L’armée française au bord de l’implosion ?

L’armée française au bord de l’implosion ?

Qui aurait pu croire telle mésaventure ?

Surement pas les serviteurs de l’État qui risquent parfois leur peau pour des causes plus ou moins discutables.

Depuis plusieurs semaines de nombreux militaires français n’ont plus touché ni solde ni indemnités. Une situation édifiante sur l’état de décrépitude de l’État républicain.

C’est le Colonel Jacques Bessy, président de l’Association de défense des droits des militaires (ADEFDROMIL) qui a tiré la sonnette d’alarme en mentionnant que « près de 1400 militaires de l’armée de terre ont connu des incidents » parce qu’ils « n’ont pas du tout été payés ou payés très partiellement. Des petits gradés, des gens qui ont des salaires légèrement supérieurs au Smic. Et pour certains, c’est le deuxième mois où ils n’ont pas été soldés. Donc ça veut dire retard dans le paiement du loyer, problèmes avec sa banque, problèmes pour la préparation des fêtes de fin d’année pour ceux qui sont chargés de famille. Il y a des indemnités qui connaissent un retard de paiement de 4 à 10 mois ! Autant de retards qui mettent des familles en difficultés ».

Dans l’impossibilité de faire grève afin de respecter le droit de réserve auquel ils sont soumis, les militaires français n’ont comme recours que de pouvoir compter sur leurs femmes et concubines pour monter au front et enfin faire entendre leurs voix. Comme Cathy, mariée à un militaire, qui laisse éclater sa légitime colère en affirmant que « c’est d’autant plus révoltant que ça arrive à des petits gradés, qui sont souvent envoyés sur tous les fronts, en Afghanistan, en Libye… Mon mari a été envoyé en Libye. Si on ne touche plus de salaire, ça devient carrément du bénévolat ! […] Quand on a des enfants, on ne peut que penser à leur peine quand ils découvriront le 25 décembre qu’il n’y a rien. Ce qui me fait peur c’est que l’argent manque au ministère de la Défense pour payer leurs hommes ». Des sommes non payées qui peuvent monter jusqu’à 8 000 euros comme l’explique Carole, elle aussi femme de militaire qui précise que son mari a fait énormément de terrain pour tenter «d’arrondir les fins de mois ».

De son coté, l’administration se réfugie sous des excuses pour le moins douteuses en prétextant un problème de logiciel de paies tout en réfutant une cause d’origine budgétaire. Pourtant Carole affirme que « pour l’assistante sociale du régiment ; ils ne peuvent rien faire pour nous. Et on nous dit honnêtement que le fond budgétaire est épuisé. Ce mois-ci, je ne sais même pas comment on va pouvoir payer le loyer ».

Pendant ce temps là l’État Français par le biais de ses députés distribue sans sourciller la somme faramineuse de 10 milliards d’euros pour l’aide publique au développement.

Une manifestation est prévue le 17 décembre prochain devant les portes du ministère pour protester contre l’injustice de cette situation.

Crédit photo : DR.