Allah commande l’armée néerlandaise !

Allah commande l’armée néerlandaise !

26/02/12 – 10h00
LA HAYE (NOVOpress) –
Début février, la première salle de prière musulmane de l’armée néerlandaise a été ouverte au sein de la caserne Bernhard d’Amersfoort. La salle accessible à tout le monde est également utilisée à des fins d’étude. L’ouverture de cette salle de prière trouve son origine dans une initiative d’un dignitaire musulman au sein de l’armée, en la personne du colonel Ali Eddaoudi.

Ce gradé a été sollicité par les soldats de confession musulmane afin que ces derniers puissent bénéficier d’un lieu de prière. Un document a indiqué que des supérieurs ont classé l’endroit comme un “lieu de paix” sans préciser toutefois sa localisation. Eddaoudi souhaitait “un endroit qui soit conçu à l’intérieur comme une mosquée, avec une chaire et un mihrab’‘, précise-t-il sur le site Web du ministère de la Défense.

Par ailleurs un rapport de l’édition en ligne De Stad Amersfoort fait part de la stupeur provoquée par l’admission au rang de colonel de l’imam. Sa nomination en 2009 par l’armée hollandaise au poste d’imam avait suscité de vives émotions. Le site Nieuw Religieus Peil apporte des précisions complémentaires : le ministère de la Défense a nommé Ali Eddaoudi et Souad Aydin imams dans les forces armées. Eddaoudi, ancien journaliste et iman dans la prison de Breda, a commencé par refuser de serrer la main aux femmes tout en s’opposant contre l’interdiction de la burqa. Peu enclin à l’œcuménisme, il s’est exprimé sur l’impossibilité d’une existence fraternelle entre chrétiens et musulmans étayant son propos sur ce qui se passe en Afghanistan qui signifie selon lui vouloir “terroriser les Afghans dans leur propre pays.”
De son coté, Aydin est en liaison avec l’organisation turque Milli Görüs qui dirige la mosquée Fatih à Soest dont il est un des dignitaires.

Durant les dernières semaines écoulées, Eddaoudi et Aydin ont assisté à un cours organisé par le ministère de la Défense, afin d’assimiler les connaissances nécessaires au sujet des forces armées. Le béret leur a été décerné lors d’une cérémonie privée qui a eu lieu à l’Académie Militaire Royale de Breda.

Cette rapide promotion au grade de colonel s’explique par le déroulement d’une carrière militaire au sein de l’armée hollandaise. Dans n’importe quel autre pays, le grade de colonel est obtenu à condition de fréquenter une école militaire, d’être passé par des années d’études et de formation, puis de faire un début modeste en tant que lieutenant. Un parcours que n’a pas connu Eddaoudi dans la mesure où il a même pu sauter certains grades. Sachant que le rang suivant au sein de la hiérarchie militaire néerlandaise est celui de général de brigade, un iman pourrait prochainement commander des troupes armées. En outre, faisant fi de son devoir de réserve dévolu à sa fonction, le colonel Eddaoudi n’hésite pas à exprimer ses opinions politiques en fustigeant notamment la présence des troupes néerlandaises en Afghanistan. Il s’est par ailleurs élevé publiquement à plusieurs reprises contre Geert Wilders et son Parti de la liberté (PVV) cela sans susciter la moindre réaction d’incompatibilité avec son statut de “serviteur de la reine Beatrix et de la patrie.”

Imaginez pareille situation en Turquie ou au Maroc : un protestant ou un prêtre catholique admis dans l’armée nationale comme aumônier, immédiatement promu au grade de colonel avec plein salaire et qui se permettrait de critiquer ouvertement Erdogan ou le Roi Mohammed du Maroc…