Jean Sévillia en quête de vérités historiques – Par Joël Prieur

Jean Sévillia en quête de vérités historiques – Par Joël Prieur

Au tournant des années 2000, les essais de Jean Sévillia (photo) ont ponctué notre réflexion : Le terrorisme intellectuel brossait un tableau de la non-pensée obligatoire, Historiquement correct en faisait l’application à l’histoire et Moralement correct à la société. Aujourd’hui, Sévillia récidive avec Historiquement incorrect, dans lequel il revient sur certains sujets sensibles, au gré des phobies qui traversent l’opinion.

«Petite science conjecturale »: ainsi Ernest Renan, historien des origines chrétiennes, traitait- il l’histoire. Jean Sévillia, lui, croit à l’histoire ; on peut considérer ce livre, Historiquement incorrect, comme une manifestation bienvenue de cette confiance profonde. Pour lui, là où règne l’autocensure et là où le bien-pensant ne se croit pas autorisé à pénétrer, l’historien doit entrer. Il lui suffit de faire état des faits pour que son droit soit établi, même si c’est contre l’opinion dominante. Ainsi sur l’existence historique du Christ, sur le rôle culturel de l’islam entre hellénisme et christianisme, sur l’affaire Galilée, mais aussi sur l’identité française ou sur la Deuxième Guerre mondiale: c’est l’histoire et pas l’idéologie qui doit avoir le dernier mot, car l’histoire établit les faits. Même lorsqu’elle est incorrecte, elle doit être reconnue. Une vraie pensée se fonde forcément sur cet empirisme, que d’aucuns ont considéré comme seul véritablement organisateur et fondateur. Contre les faits, il n’y a pas d’arguments, pas de « correctness » qui tienne.

Comment établit-on un fait ?

Jean Sévillia en quête de vérités historiques – Par Joël Prieur La question qui se pose, c’est: « Comment établit-on un fait? » L’historien, après tout, ne nous donne que sa construction personnelle. Il nous livre au mieux ses conjectures, au rait dit Renan, et sa science est effectivement toute conjecturale, reposant non sur les événements mais sur des documents évoquant ces événements, avec quelques propositions quant à leur mise en ordre.

Il me semble que Jean Sévillia est trop modeste lorsque, à l’occasion de tel entretien, il se dit simple journaliste de l’histoire.

Certes, en bon journaliste, il a toujours au bout de la plume le fait oublié, la citation qui fait mouche. Mais son travail, justement parce qu’il est précis, peut relever de ce que l’on appelle l’historiographie (ndlr: l’étude de la manière dont on écrit l’histoire). Il compare les historiens entre eux, et cette comparaison, méthodiquement menée, lui permet d’atteindre à une forme d’objectivité modeste et vraiment rassembleuse. Quelques-uns de ces essais sont particulièrement efficaces…

Celui consacré à « l’affaire Sylvain Gouguenheim » – l’historien qui a mis à mal la thèse intouchable des soi-disant « racines islamiques de l’Europe » dans son Aristote au Mont-Saint-Michel (Seuil) –, démontre de manière parfois jubilatoire la mauvaise foi des historiens « officiels », Alain De Libera en tête, sans pour autant présenter l’accusé en chevalier blanc. Sévillia se refuse à tout manichéisme! Il excelle à montrer la complexité de l’histoire réelle, par exemple lorsqu’il aborde le phénomène de la colonisation.

Au cœur des problèmes de culture d’aujourd’hui

L’article qu’il consacre à la Première Guerre mondiale et aux nationalismes qui traversent l’Europe à cette époque est tout aussi éclairant, se refusant à rejeter la faute de la boucherie sur les uns ou les autres. Pas de boucs émissaires dans l’histoire relue par Sévillia. Pas de monocausalité! Mais les deux chapitres qui m’ont particulièrement intéressé sont ceux qu’il a consacrés à l’identité française (un véritable tourbillon de chiffres et de citations) et surtout à la Deuxième Guerre mondiale au prisme de la Shoah, qui pourrait offrir à lui tout seul la matière d’un livre. Sévillia revient, de façon précise et jamais allusive, sur cinquante ans d’histoire culturelle, en montrant comment, petit à petit, la destruction des juifs d’Europe est devenue le centre à partir duquel se construit l’histoire du deuxième conflit mondial.

A lire chacune des dix monographies qui composent cet ouvrage, vous vous trouvez transportés, en quelques pages, non pas au fond d’un passé poussiéreux, mais au cœur des problèmes qui construisent notre culture aujourd’hui.

Joël Prieur

– Jean Sévillia, Historiquement incorrect, éd. Fayard, 376 p.

[box class=”info”] Article de l’hebdomadaire “Minute” du 9 novembre. En kiosque ou sur Internet.[/box]

Crédit photo : Perrin, via Wikipedia, domaine public.

Jean Sévillia en quête de vérités historiques – Par Joël Prieur