Charge de la dette : bientôt supérieure au budget de l’Education nationale ?

Charge de la dette : bientôt supérieure au budget de l’Education nationale ?

On parle beaucoup de la dette publique (Etat + collectivités territoriales + administrations de sécurité sociale + organismes divers d’administration centrale), quelquefois de la dette de l’Etat. Mais rarement de la charge de la dette, c’est-à-dire des intérêts que coûtent à ce dernier les emprunts contractés par lui.

Les chiffres de ces dernières années méritent d’être mentionnés : 44,466 milliards d’euros en 2008 ; 37,625 en 2009 ; 40,503 en 2010. La loi de finances 2011 prévoit 45,382 milliards. Et le projet de loi de finances 2012 place la hausse à 48,773. Chiffres qu’ignorent en général les contribuables. Mais il y a plus intéressant à noter. En effet la charge de la dette constitue, année après année, le deuxième poste de dépense de l’Etat.

Voilà ce que cela donne dans le projet de loi de finances pour 2012. N°1 : la mission « enseignement scolaire », l’école élémentaire, collèges et lycées avec 62,330 milliards d’euros. En deuxième position, on trouve la charge de la dette avec 48,773 milliards. N°3 la mission « Défense » avec 38,281 milliards. N°4 la mission « Recherche et enseignement supérieur » avec 25,439 milliards. N°5 : la mission « sécurité » (Police nationale et gendarmerie nationale) ave 17,063 milliards etc.

Une mission semble croître et prospérer : celle intitulée « immigration, asile et intégration ». La loi de finances 2011 lui accordait 561,469 millions d’euros de crédits de paiement. Le projet de loi de finances 2012 lui en attribue 631,951 millions. Soit une progression de 12,5%. Si une diminution du nombre de fonctionnaires préposés à l’immigration et à l’asile est observée au ministère de l’Intérieur : 612 (équivalents temps plein travaillé) en 2011 et 587 en 2012 la part consacrée à l’asile dans le budget 2012 est en augmentation de 27% pour « tenir compte du niveau élevé des besoins d’hébergement des demandeurs d’asile », a tenu à préciser le ministère de l’Intérieur.

Note : Depuis 2005 le budget de l’Etat n’est plus présenté par ministère mais par « mission », conséquence de l’application de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF). Un exemple : le ministère de la défense nationale voit ses crédits répartis dans deux missions. La première intitulée « Anciens combattants, mémoire et liens avec la nation ». La seconde appelée « défense ». Jusqu’il y a peu, le ministère dela Défense nationale avait même un pied dans une troisième mission grâce à la gendarmerie nationale qui cohabite avec la Police nationale dans la mission « sécurité ». Ce n’est plus le cas maintenant, puisque la gendarmerie nationale a complètement intégré le ministère de l’Intérieur.