Au tour des collectivités locales d'être soumises à l'appréciation des agences de notation

Au tour des collectivités locales d’être soumises à l’appréciation des agences de notation

09/12/2011 -19h50
QUIMPER (NOVOpress Breizh) –
le département du Finistère mérite-t-il un triple A ? Comme les Etats, les collectivités locales vont devoir, pour pouvoir emprunter, se soumettre à l’appréciation des agences de notation.

L’information est donnée par le Télégramme (05/12/2011). Le conseil général du Finistère a été contacté par une filiale de l’agence de notation Fitch, une société américaine passée en 1997 sous le contrôle du holding français Fimalac, dont le principal actionnaire est le Français Marc Ladreit de Lacharrière, membre du Siècle, figure éminente de l’oligarchie financière mondialiste. Pierre Maille, le président du conseil général (PS),  a refusé la proposition de l’agence de notation, tout en reconnaissant avoir des difficultés pour contracter de nouveaux emprunts.

Ce que confirme Roger Mellouët, vice-président en charge des finances du Département. « Jusqu’à présent, nous n’avions aucune difficulté à emprunter 20 millions par an auprès d’un seul organisme. Aujourd’hui, nous devons passer par trois banques différentes, aux conditions qu’elles nous imposent »,  a-t-il déclaré au quotidien brestois. Et ce alors que la dette de ce département breton s’élève actuellement à 274 euros par habitant, contre 465 euros en moyenne au niveau national.

Ce niveau peu élevé de l’endettement finistérien n’aura pas dissuadé le Crédit foncier de résilier l’accord qui le liait au Département, selon lequel ce dernier bénéficiait de taux légèrement inférieurs à 3%. La banque entend en effet imposer un taux de 4,5%. Et pour une durée plus réduite. Si actuellement les prêts s’échelonnent sur des durées de 20 à 30 ans, celles-ci devraient être réduites à 15 ans.

Heureuse perspective pour les collectivités locales en mal de financement pour leurs investissements,  la création d’une agence de financement des collectivités locales, demandée par les élus locaux pour trouver du financement, devrait voir le jour d’ici juin 2012. Approuvée par la Courdes Comptes, celle-ci sera détenue à 65% parla Banque postale et à 35% par la Caissedes dépôts et consignations. Après les Etats, les collectivités locales tomberont-elles à leur tour sous la coupe des agences de notation ?

Crédit photo : DR