Mairie de Londres : le candidat travailliste joue la carte islamique

Mairie de Londres : le candidat travailliste joue la carte islamique

21/03/2012 – 10h00
LONDRES (NOVOpress) –
« Je ferai de Londres un phare de l’Islam ». C’est la promesse de Ken Livingstone, candidat à la mairie de Londres aux élections municipales qui auront lieu au mois de mai.

Livingstone s’est adressé aux musulmans vendredi dernier, lors de la prière à la mosquée de Finsbury Park (photo), longtemps contrôlée par l’islamiste Abu Hamza, actuellement en prison pour terrorisme, et désormais contrôlée par une association extrémiste liée au Hamas, la Muslim Association of Britain. Livingstone a expliqué qu’il avait lu l’année dernière « le dernier sermon du Prophète (que la paix soit sur lui) » et qu’il y voyait « un programme pour l’humanité tout entière » et « un Credo pour nous tous ». Il a continué en s’engageant à « arrêter la démonisation de l’Islam», qui, selon lui, est répandue « par des journaux empoisonnés comme le Daily Mail et le Daily Telegraph ». « Je veux passer les quatre années qui viennent [les quatre années de mandat du maire, NdR] à assurer que tous les non-musulmans à Londres connaissent et comprennent les paroles et le message » de Mahomet. Pour joindre, si l’on ose dire, l’utile à l’agréable, Livingstone a promis aux fidèles de la mosquée de « rendre votre vie un peu plus facile sur le plan financier ».

Livingstone avait été maire de Londres de 2000 à 2008 et, en cette qualité, avait accordé de très généreuses subventions aux mosquées et aux associations musulmanes de la ville, qui l’en avaient remercié en faisant activement campagne pour sa réélection à un troisième mandat en 2008. Il n’en avait pas moins été battu par l’actuel maire conservateur, Boris Johnson. Il est prêt à tout pour reconquérir la mairie en 2012.

Les statistiques ethniques étant, comme on sait, autorisées en Grande-Bretagne, un rapport officiel sur les élections municipales de 2004 et de 2008 à Londres  avait souligné l’importance dans le vote de l’appartenance ethnique et religieuse. «Le lien entre le vote pour le parti travailliste et les zones à pourcentages élevés de Pakistanais et de Bangladeshis s’est renforcé entre 2004 et 2008. Un autre important changement enregistré concerne le rapport entre le vote pour le parti conservateur et les zones à pourcentages élevés de population Britannique blanche. La corrélation positive entre ces éléments est passé de 0,44 en 2004 à 0,56 en 2008 » (le coefficient de corrélation est compris entre -1 et 1 ; un coefficient de +/- 0,5 est considéré comme fort). Il y a de même une forte corrélation positive (0,57) entre vote travailliste et pourcentages élevés de musulmans, comme entre vote conservateur et pourcentages élevés de chrétiens.

Commentant les propos de Livingstone sur son blogue du Daily Telegraph, Ed West  estime que « Ken va probablement perdre l’élection, et la raison est qu’il a un sérieux problème blanc ». « Des propos comme ceux qu’il a tenus à la mosquée de Finsbury Park ont peu de chances de renverser cette tendance ». Compte tenu de l’évolution de la population londonienne, brutalement manifestée par les émeutes de l’été dernier, on peut pourtant penser que Ken Livingstone sait ce qu’il fait.

Crédit photo : Matt Buck, via Flickr, licence CC.