Sur France Culture, Jean Arthuis et Jean-Yves Le Drian s’affirment sans complexes résolument « sécuritaires »

Sur France Culture, Jean Arthuis et Jean-Yves Le Drian s’affirment sans complexes résolument « sécuritaires »

30/03/2012 – 14h30
RENNES (NOVOpress Breizh) – Marc Voinchet était à Rennes hier dans le cadre de la tournée régionale de France Culture baptisée « Inventaire avant élections ». L’animateur avait invité, pour débattre dans les locaux de l’Institut d’études politiques de Rennes, Jean-Yves Le Drian, président du conseil régional de Bretagne (PS) et Jean Arthuis, président du conseil général de Mayenne et sénateur (Union centriste). Une émission au cours de laquelle ces deux invités ont tenu, en matière de sécurité, des propos pour le moins inattendus.

Après avoir donné, avec un plaisir non dissimulé, le résultat du vote des étudiants de l’IEP – 35.89% pour François Hollande, 30% pour Jean-Luc Mélenchon, 8.93% pour E. Joly, 8.04% pour F. Bayrou, Nicolas Sarkozy n’arrivant qu’en 5° position avec un score qui ne sera pas révélé – Marc Voinchet, relayé par Hubert Huertas – chef du service politique de la rédaction de France Culture – et Brice Couturier – chroniqueur dans les matins de France Culture se définissant comme « libéral de gauche » – s’est efforcé de faire dire à Jean Arthuis qu’il pourrait choisir François Hollande au second tour en 2012 au lieu de Nicolas Sarkozy comme en 2007.

Le jeu consista donc à prendre tout ce qui pouvait rapprocher les centristes des socialistes. Sans succès, car Jean Arthuis a une trop longue pratique des débats pour tomber dans un panneau aussi grossier. Cela lui vaudra au final d’être accusé par un Hubert Huertas, toujours aussi aimable avec les invités qui ne partagent pas ses convictions très « gauche bobo », de « pratiquer la langue de bois ».

De langue de bois il n’en fut par contre pas question lorsqu’en fin d’émission Marc Voinchet, tout en se déclarant « assez fier pour n’avoir pas mis en avant la question de l’insécurité », ne pût néanmoins s’empêcher d’y faire allusion en affirmant qu’à Rennes ce sont les jeunes qui la ressentent « du fait de la vidéo surveillance mise en place » (sic).

Réponse immédiate de Jean Arthuis : « l’attente de sécurité, c’est le corollaire, c’est la condition de la liberté ». Et pour ne pas être en reste Jean-Yves Le Drian affirma sans hésitation : « La question de la sécurité, c’est la première des libertés » avant d’ajouter, pour que ce soit bien clair : « En France, c’est la mère des libertés et ceux qui sont les victimes de l’insécurité, ce sont généralement les plus faibles….ce n’est pas acceptable de vivre dans un état de non-droit. » Une position affirmée depuis toujours par Marine Le Pen. Manifestement, sur certains thèmes majeurs de société, les lignes semblent bouger. Au grand dam de certains journalistes, ces « nouveaux chiens de garde » (P. Nizan) du Système.

(à écouter sur France-Culture, à partir de la 33ème minute)

Photo : Jean-Yves Le Drian. Crédit photo : Bretagne écologie, via Flickr, licence cc