Les banques et les agences de notation veulent faire plier la Hongrie

Les banques et les agences de notation veulent faire plier la Hongrie

17/11/2011 – 13h00
VIENNE (NOVOpress) –
Les institutions bancaires, via les agences de notation Standard and Poor’s (S&P) et Fitch, ont décidé de faire payer au gouvernement hongrois ses mesures pour désendetter les ménages de leurs compatriotes et d’envoyer un message aux autres pays qui seraient tentés de résoudre leurs problèmes financiers sans passer sous les fourches caudines des banques.

La semaine dernière, en deux jours, ces  deux agence de notation ont donc placé la note souveraine de la Hongrie (BBB-) “sous surveillance négative” à “cause de la hausse des risques qui affectent la crédibilité financière” du pays “comme la dégradation de l’environnement économique et financier extérieur”.

Standard and Poor’s ne s’embarrasse pas de langue de bois et pointe clairement du doigt “certaines décisions concernant les recettes budgétaires qui auront des effets négatifs sur la croissance hongroise et les finances de l’Etat” !

Car les institutions bancaires et les agences de notation n’ont absolument pas digéré les mesures économiques prises par le Premier ministre conservateur hongrois, Viktor Orban (photo ci-dessus), comme l’imposition des banques (623 millions d’euros) et la mise en place de taxes extraordinaires sur les sociétés d’énergie, de distribution et de télécoms. Surtout, les banquiers n’ont absolument pas apprécié la récente décision du gouvernement hongrois permettant à la population endettée en devises étrangères (franc suisse ou euro) de rembourser ses emprunts à un taux préférentiel, au moins 20% en-dessous des taux de changes réels. Cette mesure avait été vivement critiquée par la Banque centrale européenne (BCE), qui l’avait qualifiée de “dangereuse” non seulement pour le pays, mais aussi pour les banques de la région.

Evidemment, les conséquences ont été immédiates, puisque la devise hongroise, le forint, est tombée à son plus bas niveau depuis deux ans et demi face à l’euro.

[box class=”info”]Crédit photo : OCDE/Flickr[/box]