Adieu Yann Fouéré - Ce grand défenseur de la cause bretonne s'en va à 101 ans

Adieu Yann Fouéré – Ce grand défenseur de la cause bretonne s’en va à 101 ans

21/10/2011 – 19h45
RENNES (NOVOpress Breizh) – Disparu à l’âge de 101 ans, Yann Fouéré a été pendant plusieurs décennies l’un des principaux acteurs, penseurs et témoins du mouvement breton. Ayant renoncé à une tranquille carrière de haut fonctionnaire, il s’est engagé dans l’action politique en faveur d’une Bretagne autonome et d’une Europe fédérale et laisse une œuvre écrite considérable.

Yann Fouéré, qui vient de disparaître, a été un acteur de premier plan du mouvement breton pendant les deux derniers tiers du vingtième siècle.

Né en 1910, il entre au ministère de l’intérieur à la fin de ses études parisiennes en 1934 et fonde la même année Ar Brezhoneg er Skol, qui jouera un rôle important dans l’enseignement du breton.

Sous l’Occupation, il devient brièvement sous-préfet de Morlaix puis fonde le quotidien La Bretagne, qui affiche une ligne régionaliste et maréchaliste. Il est alors en butte aux critiques des autonomistes de L’Heure bretonne. « En fait, avance Hervé Le Boterf, tout ceci n’était peut-être qu’un artifice de mise en scène, prévu d’un commun accord entre Raymond Delaporte et Yann Fouéré, pour laisser croise à une pseudo-divergence de tendances qui, en réalité, n’existait pas ». Qu’il y ait eu complicité ou non, le résultat est le même : Vichy fait la sourde oreille aux propositions de Fouéré, et la Libération le condamne aux travaux forcés à perpétuité en 1946.

Réfugié sous un nom d’emprunt au Pays de Galle puis en Irlande, il reprend une prospère affaire de mareyage. Acquitté à la suite de la révision de son procès en 1955, il peut revenir en Bretagne et participe à la création du Mouvement pour l’organisation de la Bretagne (MOB) à la fin des années 1950. Il dirige son journal, L’Avenir de la Bretagne. Suspecté d’être plus qu’un sympathisant du Front de libération de la Bretagne (FLB), il connaît à nouveau la prison. Il participe à la création du Strollad ar Vro (SAV) puis du Parti pour l’organisation d’une Bretagne libre (POBL).

Malgré l’échec de ces différentes entreprises politiques, Yann Fouéré laissera sa marque dans l’histoire de la Bretagne et, au-delà, dans celle de la pensée politique en Europe grâce à ses nombreux livres. Le plus important de ceux-ci est sans conteste L’Europe aux cent drapeaux, essai pour servir à la construction de l’Europe(2), influent bien au-delà de la Bretagne. À la place de l’Europe formée de grands États, Fouéré y propose un système fédéral respectueux des peuples. Yann Fouéré a aussi été un journaliste très actif ; une grande partie de ses textes sont disponibles sur le site web de la Fondation Yann Fouéré, créée pour sauvegarder la masse énorme de documents réunis par lui au cours de sa vie(3).

Novopress avait rendu hommage à Yann Fouéré en 2009 en publiant l’un de ses textes où il prolongeait les réflexions de L’Europe aux cent drapeaux. « La loi fondamentale de la vie, y écrivait-il, est celle de l’équilibre, de l’action, de la réaction et de l’interaction réciproque d’organismes vivants, celles des cellules du corps humain, comme celles des hommes, des familles, des villes et des entreprises, comme celles de l’économie et des institutions que les hommes peuvent se donner. » A l’heure de sa mort, on relira avec émotion cet hommage à la vie.

(1) Yann Fouéré, La Bretagne écartelée, Nouvelles éditions latines, 1962.

(2) Presses d’Europe, 1968.

(3) http://www.fondationyannfouere.org/

Photo : Yann Fouéré adressant une Conférence de SAV en 1974. Fondation Yann Fouéré