Parti socialiste : rififi autour de la diversité !

Parti socialiste : rififi autour de la diversité !

25/11/2011 – 16h45
LYON (NOVLyon) – Au Parti Socialiste, les esprits commencent à sérieusement s’échauffer à l’approche des élections législatives. Après l’attaque brutale de Gérard Collomb à l’encontre de Philippe Meirieu, affublé du sobriquet de « khmer vert » et accusé de pratiquer un certain « terrorisme intellectuel » dans l’agglomération lyonnaise, la lettre adressée (ci-dessous) par Lotfi Ben Khelifa (élu PS et adjoint à la mairie de Vénissieux) à la fédération du Rhône du Parti Socialiste et notamment à son premier secrétaire, Jacky Darne, risque de mettre le feu aux poudres.

Selon l’élu PS de Vénissieux, lors du conseil fédéral du 9 novembre dernier, des « propos indignes » furent échangés entre la « principale collaboratrice » de Jacky Darne et une élue de St-Fons membre de la direction fédérale. Lors d’un débat entre ces deux socialistes sur la réservation de circonscriptions à des élus issus de la diversité lors des prochaines élections législatives, Lotfi Ben Khelifa affirme les avoir entendu dire : « Tu ne vas pas nous faire ton arabe de service » et « Y’en a marre des communautés à qui ont doit réserver des places ».

En tout cas, cette missive montre l’extrême nervosité régnant dans les rangs du Parti socialiste au sujet de la diversité. La semaine dernière, l’accord entre le PS et les Verts concernant une soixantaine de circonscriptions, dont une trentaine gagnables, est très mal passé du côté des instances de la communauté juive. Une petite cuisine électoraliste qui se traduit forcément par des « sacrifiés » du côté PS. A Paris et en banlieue, certains évincés ont même parlé d’antisémitisme.

Selon le président du Crif, Richard Prasquier: « L’effet d’affichage des noms des évincés est désastreux. Il est tentant de parler d’antisémitisme, certains l’ont déjà fait et je me garderai de les suivre. Je pense que nous n’en sommes pas là. Les situations internes des uns et des autres sont différentes, comme le sont d’ailleurs leurs liens avec le judaïsme, la communauté juive organisée ou l’Etat d’Israël. Ce que je sais néanmoins, c’est que plusieurs de ces « évincés » sont garants, dans leur histoire assumée personnelle et familiale, d’une mémoire des persécutions et des luttes communes dont nous ne pouvons accepter qu’elle soit rangée au rayon des vieilles lunes à honorer du bout des lèvres. Plusieurs sont, dans cette agglomération parisienne où la représentation politique juive diminue de façon progressive, des ponts avec la tradition socialiste. Cette tradition historique doit être préservée sans céder aux sirènes de la détestation d’Israël dont malheureusement les Verts ont absurdement fait un de leurs étendards. »