Les partisans de la réunification de la Bretagne se rappellent au bon souvenir de Philippe Grosvalet

Les partisans de la réunification de la Bretagne se rappellent au bon souvenir de Philippe Grosvalet

21/03/2012 – 08h00
NANTES (NOVOpress Breizh) – Répondant à l’appel du collectif  “44 = Breizh” une cinquantaine de militants bretons se sont retrouvés avant-hier en fin d’après-midi devant l’Hôtel du Département. Objectif de cette manifestation : remettre une motion au président du conseil général de Loire-Atlantique afin de lui rappeler le vote du vœu de cette assemblée en faveur de la réunification de la Bretagne.

Suite aux déclarations de Philippe Grosvalet (PS), il apparait en effet que le processus de mise en œuvre d’un référendum sur le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne soit bloqué. Le bilan de la réunion, qui s’est tenue le 5 mars dernier, de la commission mixte créée par la Région Bretagne et le Département de la Loire-Atlantique après plus d’un an d’interruption ne répond pas aux attentes sur l’ouverture d’un débat et d’une consultation populaires sur le sujet.

Selon l’actuel président du conseil général, le rôle cette commission se limiterait en effet à « faire vivre le concept de Bretagne historique » en oubliant tant son objectif initial qui est de préparer la réunification que la position prise par les deux collectivités le 28 janvier 2009 sur « la constance de l’engagement des deux exécutifs en faveur de la réunification de leurs territoires. » Une position très différente de celle de son prédécesseur Patrick Mareschal (PS), très engagé – contrairement à son successeur – en faveur de la réunification.

Fait assez rare pour le souligner on remarquait avant-hier, parmi les manifestants présents, des représentants de mouvements bretons de sensibilités très diverses (Bretagne réunie, le Parti Breton, l’UDB, Breizhistance, Jeune Bretagne). Comme le faisait remarquer l’un d’eux : « Peu importe qu’on soit de droite ou de gauche, l’important c’est la réussite de l’objectif commun ».

La motion, préparée par 44=Breizh, a été remise à Philippe Grosvalet. Celle-ci, qui reprend les divers points évoqués plus haut, exige « une prise de position claire de cette institution et des actes concrets pour aller vers la réunification ».Le texte demande instamment « la création d’un véritable établissement public régional prenant en charge l’ensemble des domaines de compétence des différentes collectivités de Bretagne dont celles du Pays Nantais ( jeunesse, transport, formation, ports, foncier, etc..), minimum préalable à une réelle prise en compte de la réunification de la Bretagne et à une évolution démocratique du statut de la Bretagne. »

Au vu des prises de position très jacobines des principaux candidats à la présidentielle, qu’il s’agisse de Nicolas Sarkozy, François Hollande, Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon, sans parler des convictions très « ligériennes » de Jean-Marc Ayrault – le véritable « patron » politique de la Loire-Atlantique en ce domaine – ce souhait sera-t-il enfin entendu ?

Crédit photo : Neer, licence cc.