Italie : Allongement des permis de séjour pour les immigrés non-européens

Italie : Allongement des permis de séjour pour les immigrés non-européens

02/05/2012 – 08h00
VENISE (NOVOpress) –
Une par une, méthodiquement, sans guère rencontrer d’opposition, le gouvernement Monti (photo de Mario Monti) démantèle les quelques barrières qui restreignaient encore la submersion migratoire de l’Italie. Dernière invention en date, la durée des permis de séjour va être prolongée.

L’annonce vient d’en être faite au nom du ministre de l’Intérieur par le préfet de Vénétie, Domenico Cuttaia, au cours d’une rencontre à Venise avec Andrea Riccardi, ministre de la Coopération Internationale de Monti, le préfet de police Fulbio Dalla Rocca, et les représentants des communautés immigrées.

La loi italienne prévoit que les permis de séjour ne sont donnés qu’aux immigrés qui justifient d’avoir un employeur. Leur durée dépend du type de travail, de six mois pour un travail saisonnier jusqu’à deux ans pour un emploi en CDI. Un immigré en recherche d’emploi peut bénéficier d’un permis de six mois. Or, avec la crise, de nombreux immigrés sont sans emploi, si bien que, sur 600.000 permis de séjour sur le point d’expirer, plus de la moitié risquent de ne pas pouvoir être renouvelés : perspective évidemment terrifiante et qui violerait la règle sacro-sainte selon laquelle tout immigré qui a mis le pied sur le sol européen a vocation à y rester indéfiniment. On peut ajouter à cela le cas particulier des Tunisiens de Lampedusa, auxquels le gouvernement Berlusconi avait distribué des permis de séjour dits humanitaires de six mois en avril 2011 : lesdits permis avaient été renouvelés pour six mois en octobre dernier, et sont donc de nouveau arrivés à expiration.

Au cours de la réunion avec le ministre Riccardi, le vice-président du Conseil provincial pour l’immigration de Vénétie, le Sénégalais Masaer Diane a donc « demandé une extension de la durée du permis de séjour, pour le porter à trois ans, pour faciliter la recherche d’un nouvel emploi en cas de licenciement, comme cela arrive ces mois-ci en raison de la crise. Nous demandons la possibilité d’un peu de sérénité ». Le catho-communiste Riccardi, fondateur de la communauté mondialiste Sant’Egidio, a évidemment apporté « un plein soutien » à cette demande. Riccardi est déjà intervenu afin que le permis pour immigré en recherche d’emploi soit porté de six mois à un an.

Mais la déclaration la plus importante a été celle du préfet Cuttaia, qui a annoncé que la décision du ministre de l’Intérieur en ce sens était imminente. La durée de tous les permis existants devrait être doublée.

Selon le préfet, cette prolongation facilitera aux immigrés la recherche d’un nouvel emploi, tout en allégeant la charge de travail du personnel des préfectures de police, « comme celle de Venise, mobilisée en permanence pour le renouvellement des permis ». Des mesures de régularisation des clandestins devraient en outre être adoptées.

Crédit photo : FriendsofEurope via Flickr, licence CC.