Pour Abdennour Bidar : Merah, est « un "monstre" issu de la maladie de l'islam »

Pour Abdennour Bidar : Merah, est « un “monstre” issu de la maladie de l’islam »

23/03/2012 – 10h00
TOULOUSE (NOVOpress) –
Professeur de philosophie à Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes), Abdennour Bidar s’interroge sur l’islam, à la lumière des tueries de Toulouse et Montauban, dans un article publié sur le site du Monde.fr  le 23 mars. Question cruciale selon lui : « La religion islam dans son ensemble peut-elle être dédouanée de ce type d’action radicale ? ». Le philosophe rappelle d’abord ses nombreux travaux consacrés à la « dégénérescence multiforme » de l’islam : « ritualisme, formalisme, dogmatisme, sexisme, antisémitisme, intolérance, inculture ou “sous-culture” religieuse sont des maux qui la gangrènent », estime-t-il.

Cette « médiocrité profonde » se double d’un véritable totalitarisme : la « culture islamique est depuis plusieurs siècles enfermée dans ses certitudes, enfermée dans la conviction mortifère de sa “vérité”. Elle est incapable d’autocritique. Elle considère de façon paranoïaque que toute remise en cause de ses dogmes est un sacrilège », déplore l’enseignant.
Le terrorisme de Mohamed Merah n’est donc pas un accident. « Une tradition figée dans un sacré intouchable » est bien le moteur de ses actions meurtrières. « Comment s’étonner que dans ce climat général de civilisation, figé et schizophrène, quelques esprits malades transforment et radicalisent cette fermeture collective en fanatisme meurtrier ? », souligne l’auteur.

Crédit photo : DR.