeaux de ce qui fut la colonne vertébrale de la vie régionale, avec le soutien de l’Eglise et de Ouest-France. Acte de décès en 2007, lorsqu’on vit Pierre Méhaignerie rejoindre l’UMP aux élections législatives – avec son ami Loïc Bouvard (Ploërmel).

Le réalisme aurait pu conduire cet ingénieur agronome à comprendre que sa carrière nationale n’irait pas bien loin et qu’il convenait plutôt de bétonner ses bases. Le bon exemple à suivre était incontestablement celui de la CSU, en Bavière, qui est parvenue à concilier son autonomie régionale avec son alliance au niveau national avec la CDU. Mais« Pierre », comme disent ses amis, n’a jamais eu la tripe bretonne… ni beaucoup d’imagination.

Second pilier le la carrière de Pierre Méhaignerie : la mairie de Vitré. S’il renonce à la circonscription en 2012, on peut supposer qu’il abandonnera la mairie en 2014. Pendant plusieurs mandats, il aura également présidé le conseil général d’Ille-et-Vilaine. Jusqu’à ce que la poussée socialiste ne l’invite à partir « de son plein gré » avant que n’arrive l’heure de la défaite. Au final donc, un bilan bien terne pour un politicien dépassé par les enjeux du nouveau siècle.

Crédit photo : Fpleclercq, via Wikipedia, licence CC