Italie : Les subventions publiques continuent à pleuvoir sur le politiquement correct

Italie : Les subventions publiques continuent à pleuvoir sur le politiquement correct

16/02/12 – 08h00
MANTOUE (NOVOpress) – Le gouvernement italien demande toujours plus d’efforts aux Italiens, au nom de la nécessaire austérité, mais l’argent public continue à être distribué sans compter, surtout au profit de causes politiquement correctes.

A titre d’exemple, La Gazetta di Mantova vient d’analyser les subventions versées en 2011 par la province de Mantoue (Lombardie), dirigée par une coalition de gauche.

La liste est très longue. Certaines subventions n’ont rien en soi de scandaleux, même si, en période d’austérité, on peut s’interroger sur leur caractère indispensable. 17.500 euros ont ainsi été déboursés au titre du jumelage entre Mantoue et la ville allemande de Paderborn, dont 6.000 euros pour permettre d’aller exposer des produits agricoles de la région à la foire de Paderborn. La ville de Mantoue a de son côté accordé 1.000 euros pour une participation au marché de Noël de Paderborn. La fête de la bière de Solferino a touché 2.250 euros, la fête du risotto de Villimpenta 5.000.

D’autres subventions relèvent du clientélisme, notamment au profit de l’Église catholique, dont le poids politique local reste fort. Le curé de Castiglione, l’abbé Giuliano Spagna, reçoit ainsi 1.333 euros pour sa « discothèque écologique Evolve », qui organise des soirées mensuelles pour jeunes de 13 à 17 ans, par exemple une “Halloween night” sur le thème de la “famille Adams”. Rien de bien méchant mais en période de restrictions budgétaires…

Beaucoup sont nettement politisées, et toujours dans le même sens. Le centre social d’extrême gauche La Boje! (qui se définit fièrement comme entièrement indépendant et autofinancé) a touché 2.462 euros. L’association « antiraciste » Arci, qui milite notamment pour l’abolition du droit du sang, s’est vu attribuer 3.410 euros pour « ses manifestations de foires ».

15.000 euros pour l’association Sucar Drom pour « la reconnaissance des pleins droits de citoyenneté des minorités nationales et européennes tsiganes et roms » , « contre toutes les formes de discrimination, directes et indirectes, qui frappent actuellement les populations tsiganes et roms », « pour la réalisation d’une culture de la connaissance, du dialogue et de la compréhension, fondée sur l’acquisition responsable des droits réciproques ».

10.000 euros vont à l’association « Article 3. Observatoire sur les discriminations » (copie d’écran en image de Une), « dont le but fondamental est de lier la mémoire et l’histoire des discriminations et des persécutions voulues par le nazisme et le fascisme à la création d’un instrument qui permette d’offrir un point de référence à ceux qui subissent encore aujourd’hui de telles discriminations ». L’association se définit comme un « “Front du nous” uni dans la lutte contre la discrimination et le racisme ». Parmi ses membres fondateurs, on retrouve Sucar Drom, qui émarge donc une deuxième fois au râtelier. Ajoutons que « Article 3 » n’est pas seulement subventionné par la province, mais encore par la ville de Mantoue, l’Office national contre les discriminations raciales et, bien entendu, la Commission européenne, via le projet « In other WORDS – Web Observatory and Review for Discrimination alerts and Stereotypes deconstruction ». De tels efforts littéraires méritaient bien d’être récompensés.

La province de Mantoue a été un peu pingre en revanche avec l’Œuvre pour la promotion de l’alphabétisation dans le monde : 500 euros seulement. Il est vrai que son siège est à Rome et qu’elle doit toucher largement par ailleurs.

Il est juste de rappeler que, en fait de subventions publiques aux causes politiquement correctes, la France n’est pas en reste.