Confrontée au chômage des Français, la Préfecture de l’Isère refuse le renouvellement d’autorisation de travail d’un ingénieur libanais

Confrontée au chômage des Français, la Préfecture de l’Isère refuse le renouvellement d’autorisation de travail d’un ingénieur libanais

14/10/11 – 18h00
GRENOBLE (NOVOpress)
– Coup médiatique à visée électoraliste sarkozyste ou début de prise conscience de la nécessité d’une « préférence nationale » en matière d’emploi ?
Le cas est trop neuf et trop isolé pour répondre à cette question, mais il n’en reste pas moins que la préfecture de l’Isère a refusé le renouvellement de l’autorisation de travail d’un ingénieur libanais, au motif qu’il y a actuellement 58 ingénieurs français au chômage dans le bassin grenoblois.

Les compétences d’Amro Al Khatib, Libanais de 25 ans et diplômé de l’Université de technologie de Compiègne (UTC), ne sont nullement remises en cause et devraient d’ailleurs trouver pleinement à s’employer dans un pays à reconstruire comme le Liban.

Mais le 3 octobre, Air Liquide, l’employeur de l’ingénieur Libanais, a néanmoins reçu de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail, de l’emploi une lettre l’informant du rejet de la demande d’autorisation de travail d’Amro Al Khatib. Motif ? Près de 60 ingénieurs français sont actuellement au chômage dans la région.

Apparemment insensible aux intérêts du « localisme », le groupe industriel, qui reconnaît lui-même n’avoir pas fait de recherche particulière sur le bassin d’emplois grenoblois, regrette la décision de la préfecture et a soutenu la pétition lancée par les syndicats pour dénoncer cette décision.

[box class=”info”]Crédit photo : Instituts de recherche en santé du Canada sous licence Creative Common[/box]