"Le Voyage à Nantes" fait appel à un acteur qui insulte les Bretons

“Le Voyage à Nantes” fait appel à un acteur qui insulte les Bretons

26/04/2012 – 18h00
NANTES (NOVOpress Breizh) – Pour une vidéo de promotion, la société publique locale Le Voyage à Nantes, chargée des opérations touristiques dans la ville de Jean-Marc Ayrault a fait appel à un acteur qui a tourné la Bretagne en ridicule.

La communauté urbaine de Nantes prépare pour cet été une opération promotionnelle intitulée « Le Voyage à Nantes » dotée d’un budget de 8 millions d’euros. Le vidéaste Gaëtan Chataigner vient de réaliser un clip destiné à faire connaître la manifestation. Il montre un dialogue entre les acteurs Julie Depardieu et Jackie Berroyer. Le second, diction pâteuse et mémoire défaillante, tente de convaincre la première que Le Voyage à Nantes est épatant.

Extrait d'un plan de la vidéo de Chataigner pour Le Voyage à Nantes : Berroyer assis à une table de la brasserie La Cigale

Les Bretons n’oublient pas que Berroyer est cet histrion qui voici quelques années chantait à l’émission « Les Grosses têtes » un morceau de sa composition dont voici le premier couplet : « Ah ! Connaissez-vous bien la Bretagne, avec ses femmes en coiffe et ses hommes vêtus de pagnes, leurs enfants sont hydrocéphales, les garçons sont aussi méchants que les filles sont sales. » Le reste à l’avenant. La chanson était censée être celle d’un mari trompé dont la femme était partie avec un Breton.

« Un sacré coup de bol », avait alors souligné l’UDB. « Imaginons qu’elle ait été séduite par un Algérien, un Camerounais ou un Israélien… En dépeignant ainsi son rival et son pays, le personnage de Jackie Berroyer aurait déjà conduit son créateur devant un tribunal pour propos racistes et xénophobes. »
Il est vrai que pour les Bretons c’est différent, puisqu’après tout ce ne sont que des Européens ! Une plainte pour provocation à la haine raciale avait cependant été déposée par un Collectif breton pour la démocratie et les droits de l’Homme, et évidemment rejetée par le Parquet. La Cour européenne des droits de l’homme a plus tard refusé d’examiner une plainte analogue.

De la part des collaborateurs du maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, le choix d’un tel personnage n’est peut-être pas un hasard…