Le terroriste d’extrême-gauche Cesare Battisti devra-t-il quitter le Brésil ?

15 octobre 2011 | Actualité internationale, Actualités

15/10/2011 – 18h30
BRASILIA (NOVOpress) –
Contre toute attente, le droit de résidence accordé au terroriste d’extrême-gauche italien pourrait être annulé suite à la demande du ministère public fédéral du Brésil, pays dans lequel Battisti s’est réfugié puis a été emprisonné. Cette demande est d’autant plus surprenante que la Cour suprême du Brésil a rejeté la demande d’extradition de l’Italie provoquant l’ire de Rome. Son pays d’origine souhaitait en effet son extradition après sa condamnation en 1993 par contumace à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres à la fin des années 1970 pendant les années de « plomb » du terrorisme.

Le parquet brésilien fait reposer sa demande « sur la loi sur les étrangers qui empêche l’octroi d’un permis de résidence à un étranger ayant été condamné ou faisant l’objet d’un procès dans un autre pays pour un délit passible d’extradition ».

Mais le procureur, Helio Heringer, se défend de vouloir extrader Cesare Battisti vers l’Italie mais de le renvoyer dans un pays tiers où il a déjà vécu comme la France ou le Mexique où dans un pays susceptible de le recevoir. Cela ne s’opposerait donc pas au fait qu’en 2010, l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva avait décidé au dernier jour de son mandat de ne pas extrader Battisti. Le terroriste d’extrême-gauche vit actuellement dans une petite ville du littoral de Sao Paulo, dans une maison prêtée par un syndicaliste brésilien.

Crédit photo : Agência Brasil. Licence CC.

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.