Meurtre d’une adolescente à Nantes : le suspect, un Angolais de 25 ans, a avoué

Meurtre d’une adolescente à Nantes : le suspect, un Angolais de 25 ans, a avoué

20/03/2012 – 17h00 NANTES (NOVOpress Breizh) – Un homme d’origine angolaise a reconnu le meurtre de la jeune fille retrouvée morte hier matin, dans les toilettes publiques de Bouguenais, une commune de la banlieue nantaise. L’individu, considéré comme un « marginal » avait également tenté de poignarder un homme en lui portant un coup de couteau au niveau du cou et agressé violemment un octogénaire à son domicile à Vertou, un village du vignoble nantais proche de Bouguenais.

C’est hier matin qu’un passant, qui voulait utiliser les toilettes publiques, a découvert dans celles-ci une mare de sang. Alertés, les pompiers ont découvert le corps terriblement ensanglanté, partiellement dénudé, de l’adolescente, face contre terre.

« Je suis atterrée, a déclaré à Ouest-France, Michèle Gressus, le maire de Bouguenais. Et je ne peux rien faire d’autre que d’exprimer ma profonde sympathie pour les proches de la victime de ce drame d’une violence extraordinaire. On ne s’attend pas à de telles choses sur un territoire aussi calme et serein. »

La jeune victime, signalée en fugue depuis peu, faisait l’objet d’un suivi de la part des services sociaux du conseil général. Dimanche, elle avait envoyé plusieurs SMS à sa mère, qui réside dans cette banlieue. C’est grâce à son téléphone portable, qui a été retrouvé dans les poches du suspect, que ce dernier a pu être confondu.

Selon Presse Océan, l’homme, âgé de 25 ans, qui réside dans l’agglomération nantaise, était déjà connu de la justice notamment pour des faits de cambriolages et vols divers. Réfugié politique (?) depuis 2005, il avait déjà été condamné à une peine de huit mois de prison avec sursis en 2009 et à cinq ans de prison en 2010. Libéré, il avait l’obligation de porter un bracelet électronique depuis février 2011, bracelet qu’il avait arraché. Le suspect faisait l’objet d’un mandat d’arrêt depuis le 16 mars 2012, soit trois jours avant les agressions et le meurtre.

Crédit photo : David.Monniaux, licence cc.