Avec Mélenchon, c'est "les immigrés d'abord" et les patriotes au cachot

Avec Mélenchon, c’est “les immigrés d’abord” et les patriotes au cachot

21/04/2012 – 17h15
PARIS (NOVOpress) —
La nouvelle mode de cette campagne est la convocation des candidats par le monde associatif. Les associations bien-pensantes, déjà grassement subventionnées, somment les différents candidats (sauf Marine Le Pen, qui n’est jamais conviée) de se positionner en faveur de leurs propositions. Depuis deux mois toutes les thématiques ont été abordées : le mal-logement, l’écologie, le droit des femmes, des handicapés, des homosexuels, des non-fumeurs, … Dernier en date à se livrer à l’exercice, le MRAP a adressé lui aussi son questionnaire aux candidats.

Le Front de Gauche s’est empressé d’y répondre, et c’est édifiant. Les positions de Jean-Luc Mélenchon sur l’immigration sont connues. Mais là, le Front de Gauche dresse le détail des mesures concrètes qu’il compte prendre en matière de lutte contre le racisme et les discriminations, et des propositions en soutien aux “personnes migrantes”. On peut le résumer en 3 mots : « les immigrés d’abord ».

La réponse du Front de Gauche s’attarde d’abord sur les questions internationales. Passons rapidement sur le laïus pro-palestinien, la rhétorique est connue. Idem pour le retrait des troupes immédiat en Afghanistan. Nous arrivons aux propositions concernant l’Afrique : « La France remettra en cause tous les accords bilatéraux qui conditionnent l’aide à la rétention des flux migratoires ». L’idée est donc de continuer l’aide au développement par millions, à sens unique, sans réclamer aucune contrepartie.

Ensuite le Front de Gauche s’attaque au sort des enfants soldats. Il est bien entendu question de les accueillir massivement en France au titre du droit d’asile et de leur fournir GRATUITEMENT : un suivi médical et psychologique, la recherche de leurs parents pour réunir les familles, des structures publiques d’accueil spécialisées, ainsi que l’accès à l’éducation.

Pour aider les pays en voie de développement il est prévu d’annuler leur dette. On se demande pourquoi, dans ce cas, Jean-Luc Mélenchon ne réclame pas aussi l’annulation de la dette française. La dette est tout autant un boulet pour l’économie française que pour les pays émergents.

Le Front de Gauche donne l’impression de croire que l’argent tombe du ciel. En effet, hormis le coût déjà considérable des mesures immigrationnistes et le manque à gagner de l’annulation de la dette du Tiers-Monde, il faudra ajouter à cela le paiement aux pays émergents de « réparations » pour dommages environnementaux. Le Front de Gauche écrit noir sur blanc, que « seuls les pays développés sont responsables de la crise environnementale », ils doivent donc payer.

Le cœur du sujet du questionnaire du MRAP était la lutte contre les discriminations. Que propose donc le parti de Jean-Luc Mélenchon sur ces questions ?

Non seulement avec ce programme, le français moyen sera traqué dans tous les actes de la vie quotidienne, mais en il lui faudra payer encore plus d'impôts pour financer cet enfer.Il est prévu de durcir la législation anti-discrimination (notamment d’alourdir les sanctions judiciaires), de rétablir la Halde, de créer un Conseil supérieur de lutte contre les discriminations et pour l’égalité. La lutte contre les discriminations doit devenir une priorité de la justice. Il sera donc plus grave de « discriminer » que de tuer ou violer. L’objectif est tellement prioritaire qu’une augmentation conséquente des effectifs policiers est prévue à cet effet. Les policiers seront d’ailleurs spécialement formés à détecter ce type de délit et à accueillir les plaignants : « Dans les commissariats un accueil respectueux et attentif doit être accordé à toute plainte se référant à une discrimination ». Le Front de Gauche envisage également la création de brigades spéciales de police, détachées de toute autorité hiérarchique pour enquêter sur ces questions. Elles ne rendront de comptes qu’au seul juge d’instruction en charge des dossiers.

Les entreprises n’échapperont pas, elles aussi, à la traque permanente des comportements discriminatoires : il est prévu de recruter massivement des inspecteurs du travail pour enquêter sérieusement sur ces questions.

Après toutes ces mesures coercitives, le redécoupage de la carte scolaire pour obliger les enfants à la diversité de gré ou de force, paraîtrait presque anodin. Les mesures pour la jeunesse ne se limitent pas à cela. Pour les jeunes « discriminés », il est prévu de multiplier dans les « quartiers » des points d’accès aux droits, spécialisés dans la lutte anti-discrimination. Le but est de faire connaître aux « jeunes » la législation anti-raciste et de les conseiller pour porter plainte.

Ensuite, en vrac, Jean-Luc Mélenchon et ses amis veulent abroger les lois « sécuritaires et racistes » (Perben1, Perben2, loi sur la Sécurité intérieure, loi Clément, loi sur la prévention de la délinquance, loi sur la rétention de sûreté, LOPPSI 1 et 2), ouvrir les concours de la fonction publique à tous les étrangers. Ils proposent également des peines d’inéligibilité pour les élus condamnés pour racisme, l’interdiction définitive de stade pour comportement jugé raciste, la suspension des financements publics pour les petits clubs sportifs qui ne prendraient pas des dispositions dans le sens de la législation.

Le dernier tiers du programme revient en détail sur la politique migratoire vue par le Front de Gauche : liberté d’entrée et d’installation de tous les migrants, régularisation de tous les clandestins, carte de séjour automatique de 10 ans pour tout le monde, accueil obligatoire sur le territoire de toute personne voulant se faire soigner, droit du sol intégral, acquisition automatique sur demande de la nationalité au bout de cinq ans de résidence, droit de vote et d’éligibilité étendu à tous les étrangers résidant en France depuis 5 ans, rétroactivité des droits sociaux après régularisation (dont les droits à la retraite), droit automatique de visa pour un proche d’un étranger résidant en France.

Si tout cela ne suffisait pas encore à satisfaire le MRAP, le Front de gauche a décidé de s’en prendre à la liberté d’opinion et d’expression. Toute prise de position pro-Algérie française sera considérée comme apologie de crimes de guerre. Et donc poursuivie pénalement .

Dans les manuels scolaires, la priorité sera donnée à l’étude des guerres coloniales et de l’esclavage.

Tous les sites internets « qui propagent la haine raciste, l’incitation à la violence contre les personnes, et attaquant les militants antiracistes » seront poursuivis sans relâche et fermés. Les effectifs policiers dédiés à cette action seront grandement augmentés. Les associations anti-racistes seront « pleinement associées » au dispositif de traque.

L’internaute ne sera pas poursuivi en revanche car il n’est pas question de pénaliser « les militants anti-racistes et les chercheurs » qui voudraient se documenter… Il faudra donc, si l’on comprend bien, laisser subsister un quota de « racistes » afin que les chercheurs subventionnés et les activistes professionnels aient de quoi s’occuper …

Le Front de Gauche termine sa réponse au MRAP sur un paragraphe concernant l’augmentation massive des subventions aux associations. Non seulement avec ce programme, le français moyen sera traqué dans tous les actes de la vie quotidienne, mais en il lui faudra payer encore plus d’impôts pour financer cet enfer.

Réponse du Front de Gauche au MRAP / lien 1 / lien 2

Spoutnik, pour Novopress

Crédit photo : Rémi JDN via Flickr (cc)