[Exclusif] Entretien avec le groupe In Memoriam

[Exclusif] Entretien avec le groupe In Memoriam

« In Memoriam », le groupe phare du Rock identitaire français (RIF), a récemment annoncé son retour lors d’un grand concert international organisé à Rome le 26 mai prochain. Une bonne occasion de poser quelques questions aux membres du groupe:

– Qu’est-ce qui vous a conduit à vouloir retrouver le chemin des répétitions et de la scène après ces années d’inactivité musicale ?

On ne peut pas vraiment parler d’inactivité musicale. Manu, Alex et Julien ont chacun, de leur côté, continué à jouer dans des groupes. Richard a monté le sien (Hotel Stella), et Xavier est en cours de projet avec les Trouble Makers du Quebec. Il y a deux ans, il était d’ailleurs monté sur scène avec eux lors de la Tana delle Tigri 2. Mais surtout, nous nous retrouvons tous les 6 régulièrement pour rejouer ensemble, dans des cadres privés, juste pour le plaisir de rejouer ensemble devant nos potes et nos familles.

– Le groupe qui se produira à Area 19 sera-t-il identique à la formation originelle ?

Oui, nous serons tous les 6 présents ! Pour un événement comme celui-ci, nous avons tous répondu comme un seul homme !

– Pourquoi avoir choisi le cadre de la « Tana delle Tigri », la fête nationale de Casapound, pour ce concert-événement ?

Nous sommes admiratifs du mouvement Casapound dans son ensemble. Ce mouvement représente ce que nous, Français, descendants des tribus gauloises et donc par essence indisciplinés et retors à l’autorité n’avons pas réussi à faire. Casapound incarne aux yeux de la vieille Europe un mouvement jeune, populaire décomplexé et tourné vers l’avenir, qui suscite l’espoir. Ce dépassement de soi de chaque instant et cet incroyable engouement à travers l’Italie parle pour lui. Le fait de ne pas rentrer dans un jeu électoraliste nous branche bien également. Et puis il faut le dire, pour avoir assisté à plusieurs éditions de la Tana delle Tigri, que ce festival fait vraiment envie ! Est-ce que cela existe ailleurs en Europe ? Je ne pense pas…

– Votre set sera-t-il exclusivement constitué de reprises ou le public peut-il espérer des nouveaux titres ?

On a beaucoup hésité mais pour notre première réapparition publique depuis 10 ans, on va rester sur ce que les gens connaissent. Mais en adaptant nos morceaux, histoire d’essayer de les faire vivre en 2012. Comme on le disait plus haut, demain est un autre jour. Nous avons bien quelques nouveaux titres, pas mal en fait, mais chaque chose en son temps.

– Quel regard portez-vous sur l’actuelle scène musicale alternative en France et en Europe ?

Côté français, ça n’a pas beaucoup bougé, il y a eu quelques initiatives mais plus de véritable mouvement de contre-culture musicale. A l’époque les camarades du RIF étaient des musiciens militants, à 100% et nous avons parfois laissé la place à des militants qui voulaient faire de la musique, l’alchimie n’a pris autant, même si Hotel Stella a fait de bonnes choses. Mais tout est cyclique, et la nature a horreur du vide alors on ne désespère pas, bien au contraire… En Europe on a un peu perdu le contact, on suit toujours l’Italie et l’Espagne qui ont toujours été les plus proches (le côté latin sans doute) avec souvent de formidables musiciens. Pour le reste, on attend de voir les groupes à la Tana delle Tigri !

– Avec le recul, comment jugez-vous et analysez-vous l’expérience du RIF ? Qu’es-ce qui, selon-vous, a manqué pour pérenniser ce mouvement qui fut un temps florissant ?

C’était quelque chose de vraiment nouveau, d’assez rebelle qui répondait à une attente, comblait un vide. Un mouvement avec plusieurs groupes très différents et vraiment complémentaires, des labels, des concerts et un réseau. Ces groupes ont convergé au départ pour s’éloigner ensuite les uns des autres. Souvent à cause de problème d’égo, (ce qui est très humain et surtout très français), voire de visions différentes (essentiellement sur la forme). Ça a duré quelques années. De belles années. Et en fait ça n’a pas vraiment vieilli. Ce mouvement laisse des centaines de titres pour tous les goûts avec un message toujours d’actualité ! Qui sait ce que l’avenir réserve…

– Pour conclure, avez-vous un mot à dire à votre public à propos de ces retrouvailles que certains s’étaient désespérés d’attendre ?

Nous avons eu notre lot de très belles expériences mais celle de Tana delle tigri est une occasion rêvée ! Nous avons retrouvé le goût, l’envie, on prend un réel plaisir à rejouer tous les 6, on veut partager cette joie. Et puis on parle de Rome. Tout de même la ville éternelle, le temps d’un week-end et au printemps ! Que demander de plus ? C’est l’occasion de connaître Casapound, d’écouter de bon groupes comme ZZA, Ultima Frontiera et les autres, le tout dans une ambiance festive, avec une organisation en béton et un public chaleureux. Bref, c’est maintenant ou jamais, alors on vous attend nombreux, très nombreux pour faire du bruit !!!!