Incohérence : Jean-François Copé prône le « made in France » mais refuse le protectionnisme

Incohérence : Jean-François Copé prône le « made in France » mais refuse le protectionnisme

29/12/11 – 15h00
PARIS (NOVOpress)– Jean-François Copé, aujourd’hui sur RTL, s’est livré à un exercice périlleux consistant à défendre le « made in France », car il est populaire auprès des français, tout en rejetant catégoriquement l’idée de protectionnisme et même de « protectionnisme moderne » tel qu’avancé par Laurent Wauquiez, chef de file de la « droite sociale » et ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur.

Refusant toute sortie de la matrice libérale et feignant de croire que le « protectionnisme » consisterait en une fermeture complète et totale des frontières, Jean-François Copé a notamment affirmé que «personne ne peut penser raisonnablement que le mot de protectionnisme est un mot moderne».

Pour le secrétaire général, le vrai sujet est de « relocaliser les activités, faire du made in France c’est-à-dire de gagner la bataille des coûts et de la qualité, qu’on imagine demain, une organisation du travail et donc du temps de travail, qui nous permette d’être plus compétitifs».

On regrettera cependant que Jean-François Copé n’aient pas donné les recettes pour atteindre cette compétitivité sur un marché ouvert et dérégulé où la France se trouve en concurrence avec des pays sans systèmes sociaux, sans salaires minimum, où le travail des enfants et le quasi-esclavage sont admis comme des formes normales de la production économique.

A part faire du « dumping social » et de nouvelles attaques contre les acquis sociaux et les salaires du peuple français, on voit en effet assez mal comment y parvenir.

C’est d’ailleurs peut-être ce qu’entend le cadre Ump quand il conclut : «On peut imaginer aussi de baisser le coût du travail ».