Drame de Liège : pour le Vlaams Belang, l'affaire Amrani soulève de sérieuses questions judiciaires

Drame de Liège : pour le Vlaams Belang, l’affaire Amrani soulève de sérieuses questions judiciaires

15/12/2011 -14h45
ANVERS (NOVOpress) – L’attaque sanglante à Liège a de nouveau attiré l’attention de tous sur la politique judiciaire laxiste dans ce pays et sur l’échec de la réinsertion par la libération anticipée de prisonniers. C’est pour quoi, le Vlaams Belang a posé certaines questions importantes concernant la très courte peine de prison effective que Amrani a dû purger. Selon plusieurs articles, Amrani avait déjà 20 condamnations antérieures. En 2008, il ne pouvait plus obtenir un sursis conditionnel, parce qu’il avait déjà été condamné à de la prison avec sursis pour infractions relatives aux stupéfiants et aux mœurs.

Ces infractions n’ont jamais été converties en peines de prison effectives, y compris lors du dernier jugement. Le procureur porte donc en partie la responsabilité de ce drame, qui n’aurait pas eu lieu si cet individu avait été en prison.

Il est également extrêmement préoccupant qu’un criminel condamné et qui a déjà été pris avec un arsenal d’armes de guerre réelles, n’ait pas été surveillé de manière plus intensive après sa dernière libération. Tout indique que l’administration judiciaire à Liège a agi de façon extrêmement imprudente et que 15 ans après le drame Dutroux, aucune leçon fondamentale n’a été tirée.

Le Vlaams Belang exige l’élucidation complète des dessous de cette terrible affaire et demande des explications sur les peines de sursis non transformées, ainsi que sur le manque de surveillance à l’encontre de l’assassin, malgré son lourd passif. Des enquêtes pertinentes seront commandées dès demain au ministre de la Justice par la Chambre des représentants et au Sénat.

Pour finir, le Vlaams Belang rappelle que le nouveau gouvernement n’a pas l’intention de revenir sur la loi Lejeune, qui accorde des libérations conditionnelles pour les condamnés à moins de 30 ans de prison. A l’avenir, les multirécidivistes comme Amrani continueront donc de bénéficier de la générosité meurtrière de notre système pénal. De nouveaux drames sont donc largement prévisibles.

Crédit photo : Dr