Kiosque Courtois du samedi - Logo – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi 10/3/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

[box]Le samedi, une sélection des principaux sujets de la semaine des “Bulletins de Réinformation” de Radio Courtoisie. Ce Kiosque est présenté par Henri Dubost et Catherine Noailles.

Novopress a publié dès samedi matin, en différé, l’audio de ce Kiosque Courtois dans la fenêtre “Radio Courtoisie : le bulletin de réinfo” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte.[/box]

FRANCE

Viande halal au menu de la campagne électorale

Kiosque Courtois du samedi 10/3/2012 – L’actualité de la semaine en écritEncore un thème fort que Marine Le Pen a su imposer à l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle, elle qui n’est pas sûr de l’être. Un rapport confidentiel du ministère de l’Agriculture, dévoilé par l’hebdomadaire Le Point, jette une lumière crue sur l’abattage rituel tel qu’il est pratiqué en France. Le document, soigneusement enterré à l’époque de sa parution, en novembre 2011, révèle que plus de la moitié des bovins, ovins et caprins tués en France le sont suivant un mode d’abattage “rituel”, halal ou casher. Chiffres à revoir à la hausse : en effet, selon Gilbert Mouthon, professeur à l’Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort et expert auprès des tribunaux, interrogé par l’hebdomadaire Marianne il y a deux semaines, je cite : « pour des raisons économiques, tous les animaux abattus en Ile-de-France le sont selon les techniques halal. Et le phénomène est en train de gagner toute la France, où on estime que 80% des moutons sont abattus selon les méthodes halal ». 

Dans son récent discours de Bordeaux, contraint et forcé par la puissance de l’onde de choc médiatique créé par la présidente du Front national, le candidat Sarkozy a dû de nouveau s’expliquer sur le halal… proposant même, la queue basse, l’étiquetage de la viande en fonction de la méthode d’abattage, précisant qu’il s’agit, je cite, d’une « question de laïcité ». Bien vu, M. le président, à ceci près qu’une proposition de loi visant à encadrer la production de viande de bêtes abattues sans étourdissement avait été faite par Françoise Hostalier, députée UMP, puis… retirée la semaine dernière. Le volte face présidentiel à propos de l’étiquetage est donc fort récent.

Il convient également de rappeler le discours de Brice Hortefeux, alors ministre de l’Intérieur, à la communauté juive, en septembre 2010… Je cite : « Il est exact qu’un vote au Parlement européen pourrait (…) imposer un étiquetage qui serait discriminant pour l’abattage rituel. Nous restons extrêmement vigilants, à la demande du président de la république. Soyez certains de la mobilisation du gouvernement et des députés français au Parlement européen pour que ce projet ne puisse pas aboutir. »

Si le chef de l’Etat le souhaitait vraiment, un label certifiant que les animaux ont été, conformément à la loi, étourdis avant leur abattage, pourrait très rapidement être mis en place. De même que les labels « Garanti halal » et « Garanti casher ». Le premier entraînerait une augmentation du chiffre d’affaires des abattoirs concernés. En revanche, le casher vivant actuellement grâce à une diffusion qui dépasse de très loin son polygone sociologique, la labellisation pourrait être mortelle à un certain nombre d’abattoirs casher. C’est visiblement là que le bât blesse…

Une déclaration du Premier ministre est encore venue chargée la barque… Lundi dernier, François Fillon a affirmé, je cite, que : « Les religions devraient réfléchir au maintien de traditions qui n’ont plus grand-chose à voir avec l’état aujourd’hui de la science, l’état de la technologie, les problèmes de santé ». Une déclaration de simple bon sens, mais qui pour Richard Prasquier, le président du Crif, est « stupéfiante », et qui a « gêné » le grand rabbin de France, Gilles Bernheim. Pour Christian Jacob, chef des députés UMP, il y a, je cite : « quand même d’autres sujets de préoccupation des Français, même si celui-ci en est un ». Fin de citation. Le Premier ministre a échappé de peu à une diabolisation en règle…

Marine Le Pen au salon de l’agriculture

Kiosque Courtois du samedi 10/3/2012 – L’actualité de la semaine en écritLa présidente du Front national y a reçu un accueil chaleureux. Ce dont a commencé par convenir LePoint.fr qui a titré, je cite : « Marine Le Pen ovationnée au salon de l’agriculture ». Dix minutes chrono plus tard, le site modifiait subrepticement le titre qui devenait : « Ovations et sifflets pour Marine Le Pen au salon de l’agriculture ». Certains journalistes ont manifestement dû se faire remonter les bretelles. Marine Le Pen a souligné que la France devait rester un grand pays agricole. Elle a confirmé ses propos sur la viande halal et a de nouveau exigé l’information et le libre choix des consommateurs. Selon les sondages officiels, Marine Le Pen est en seconde position en intentions de vote chez les agriculteurs. Les sorties brutes de sondages, c’est-à-dire avant les péréquations favorables  aux deux « gros » candidats, la placeraient en première position.

Sarkozy, l’homme qui rêve de devenir riche

Kiosque Courtois du samedi 10/3/2012 – L’actualité de la semaine en écritQuelques semaines après son installation à l’Elysée en 2007, Sarkozy avait livré sa vision de l’avenir. Non pas de l’avenir de la France, dont il se moque comme d’une guigne, ainsi qu’il l’a dit un jour à Philippe de Villiers, mais son avenir à lui, Nicolas Sarkozy. Je cite : « Je ne ferai qu’un quinquennat. Je veux réformer la France et ensuite, je gagnerai beaucoup d’argent. » Propos répétés à l’époque devant plusieurs de ses visiteurs, précise la journaliste Catherine Ney dans son dernier livre : “L’impétueux”. « Dans le privé, comme avocat, je gagnerais dix fois plus », soupirait également Nicolas dans les couloirs austères du palais présidentiel. « Nicolas a toujours eu peur de manquer », explique Catherine Ney, d’où parfois des achats compulsifs, jusqu’à dix chemises Lacoste ! « L’argent représente pour lui la liberté », résume Franck Louvrier, son conseiller presse. Et le président d’expliquer, comme le premier petit-bourgeois venu que, s’il avait eu les moyens d’offrir à Cécilia la maison de campagne de ses rêves, « elle ne serait jamais partie » ! Voilà l’homme pour qui une partie de la France de droite s’apprête à voter. Faut-il en rire ou en pleurer ?

La première dame de France juge « modeste » le train de vie de son couple…

Une déclaration qui a doucement fait rire les Français plongés dans la crise. Carla Bruni est en effet l’héritière d’une riche famille d’industriels italiens, les Bruni-Tedeschi. Le patrimoine personnel de l’ex-mannequin est estimé à 10 millions d’euros en biens immobiliers, avec entre autres un hôtel particulier porte d’Auteuil. Par ailleurs, en 20 ans, Carla Bruni-Sarkozy aurait gagné 4,2 millions d’euros grâce au mannequinat, l’un des plus vieux métiers du monde comme chacun sait, 2,5 millions grâce à la musique et 2 millions grâce à la publicité. Quant à Nicolas Sarkozy, l’ami des milliardaires, son patrimoine est estimé à 2,3 millions d’euros. Beaucoup de Français aimeraient être dans une telle « gêne »…

 

MONDE

Obama-Netanyahu : Une rencontre « empoisonnée » ?

Alors qu’Israël a manifestement déjà planifié une attaque militaire contre l’Iran, Obama privilégie quant à lui la voie de la concertation. Des sources diplomatiques font état d’une rencontre particulièrement inamicale, lundi 5 mars, entre les deux hommes, dans le bureau ovale de la Maison Blanche, évoquant une « détestation réciproque ». Ainsi que le rapporte Middle East Newsline, Obama perçoit Netanyahou comme un allié du Parti Républicain dans la perspective des élections présidentielles américaines de novembre, alors que le Premier ministre israélien reproche au Président américain de vouloir remettre en cause l’« alliance indéfectible » entre les deux pays. Il semble que ce ne soit pas sans une certaine pointe d’ironie qu’Obama ait parlé du caractère « sacro-saint » du soutien des Etats-Unis envers Israël. C’est manifestement sans conviction particulière qu’il a égrené les habituelles figures imposées en la matière, je le cite : « Je suis certain que le Premier ministre israélien prend en compte l’histoire de l’Holocauste, de l’antisémitisme et des violences contre les juifs depuis plus d’un millénaire quand il réfléchit à ces questions ». Il sera intéressant d’observer comment Barack Obama pourrait être lâché par le Système au profit de certains candidats Républicains qui, quant à eux, n’hésitent pas à faire dans l’hypersionisme débridé.

Syrie : Koffi Annan s’oppose à une intervention militaire

Kiosque Courtois du samedi 10/3/2012 – L’actualité de la semaine en écritAprès le véto sino‑russe, les opposants à une intervention militaire viennent de trouver un allié de poids. L’émissaire conjoint de l’Onu et de la Ligue arabe Kofi Annan (photo) se prononce en effet contre toute intervention militaire en Syrie. Il affirme, je cite : « Toute tentative de résoudre le conflit syrien par des moyens militaires aggravera la situation dans le pays ». L’ancien secrétaire général de l’Onu a appelé les parties du conflit syrien à arrêter les violences pour « Que le calme arrive et permette de résoudre les problèmes par des moyens pacifiques ». Autre allié de poids, par défaut : l’Etat d’Israël. Si les dirigeants israéliens ne se proclament évidemment pas en faveur d’Assad, allié du « satan » Ahmadinedjad, ils ne tiennent certainement pas à la perspective de le voir remplacé par un chaos où l’extrémisme islamiste pourrait aisément proliférer, la Syrie se trouvant aux portes d’Israël.

En sept ans, les agressions contre des chrétiens ont augmenté de 309 %

Entre 2003 et 2010, les agressions et actes de terrorisme contre des chrétiens ont augmenté de 309 % en Afrique, Moyen-Orient et Asie, tandis que 70 % de la population mondiale vit dans des pays où la liberté religieuse est entravée. C’est ce qu’a déclaré le 1er mars Mgr Silvano Tomasi, l’observateur permanent du Vatican aux Nations Unies. Mgr Tomasi a souligné que : « Les personnes touchées ont généralement perdu leur protection légale, sont soumises à des mesures injustes de la part de l’Etat, ou bien sont devenues victimes de la violence fanatique ».

Tunisie : mise au pas de la société civile par le totalitarisme islamique

Les débats sur la nouvelle constitution battent leur plein à l’Assemblée constituante tunisienne, chargée de rédiger une nouvelle constitution pour ce pays du Maghreb. Sadok Chourou, l’un des piliers du parti islamiste Ennahdha au pouvoir, a annoncé la couleur en affirmant : « Le préambule doit mentionner la charia comme la principale source du droit ». Le dirigeant islamique avait déjà expliqué le 20 février sur le site Business News, je cite encore : « Que le préambule doit se faire suivant trois références fondamentales, qui sont le coran, la sunna et l’unanimité des savants de la Umma islamique. C’est l’unique référence fondamentaliste islamiste reconnue et les théologiens de l’islam sont unanimes là‑dessus ».

Vladimir Poutine adresse une sévère mise en garde aux Etats-Unis

Kiosque Courtois du samedi 10/3/2012 – L’actualité de la semaine en écrit« Nous prendrons systématiquement appui sur nos intérêts propres et nos objectifs, et non pas sur des décisions dictées par un tiers », écrit Vladimir Poutine en préambule d’un article publié le 3 mars dernier dans le quotidien Moskovskie Novosti.

Vladimir Poutine revient sur la mise en place en Europe par les Américains du bouclier antimissile. « L’invulnérabilité absolue pour l’un impliquerait la vulnérabilité absolue de tous les autres », constate le président. « Il est impossible d’accepter une telle perspective », martèle‑t‑il.

Poutine revient également sur la tartuferie des « droits de l’homme ». « Une série de conflits armés, menés sous le prétexte d’objectifs humanitaires, sape le principe séculaire de souveraineté nationale » affirme le président, qui poursuit : « Nous nous souvenons des vaines exhortations au respect des normes juridiques et de la décence humaine élémentaire de la part des Etats qui ont été victimes d’opérations “humanitaires” et de bombardements opérés au nom de la “démocratie”. » Vladimir Poutine fait ici clairement allusion au sort de la Serbie et de la Libye. Et de poursuivre : « la violation des principes d’unité et du caractère inaliénable de la sécurité (…) est susceptible d’engendrer des menaces très graves. » « Tout cela est plus que sérieux » avertit solennellement le président russe qui dénonce le « diktat » et « l’arbitraire » des Américains dont il brocarde les « démangeaisons belliqueuses » à propos de la Syrie et de l’Iran. Jamais Poutine n’était allé aussi loin dans ses mises en garde à l’adresse des Américains.