Le film de décapitations de masse de l’Etat Islamique a été tourné en 6h et a nécessité plusieurs prises

Ces documents qui en disent plus sur le combattant-type de l’État islamique

21/04/2016 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Des spécialistes américains ont pu consulter des formulaires remplis par des candidats au djihad souhaitant rejoindre l’État islamique.

Ces formulaires remplis en arabe par 4 600 volontaires, datent d’une période comprise entre le début de l’année 2013 et fin 2014. Ils révèlent notamment que les candidats au djihad viennent principalement de 70 pays. La nationalité la plus représentée dans cet échantillon est saoudienne, avec 579 personnes, puis viennent les Tunisiens (559), Marocains (240), Turcs (212), Egyptiens (151) et Russes (141). La liste compte notamment 49 Français, 38 Allemands, 30 Libanais, 26 Britanniques, 11 Australiens, 7 Canadiens, mais aucun Américain.

Les notes des “fonctionnaires” constituent parfois des évaluations. “A menti”, “s’il revient, sera emprisonné”, “esprit confus”, “ne sait pas faire preuve de patience” sont autant de mentions relevées par les spécialistes qui ont épluché ces formulaires.


Nantais de Hollande

Sur France 2, François Hollande a dialogué avec un curieux Nantais

21/04/2016 – NANTES (NOVOpress avec BREIZH-INFO) – Sur France 2 le 14 avril, dans l’émission « Dialogues citoyens », François Hollande a dialogué avec un « panel citoyen ». Parmi les quatre invités figurait Marwen Belkaid, un « Nantais issu des quartiers Nord de Marseille », étudiant à l’école de commerce Audiencia. Celui-ci déclare avoir été choisi « via (son) blog d’actualité »  modestement intitulé « la plume d’un enfant du siècle ». En fait Marwen Belkaid est omniprésent sur la toile. Ses articles sont repris sur de nombreux sites et blogs : le Huffington post, Radio Londres, Eurafrique etc.

Le tuteur de la promotion 2016 d’Audiencia Nantes qui se définit comme « un jeune  étudiant intéressé par le politique au sens grec du terme à savoir tout ce qui se rapporte à la vie de la cité » a des jugements sur tout, de Sarkozy « mort politique » aux migrants, à la situation en Grèce ou à l’OM. Sur son blog, Marwen Belkaid apparaît surtout comme un défenseur  de l’islam qui, pour lui,  n’a rien à voir avec l’islamisme et les récents attentats.  Le débat qui a suivi cet article et les réponses à ses contradicteurs est particulièrement éclairant.

migrants-nos-freres-marwen-belkaidSous le titre « Hollande ne m’a pas convaincu », Presse Océan, qui lui a consacré une interview complaisante, note curieusement que Marwen Belkaid a préféré bloquer son compte Twitter car « il s’attendait à quelques retombées négatives ». On le comprend. Marwen n’a manifestement pas les yeux de Chimène pour les « sionistes » et l’État d’Israël.

Jugeons en plutôt :

13/8/2015 : « Si Amedy Coulibaly voulait réellement tuer parce qu’ils étaient juifs, il les aurait tué tous, c’est tout ! »

22/10/2015 : « Si t’as le malheur d’écrire un truc sur les sionistes, on te dézingue. Je sais de quoi je parle. »

8/8/2015 : A un de ses correspondants : « Ça te fait mal qu’on te mette face aux incohérences des sionistes. »

9/2/2016 : « Ces mêmes trous de balle qui laissent faire ce qu’Israël veut. »

15/2/2016 : « Alors que le Conseil de Paris veut criminaliser le boycott (d’Israël NDLR) droit au boycott ! De l’hypocrisie à propos d’Israël. Soutien au BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions, NDLR). »

Lors du dernier dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), le Premier ministre Manuel Valls avait assimilé l’antisionisme à l’antisémitisme en ces termes : « Il y a aussi l’antisémitisme dans les quartiers populaires d’une jeunesse radicalisée. Et puis il y a l’antisionisme, c’est-à-dire tout simplement le synonyme de l’antisémitisme et de la haine. » Dans ce contexte, l’invitation de Marwen Belkaid à dialoguer avec le président de la République était pour le moins étonnante.

Texte repris de Breizh-info.com

Nasa

Des aurores boréales comme vous ne les avez jamais vues

21/04/2016 – MONDE (NOVOpress) : La Nasa a mis en ligne il y a trois jours une vidéo exceptionnelle d’aurores boréales vues de l’espace. Ces images ont été prises depuis la station spatiale internationale et filmées en haute définition en « time‑lapse ». Cette technique permet de diminuer la cadence des prises de vues afin de produire une accélération lors de la projection. Les dernières aurores boréales visibles en France l’ont été dans le Nord, en mars 2015, mais il fallait être doté d’un appareil photo pour les apercevoir.

Hijab Day à Sciences Po : plus c’est con, plus ça fait du buzz

21/04/2016 – PARIS (NOVOpress) : Lilly Mullot, Laetitia Demaya et Anaïs Khaldi peuvent être satisfaites : leur opération Hijab Day – Un voile pour une journée, qu’elles avaient organisée à Sciences Po, a parfaitement fonctionné. Sur le plan médiatique s’entend. Durant toute la journée d’hier, Sciences Po a été assailli par les journalistes venus recueillir les commentaires des étudiants sur cette opération menée au nom d’une sorte de féminisme antiraciste exprimé en orthographe « genrée » : « Voilé.e.s, pas voilé.e.s, tou.te.s égales/égaux. »

Le principal mérite de cette Journée du hijad, que le Front national de Sciences Po a été le premier à dénoncer, aura été de confirmer ce que l’on savait déjà : plus c’est con, plus ça fonctionne. Il s’est ainsi trouvé des étudiantes de Sciences Po, supposées constituer la future élite de la nation, pour se recouvrir et expliquer doctement (mais confusément) qu’elles manifestaient ainsi leur solidarité avec des minorités forcément opprimées. Il s’est trouvé des responsables étudiants, comme Arthur Moinet, le vice-président de l’Unef de Sciences Po, pour défendre cette initiative – c’est le même qui avait lancé, en 2014 à Nantes, la Journée de la jupe. Et il s’est trouvé une direction de Sciences Po, fidèle à l’impulsion donnée par Richard Descoings, pour manifester sa compréhension à l’égard de cette initiative, ce qui a conduit Eric Ciotti, député (LR) des Alpes-Maritimes, à demander sa démission.

Frédéric Mion, le direction de l’Institut d’études politiques de la rue Saint-Guillaume, a dû goûter cette provocation tellement parisienne : il était auparavant secrétaire général de Canal +. Bref, comme dit Alice, c’était « cool ». S’il manquait une preuve de l’échec absolu de l’Education nationale à former les jeunes Français, on l’a eue.


Le “Hijab Day” divise Sciences Po Paris par leparisien

FN Sciences Po Hijab Day

Nucléaire logo

L’Allemagne fait la chasse aux centrales nucléaires de ses voisins

20/04/2016 – BERLIN (NOVOpress) : Engagée dans la sortie du nucléaire civil, l’Allemagne a du mal à supporter que ses voisins n’en aient pas fait autant. Barbara Hendricks, ministre allemand de Environnement et membre du SPD, vient de demander à la Belgique de fermer deux de ses sept réacteurs, celui de Doel 3, à une vingtaine de kilomètres d’Anvers, et celui de Tihange 2, près de Liège. Ces deux réacteurs, qui produisent un tiers de l’énergie nucléaire de la Belgique, ont repris leur activité en décembre après avoir été arrêtés durant deux ans en raison de microfissures.

Pour justifier sa demande, le ministère de l’Environnement de la République fédérale s’appuie sur une étude d’experts allemands qui, faute de disposer d’« éléments concrets » que ces fissures présentent un danger, « ne peuvent pas confirmer non plus qu’il n’y en ait pas ».

En mars dernier, l’Allemagne, toujours par la voix de Barbara Hendricks, avait déjà réclamé la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, en France, arguant qu’elle est « trop vieille pour être encore en activité ».

L’an dernier, France Télévisions rappelait que « l’Allemagne est peut-être la championne d’Europe des énergies renouvelables, mais c’est aussi le plus gros pollueur » et que « le charbon, qui remplace l’énergie nucléaire, provoque des catastrophes écologiques ».


COP 21 : l’Allemagne, mauvaise élève de l’UE avec le charbon

Mehmet Kaplan

Le ministre suédois du Logement démissionne, soupçonné d’islamisme

Mehmet Kaplan était ministre du Logement et du Développement urbain depuis 2014, dans le gouvernement de Stefan Löfven, en tant que membre du Parti de l’environnement-Les Verts, qui forme une coalition avec le Parti social-démocrate et le Parti de gauche.

Né en Turquie, ancien porte-parole du Conseil musulman de Suède et des Jeunes musulmans de Suède, co-fondateur de l’organisation des Musulmans suédois pour la Paix et la Justice, Mehmet Kaplan avait comparé, en 2014, les musulmans de Suède partant se battre dans la guerre civile syrienne, y compris pour l’État islamique, aux volontaires suédois qui participèrent à la défense de la Finlande contre la Russie soviétique en 1939-1940. Il était aussi à bord de la « flottille de la liberté » qui, en 2010, tenta de briser l’embargo israélien contre la bande de Gaza. L’arraisonnement israélien avait fait 9 morts et 38 blessés, dont 10 militaires israéliens, et une vidéo, diffusée par les Israéliens, a ensuite montré que les militants étaient armés.

Mais ce qui a provoqué la démission, lundi, du Turco-Suédois, Mehmet Kaplan, c’est la diffusion, par le quotidien suédois Aftonbladet, de photographies prises l’année dernière, où l’on voit le ministre du Logement dîner avec des membres de l’organisation ultra-nationaliste turque « Loups gris », qui a des accents islamistes et un passé terroriste.

Parmi les « Loups gris » avec lesquels le ministre a partagé son repas, on peut voir un certain Barbaros Leylani, qui a lancé, la semaine dernière, à un petit attroupement de Turcs rassemblés devant la gare de Stockholm, qu’il fallait que les Turcs « se réveillent » et tuent « ces chiens d’Arméniens ». « Montrons à la Suède, à la Scandinavie et à l’Europe de quoi la Turquie est capable », aurait-il encore clamé d’après le quotidien suédois Dagens Nyheter.

L’idéologie des « Loups gris », qui voudraient reconstituer un empire turc islamique de l’Asie centrale aux Balkans, est généralement décrite comme un mélange de néo-fascisme et d’islamisme. Ceci ne les a pas empêchés, ces dernières semaines, de manifester contre les Kurdes dans plusieurs villes d’Allemagne, où ils sont la plus grosse organisation d’extrême droite avec, au moins, 10 000 membres, d’après Wikipédia. Des films circulent sur Internet où on les voit défiler avec d’autres Turcs, aux cris de « Allahu Akbar », en faisant leur salut caractéristique, sans pour autant être inquiétés par les forces de l’ordre.

Olivier Bault

Article paru dans Présent n° 8592 daté du 21 avril 2016

Coca-Cola

Coca-Cola aurait dépensé 7 millions d’euros pour tromper les Français

20/04/2016 – PARIS (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Selon l’ONG Foodwatch, qui parle de « stratégie de désinformation », l’entreprise  Coca‑Cola aurait déboursé pas moins de 6,7 millions d’euros (hors taxes) sous forme de subventions et d’aides à des projets ou des organismes afin de promouvoir auprès des Français ses produits prétendument allégés tels que le Coca‑Cola « light » et le Coca « zéro ».

Quelles sont les personnes ciblées par Coca‑Cola, bénéficiaires de ce système de corruption par la subvention ? Il s’agirait, selon l’ONG, de médecins, de nutritionnistes et d’associations. Ceux‑ci auraient déclaré sans vergogne que ces boissons édulcorées étaient plutôt bénéfiques pour la santé. Or, ces boissons où le sucre est remplacé totalement ou partie par des édulcorants contribueraient très fortement à l’augmentation des taux d’obésité, de surpoids et de diabète dans la population française, comme le prouvait un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire des aliments.

L’impact de ces révélations est‑il si important ? Les personnes bien informées ne seront pas surprises de voir confirmés les méfaits d’une boisson aussi artificielle et remplie d’additifs chimiques. En revanche, savoir que l’entreprise consacre des sommes si importantes à des opérations de communication mensongères amène à se poser de sérieuses questions sur la capacité de nuisance d’entreprises supranationales, dont le seul centre d’intérêt est le profit désordonné.

Or « de Paris à Lyon, de Lille à Chambéry en passant par Poitiers ou Givors, écrit Foodwatch, des médecins, scientifiques et des organismes – parfois sous tutelle publique – ont été généreusement financés par Coca-Cola France depuis 2010. Des sommes conséquentes souvent employées par les destinataires à plaider la cause des édulcorants au sein de congrès ou dans des publications scientifiques. »

La liste des « aides » versées par Coca-Cola est disponible ici.

Nîmes : enquête sur ces jeunes « Français » qui partent faire le djihad en Syrie

20/04/2016 – FRANCE (NOVOpress)
En France près de 2000 personnes seraient impliquées dans les filières djihadistes. Parmi elles, beaucoup sont parties en Syrie, attirées par la propagande sur internet ou par le discours des recruteurs islamistes.

Dans les cités de Nîmes, de nombreux jeunes ont rejoint les rangs de l’État islamique. Une équipe de France 2 a rencontré deux mères qui n’ont rien pu faire contre le départ de leur fils vers la Syrie.


Logo Afp

La curieuse Charte de déontologie de l’Agence France Presse

20/04/2016 – FRANCE (NOVOpress) : L’Agence France Presse s’est dotée d’une Charte des bonnes pratiques éditoriales et déontologiques « dont certains passages sont pour le moins étonnants », écrit l’hebdomadaire Minute, qui s’est arrêté sur la notion de « médias respectés ». Extrait :

« Le problème de l’AFP, c’est [sa] prétention à être meilleure que les autres et même, à être supérieure aux autres. Le passage le plus révélateur de cette arrogance porte sur l’éventualité qu’un journaliste de l’AFP soit interviewé par un de ses confrères. Lui qui est payé pour faire parler les témoins, peut-il s’exprimer ? Peut-il, par exemple, expliquer à d’autres son métier, si envié ?

« A cette question apparemment anodine, la charte apporte une réponse qui vaut son pesant de politiquement correct. Les journalistes de l’AFP, est-il écrit, “ne doivent accepter les demandes d’interviews que de médias respectés“. Pardon ? Et c’est quoi un “média respecté“ ? Et “respecté“ par qui d’abord ? On a beau chercher, la notion de “média respecté“ n’existe nulle part. Et pour cause : elle a été créée pour l’occasion. A l’AFP, où l’on se pense comme un “média respecté“, on ne mélange pas les torchons et les serviettes.

« Aussitôt après, la Charte explique que ce qu’il importe d’éviter, ce sont “les situations dans lesquelles [les journalistes de l’AFP] peuvent être interrogés par des polémistes ou dans lesquelles leurs propos peuvent être exploités aux fins de propagande“. On a compris. Le “média respecté“, c’est celui qui est jugé respectable aux yeux de l’establishment. Celui qui ne posera jamais de questions qui fâchent. Celui qui acceptera, sans sourciller, que la voix de l’AFP propage, à travers lui, ses vérités, les seules qui vaillent. Et pas celui dont les critiques éventuelles sont, par avance, qualifiées de “propagande“…

« Autrement dit, Eric Zemmour peut toujours demander un entretien à un journaliste de l’AFP, il ne l’aura jamais. Il a beau être respecté par des millions de Français, il a beau travailler pour des médias a priori respectés, comme RTL ou Le Figaro, il n’est qu’un “polémiste“. Etrange “déontologie“ qui crée deux catégories de journalistes : ceux qui écrivent pour des médias “respectés“ et les autres – qui ne sont pas respectables ? »

Jean-Paul-II

Nadine Morano appelle le pape François à relire Jean-Paul II

20/04/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Nadine Morano n’a pas apprécié que le pape François revienne de Lesbos avec douze musulmans. « On attendrait du pape autre chose qu’une opération de communication un peu maladroite », a-t-elle affirmé ce matin sur RTL, en appelant le pape à se souvenir du discours prononcé par son prédécesseur Jean-Paul II devant l’Unesco le 2 juin 1980 à Paris.

Le 2 juin 1980 à Paris, Jean-Paul II avait en effet déclaré :

Ce que je dis ici concernant le droit de la Nation au fondement de sa culture et de son avenir n’est donc l’écho d’aucun « nationalisme », mais il s’agit toujours d’un élément stable de l’expérience humaine et des perspectives humanistes du développement de l’homme. Il existe une souveraineté fondamentale de la société qui se manifeste dans la culture de la Nation. Il s’agit de la souveraineté par laquelle, en même temps, l’homme est suprêmement souverain. Et quand je m’exprime ainsi, je pense également, avec une émotion intérieure profonde, aux cultures de tant de peuples antiques qui n’ont pas cédé lorsqu’ils se sont trouvés confrontés aux civilisations des envahisseurs : et elles restent encore pour l’homme la source de son « être » d’homme dans la vérité intérieure de son humanité.

Prison Italie

Un tiers des détenus des prisons italiennes sont des étrangers

19/04/2016 – ROME (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Le journal Il Giornale publie  les données du rapport annuel de l’association italienne Antigone, une ONG qui se préoccupe de la population carcérale. Le pourcentage de détenus étrangers dans les prisons italiennes est de 33,4 %. Sur 53 000 détenus, 18 000 sont des étrangers. Ces chiffres prennent en compte la nationalité des délinquants et criminels. Les Italiens d’origine étrangère et naturalisés ne sont donc pas comptabilisés dans ces statistiques.

Les premiers pays à remplir les prisons italiennes sont le Maroc (16,9 % du total des étrangers incarcérés), la Roumanie (15,9 %), l’Albanie (13,8 %) et la Tunisie (11 %).

L’association Antigone établit notamment que ces étrangers ont commis 8 192 crimes contre les biens et 6 599 crimes contre les personnes.

Beatrix von Storch

L’islam est incompatible avec la République… allemande

Non, « l’islam ne fait pas partie de l’Allemagne ». C’est la réponse du parti conservateur Alternative pour l’Allemagne (AfD) à la déclaration en sens contraire de la chancelière Angela Merkel, en juillet 2015. La vice-présidente de l’AfD, Beatrix von Storch, a ajouté : « L’islam est une idéologie politique qui n’est pas compatible avec la Constitution allemande. » Aleksander Gauland, deuxième vice-président de l’AfD et chef du parti dans le Brandebourg, en a remis une couche dans une interview pour le Frankfurter Allgmeine Zeitung de dimanche, en soulignant que l’islam est un « corps étranger » et qu’il sera « toujours associé intellectuellement à une volonté de prendre le contrôle de l’État » car « l’islam n’est pas une religion comparable au christianisme catholique ou protestant ».

Uwe Junge, le président de l’AfD dans le land de Rhénanie-Palatinat où les conservateurs anti-immigration ont obtenu pour la première fois près de 13 % des voix aux élections régionales de mars, a lui aussi rappelé dans une interview à la radio publique DLF, que « l’islam est une religion politique ». Junge a aussi rappelé que dire cela n’est pas être contre tous les musulmans, car cela ne s’adresse pas à ceux « qui ont gagné leur place dans notre société en s’adaptant et en s’intégrant ».

L’AfD discute en ce moment de la rédaction de son programme politique qui fera l’objet d’un vote à la convention du parti à Stuttgart, à la fin du mois. Le parti de Frauke Petry continue de grimper dans les sondages où il est désormais donné à 14 % des voix au niveau national.

Malgré les cris outrés en provenance des autres partis et des organisations musulmanes, qui prétendent voir dans les inquiétudes, pourtant légitimes, exprimées par l’AfD l’ombre du nazisme, le mouvement anti-immigration vient de recevoir le soutien indirect de l’ancien chancelier Helmut Kohl, de la CDU, dans la préface à la traduction hongroise de son livre Par souci de l’Europe. Dans cette préface, l’ancien mentor d’Angela Merkel explique, lui aussi, que la religion des nouveaux arrivants est une menace pour notre civilisation judéo-chrétienne.

Selon les données compilées par le Pew Research Center, il y avait environ 5,95 millions de musulmans en Allemagne à la fin 2015 contre 5,07 millions un an plus tôt.

Olivier Bault

Article paru dans Présent n° 8591 daté du 20 avril 2016

Bruxelles Métro Attentat

L’Etat islamique aurait infiltré de nouvelles cellules terroristes en Europe

19/04/2016 – BRUXELLES (NOVOpress) : L’Etat islamique aurait fait entrer de nouveaux « combattants » en Europe : c’est ce qu’a affirmé Paul Van Tigchelt, patron de l’Ocam, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace, lors d’une conférence de presse tenue ce matin. L’Ocam a pour mission, sous l’autorité du ministère belge de la Défense, « d’effectuer des évaluations stratégiques et ponctuelles sur les menaces terroristes et extrémistes à l’encontre de la Belgique ».

Le fait que cette information soit donnée par un organisme belge ne signifie pas que les commandos de Daech aient pour mission de perpétrer des actes terroristes en Belgique comme l’ont montré les attentats de Paris, commis par des islamistes partis de Molenbeek.

Un responsable belge de l’antiterrorisme évoque une menace permanente sur les « sites sensibles » de divers pays européens, dont la France, ainsi que sur les « soft targets », ces lieux quasiment impossibles à sécuriser qui se caractérisent par une forte densité de population à un moment donné, comme les centres commerciaux.

Les attentats commis à Bruxelles le 22 mars dernier ont fait 32 morts. A ce jour, 44 personnes sont toujours hospitalisées, dont 24 en soins intensifs.

daesh-is-isis-terror-islamischer-staat-kaempfer

Une trentaine d’anciens soldats de la Bundeswehr dans les rangs de Daech

Il fallait s’y attendre. A son tour, l’armée allemande fait face à de plus en plus de cas de radicalisation. D’après une enquête, le Militärische Abschirmdienst (MAD), l’équivalent allemand de la DPSD, a identifié 29 anciens militaires s’étant rendus en Irak ou en Syrie pour rejoindre l’Etat islamique.

Une fois leur contrat terminé ou après avoir été renvoyés, justement pour des problèmes d’extrémisme religieux, ces anciens de la Bundeswehr, dont plusieurs sous-officiers, ont profité de leur formation aux armes pour aller renforcer Daech. Ainsi, depuis 2007, 320 soldats soupçonnés de radicalisation ont été mis sous surveillance par le MAD. Parmi eux, 65 font toujours l’objet d’une enquête et 22 ont été classés comme « islamistes radicaux ». 17 d’entre-eux ont d’ores et déjà été renvoyés, les 5 restants sont arrivés au terme de leur contrat.

Outre ces cas d’anciens militaires reconvertis dans le jihadisme, la Bundeswehr craint également que les islamistes radicaux qui sont encore sous l’uniforme ne servent de recruteurs pour l’organisation terroriste, ce qui permettrait à Daech d’infiltrer l’armée allemande. Pour Hans-Peter Bartels, commissaire parlementaire pour les forces armées, « la Bundeswehr peut être attrayante pour les islamistes cherchant à se former au maniement des armes ».

Si l’état-major considère que ces cas de radicalisation ne sont pas le problème principal, ils demeurent malgré tout « un danger réel qui doit être pris au sérieux ». Pour y faire face, dans un premier temps, la Bundeswehr entend mettre en place des « filtres » permettant de vérifier l’identité de ses recrues. Un système qui existait déjà mais ne concernait que les militaires ayant accès à des documents confidentiels.

Christopher Lings

Extrait d’un article publié dans Présent n° 8590 daté du 19 avril 2016

Zemmour

Pour Eric Zemmour, le pape « abandonne l’Europe à son destin islamique »

19/04/2016 – France (NOVOpress) : Eric Zemmour n’a pas aimé, mais alors pas du tout, le geste du pape François qui est revenu de Lesbos avec douze Syriens musulmans, et la chronique qu’il a livrée ce matin sur RTL devrait lui valoir une nouvelle polémique.

Après avoir salué les talents de communicant du pape François (« Il fait honneur à la réputation légendaire de machiavélisme des jésuites »), Eric Zemmour déplore : « Le signal qu’il envoie est redoutable. Son habileté se retourne contre lui. C’est la maladresse des habiles diagnostiquée par ce grand chrétien qu’était François Mauriac. Les enfants de Dieu qu’il défend ne sont donc plus ceux de Jésus-Christ. Peut-être espère-t-il les convertir au catholicisme ? Mais il devrait savoir qu’en Europe, les conversions nombreuses ont lieu plutôt dans l’autre sens. »

« Le pape nous explique, non sans une pointe d’ironie, que les familles chrétiennes qu’on lui a présentées n’avaient pas leurs papiers en règle. On ne savait pas la miséricorde divine si procédurière… Ou doit-on comprendre que la religion lui importe peu ? Qu’il fait une croix sur l’Europe, terre chrétienne ? Il refuse de privilégier la défense des chrétiens d’Orient persécutés et abandonne l’Europe à son destin islamique. Les ponts qu’il veut édifier favoriseront toujours la civilisation la plus conquérante et la démographie la plus vigoureuse. […] Mais les lointains prédécesseurs de ce pape furent pourtant heureux dans les siècles passés que les Etats et peuples d’Europe viennent défendre par les armes une chrétienté alors menacée par les invasions ottomanes. »

« Le pape François semble ignorer ou mépriser cette longue et tragique histoire européenne. […] L’Europe est, aux yeux du pape, pourrie par l’argent et le relativisme, par le capitalisme et la théorie du genre, rongée par l’individualisme destructeur des familles et l’absence d’enfants. Qu’elle crève, mais que les principes soient saufs. Que la volonté de Dieu soit faite, même si le Dieu s’appelle Allah. »

Tatjana Festerling

La porte-parole de Pegida : « Par rapport aux partis, nous servons d’éclaireurs »

19/04/2016 – France (NOVOpress) : Tatjana Festerling, porte-parole du mouvement allemand Pegida (« Les Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident »), né fin 2014, était de passage à Paris. Elle a répondu aux questions de TV Libertés sur le sens et les modalités de ce mouvement. L’entretien est en allemand, sous-titré en français.

Finkielkraut Nuit Debout

Finkielkraut répond à ceux qui l’ont expulsé de Nuit debout

19/04/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Dans un entretien exclusif accordé au Figaro, Alain Finkielkraut raconte l’agression verbale et les menaces dont il a été l’objet place de la République samedi soir et analyse ce qui se déroule là-bas.

Intrigué par tout ce que je lisais dans la presse sur le mouvement Nuit debout, j’ai voulu juger par moi-même. Je suis donc allé samedi soir place de la République, à Paris. À peine arrivé, j’ai été interpellé par un homme qui semblait avoir mon âge: «On va voir le petit peuple, quelle décadence!» Mon épouse, interloquée, l’a fusillé du regard. En réponse, il nous a tiré la langue, puis nous a ostensiblement tourné le dos. Refusant de nous laisser décourager par cet accueil, nous avons poursuivi notre chemin jusqu’à l’assemblée générale.