La « Mémoire vive » d’Alain de Benoist

La « Mémoire vive » d’Alain de Benoist

Fondateur du GRECE, auteur prolixe et initiateur infatigable de nombreuses revues de réflexion (Eléments, Krisis, Nouvelle Ecole…), Alain de Benoist est une figure incontournable du courant « identitaire » français et européen.

La « Mémoire vive » d’Alain de BenoistBien qu’il soit connu de tous, sa grande discrétion nous a longtemps caché son itinéraire personnel : militance, parcours universitaire, cheminement intellectuel.  C’est ce que nous propose de découvrir Mémoire vive, un livre d’entretiens, paru il y a quelques jours aux Editions de Fallois.

300 pages d’entretiens conduits à vive allure mais en profondeur par François Bousquet, qui nous plongent dans l’itinéraire d’un penseur incontournable, depuis son enfance jusqu’aux années « de maturité », passant par les années d’engagement militant et l’aventure du GRECE.

Bien entendu, la dimension biographique n’occulte pas les nombreuses pages de réflexion dans lesquelles Alain de Benoist reprécise les contours de sa pensée et ses fondamentaux idéologiques : défense de l’identité au nom du refus de l’uniformité, anti-libéralisme, ré-enracinement, vision de l’Empire européen. Rappelant son attachement à la Weltanschauung, il défend une véritable définition de la radicalité, ancrée dans une pensée forte et structurée: « Être radical, ce n’est pas seulement refuser le compromis, c’est s’intéresser aux causes lointaines plus qu’aux effets immédiats (…) Donner aux choses une dimension de profondeur. »

Radical – en plongeant toujours plus profond les pointes de nos racines – nous nous devons de le devenir plus chaque jour. Alain de Benoist nous y précède.

Pierre Saint-Servant pour Novopress