Incendies dans un quartier « sensible » de Nantes après la condamnation de Sabri Benrekta

Incendies dans un quartier « sensible » de Nantes après la condamnation de Sabri Benrekta

21/11/2011 – 15h30 NANTES
(NOVOpress Breizh) – Alors que la cour d’assise de Loire-Atlantique venait de condamner Sabri Benrekta dans l’affaire de l’assassinat de Toko Botowamungu, le quartier « sensible » des Dervallières, à Nantes, a connu jeudi dernier une nuit ponctuée de plusieurs incendies d’origine criminelle.

Selon des sources proches de l’enquête, jeudi soir vers 21 heures la Maison de l’emploi, place des Dervallières, a été incendiée par un individu qui a lancé un cocktail Molotov au rez-de-chaussée de l’immeuble après avoir brisé une fenêtre. La Caisse d’allocations familiales située au 1er étage a également été atteinte par les flammes. Peu de temps après, toujours dans le quartier, une voiture a été incendiée. Deux « jeunes » ont finalement été arrêtés par des policiers alors qu’ils mettaient le feu à des poubelles. Si aucune revendication n’a été enregistrée, cette affaire est intervenue alors que venait de prendre fin le procès de Sabri Benrekta, poursuivi après l’assassinat, dans ce même quartier des Dervallières, de Toko Botowamungu, le 4 septembre 2008.

Ce jour là, ce dernier, âgé de 21 ans, originaire de Kinshasa (Congo), avait été tué en plein jour par quatre balles de gros calibre. Peu de temps avant une violente querelle l’avait opposé à Sabri et à Mohamed Benrekta, deux frères originaires d’Algérie. Selon le représentant du parquet « Toko venait demander des comptes à Mohamed à propos de son trafic de stupéfiants ». Une bagarre éclata alors entre les trois hommes et Sabri Benrekta se retrouva genou à terre. Une humiliation qui allait coûter la vie au jeune Botowamungu.

Après être passés chez eux pour prendre des armes les frères Benrekta allaient en effet entamer une course folle en voiture à la poursuite de Toko Botowamungu. Son véhicule immobilisé suite à une collision, ce dernier tentera bien de s’enfuir à pied. Peine perdue.

Cet assassinat avait entraîné dans le quartier un début d’affrontement communautaire entre jeunes originaires d’Afrique noire et d’autres, originaires d’Algérie. Seule l’intervention du père de la victime, Kalomé Botowamungu, avait permis d’éviter le pire.

Sabri Benrekta, a été condamné jeudi dernier par la cour d’assise à 20 ans de réclusion pour assassinat – l’avocat général avait requis une peine de 30 ans. Son frère Mohamed, qui s’est enfui dans son pays natal après les faits, devrait être jugé le mois prochain en Algérie, ce pays n’extradant pas ses ressortissants.

Les Dervallières à Nantes : un quartier très "sensible"

Jean-Marc Ayrault s’est rendu dès vendredi dans le quartier en compagnie de son adjoint, Ali Rebouh, s’empressant de « mettre en garde contre tout lien avec le procès Toko » car selon lui « rien n’est établi à cette heure, il est trop facile de chercher des réponses simplistes». Il est vrai que les incendies sont fréquents dans ce quartier – en juillet un gymnase municipal avait été détruit – sans que les causes en soient élucidées ni les auteurs arrêtés.

Le conseiller spécial de François Hollande – qui excelle dans l’art à apporter des réponses complexes aux problèmes des quartiers dits « sensibles » – n’a pas manqué d’affirmer qu’il condamnait « avec la plus grande fermeté ce type d’actes » qu’il juge « absurdes », sans omettre de préciser qu’il attendait « que tout soit fait pour retrouver les responsables de ces actes. »

Crédit photo : NathanWert Licence CC.