Dans les ZUS, plus d'une personne sur deux est issue de l'immigration

Dans les ZUS, plus d’une personne sur deux est issue de l’immigration


03/11/2011 – 08h00
PARIS (NOVOpress) –
Selon un rapport de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles (Onzus) (1), les personnes issues de l’immigration représenteraient 52,6% des 4,5 millions de personnes vivant dans les 751 zones urbaines sensibles (ZUS) de France.

Pour le journal “Le Monde” qui publie des extraits de ce rapport,« toutes générations confondues, les Maghrébins sont les plus nombreux à vivre en ZUS. A l’inverse, ceux de l’ancienne Indochine (Vietnam, Laos, Cambodge) sont minoritaires. Parmi les primo-arrivants, ceux qui ont le plus de chance de se retrouver en ZUS sont les Turcs (31,5%), tandis que chez la deuxième génération, ce sont les enfants d’origine subsaharienne (28,1%) ».

Un chiffre à retenir montrant l’hypocrisie du concept du “vivre ensemble” : 85% des immigrés qui y vivent ont pour voisins des personnes issues pour moitié, elles aussi, de l’immigration.

[box class=warning](1) L’Observatoire national des zones urbaines sensibles (Onzus) contribue à une meilleure connaissance des territoires urbains en difficulté et à l’évaluation des politiques publiques menées en leur faveur. (…) Missions – L’observation, pour une meilleure connaissance des quartiers de la politique de la ville. L’Onzus collecte auprès de l’État, des collectivités territoriales et de leurs organismes publics respectifs des informations sur les quartiers en difficulté. Il mesure l’évolution des inégalités sociales et des écarts de développement entre ces quartiers et leur agglomération, permettant une meilleure compréhension des problèmes auxquels la politique de la ville doit remédier.[/box]

Crédit photo : adeupa de brestvia Flickr (cc)