Tag Archives: Wallonie

Le « bloddy Saturday » de Glain n’a pas eu lieu

Le « bloody Saturday » de Glain n’a pas eu lieu

18/04/2013 – 10h00
LIÈGE (NOVOpress) —
« N’en déplaise aux xénophobes d’extrême-droite qui ont fait de l’islamophobie un fond de commerce, la plus grande mosquée de Wallonie sera construite à Glain dès 2013 incha’Allah. Le permis d’urbanisme prévoit un terrain d’environ 11.000 m2 qui accueillera le bâtiment principal de la mosquée, une bibliothèque, une cafétéria, plusieurs locaux et un minaret. Les travaux devraient débuter au printemps 2013 et durer environ deux ans. La mosquée pourra accueillir jusqu’à 1000 fidèles. » (2). C’est en ces termes que le site du JDM – Journal du Musulman – s’est félicité de la construction prochaine, à Glain, un quartier de la ville de Liège, de ce qui doit devenir la plus grande mosquée de Wallonie (Belgique).

Lire la suite

Les Wallons aussi veulent quitter la Belgique

Les Wallons aussi veulent quitter la Belgique


18/02/2012 – 12h00
BRUXELLES (NOVOpress via unzensuriert) –
Un nouveau scénario s’esquisse dans le conflit entre Wallons et Flamands. De plus en plus de responsables politiques -dont le Ministre des affaires sociales Laurette Onkelinx, le sénateur Philippe Moureaux et l’actuel Premier Ministre Rudy Demotte- ont admis récemment que les Wallons devraient se préparer à une scission.

Selon l’ex rédacteur en chef du journal Le Soir, Béatrice Delvaux, il est évident que « des personnalités wallonnes de premier plan sont arrivées à un accord et se préparent à un avenir sans la Flandre et sans Bruxelles ». Le fameux plan B. Cet accord découle « d’une conviction qui s’est répandue durant les derniers mois chez les Wallons: la Belgique ne serait que provisoirement sauvée, et il importe maintenant de préparer l’étape suivante ». Cette prise de conscience semble avoir atteint même des gens comme Thierry Bodson, président du syndicat socialiste wallon FGTB, qui participerait avec d’autres cadres socialistes à une cellule de réflexion sur l’avenir de la Wallonie. D’autres encore, comme le Ministre du développement durable Jean-Marc Nollet, évolueraient de plus en plus vers une perspective régionaliste, toujours selon la journaliste.

Les Flamands considèrent la Belgique comme une situation provisoire

Le député du parlement flamand Joris van Hauthem ne considère plus la Belgique comme un pays, mais comme une simple « situation provisoire ». « Que pour de plus en plus de Wallons, la fin de la Belgique ne signifie plus la fin du monde, est une évolution que nous ne pouvons que saluer. Mais il est grand temps que la classe politique flamande sorte de son hibernation et suive l’exemple wallon. Aujourd’hui, nous devons mettre au point le scénario de l’indépendance flamande ». Et le Vlaam Belang veut maintenant sommer le Premier Ministre Kris Peeters d’ordonner à son gouvernement de préparer activement la séparation.

Paix sociale: la Wallonie veut s’associer à l’Allemagne

A intervalles réguliers, l’on philosophe pour savoir vers qui devrait se tourner la partie francophone de la Belgique à l’économie anémiée. Les transferts monétaires depuis le nord, qui permettent de maintenir le système social, n’autorisent pas l’option d’un état indépendant. Paul Magnette, Ministre belge de l’énergie, lui même wallon, a proposé une autre solution. Pour lui, la meilleure option à prendre pour le pays wallon en cas d’explosion de la Belgique, serait de se joindre à l’Allemagne. En Allemagne il y aurait une paix sociale appréciable, et une culture politique beaucoup plus proche [de l’esprit wallon] qu’en France, malgré la communauté de langage.

Le Pen a assuré les Wallons de son soutien

L’évolution économique différente pourrait avoir joué un rôle déterminant pour Magnette. Pendant que la France continue de s’enfoncer dans la récession, l’économie allemande connaît un véritable boom. L’Allemagne serait plus à même de soutenir l’anémique Wallonie.

Mais la Présidente du Front National français a également assuré la Wallonie francophone de son soutien en cas d’effondrement de l’État. Le Pen avait déclaré dans un communiqué de presse de l’an dernier: « les liens historiques et fraternels entre nos deux peuples sont trop forts, pour que la France refuse sa protection à la Wallonie dans une telle situation ».

Crédit photo : fdecomite via Flickr (cc)