Les étrangers aiment une France virtuelle

A l’étranger on aime une France virtuelle

Les étrangers aiment une France virtuelle19/10/11 – 12h20
PARIS (NOVOpress) –
Dans ce plaisant post du Guardian, le journaliste Phil Hoad s’interroge sur l’impact du film Amélie Poulain dans le cinéma contemporain. D’un côté le succès international de ce film a signalé la fin du monopole des productions hollywoodiennes, mais de l’autre, il a aussi une signification plus négative, la commercialisation d’une France virtuelle, plus proche de Disney World que de Versailles.

Mais on peut comprendre les cinéastes. Ce n’est pas en filmant le Paris actuel que l’on peut facilement produire un film gai, positif et optimiste.