Quand François Hollande se mobilisait pour Cesare Battisti

5 mai 2012 | Actualités, France, Politique

En février 2004, alors qu’il était emprisonné à la Santé dans l’attente de son extradition vers l’Italie (qui n’interviendra jamais), Cesare Battisti avait pu bénéficier du soutien sans failles de l’intelligentsia parisienne de gauche, et notamment du patron du parti socialiste de l’époque, François Hollande qui avait pris fait et cause pour le fugitif.

Le Premier secrétaire du PS souhaitait ainsi “marquer sa désapprobation (et) affirmer qu’il est inadmissible que la France revienne sur la parole donnée par François Mitterrand, puis par Lionel Jospin, aux Italiens exilés en France, et que Raffarin et Perben obéissent ainsi immédiatement aux pressions de Berlusconi”.

En couvrant les crimes des activistes italiens des années 1970 et en leur offrant refuge, la gauche française, sous la houlette de François Mitterrand, avait pris fait et cause pour les terroristes des Brigades Rouges et leurs descendants plus ou moins directs. Cesare Battisti a été jugé par contumace pour le meurtre de quatre personnes et une série de braquages et condamné à la prison à vie. […]

Bertrand Janicaud

Source et suite sur Atlantico.

*** Dans le programme de François Hollande pour la présidentielle 2012, figure au point 60 : « Je serai très vigilant dans l’action contre le terrorisme. » !

Crédit photo : Jackolan1, via Wikipédia, licence CC.

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.