Tag Archives: vols

Messages entre Roms : « Viens en Italie, on y vole facile »

Messages entre Roms : « Viens en Italie, on y vole facile »

19/10/2014 – ROME (NOVOpress) « Viens ici, tu es en Italie et pas en Roumanie. Ici on vole ». Et encore : « Si tu te fais prendre en Roumanie, ils te donnent sept ou huit ans pour un survêtement, en Italie c’est différent ». Voilà un échantillon des conversations enregistrées pendant plusieurs semaines par la police italienne et qui lui ont finalement permis de démanteler un gang de cambrioleurs spécialisés dans les beaux quartiers de Rome.

C’est avec des arguments de ce genre que le chef – surnommé « le mafieux » par ses hommes –, recrutait ses compatriotes, parfois en les faisant spécialement venir de Roumanie, souvent après les avoir abordés en Italie même dans les centres de la très immigrationniste Caritas (le Secours catholique italien). « Laisse tomber la Roumanie, là ils te mettent en prison. Viens en Italie : ici on vole facile ». « Apporte le spray au piment, avec ça tu endors les chiens et tu rentres même dans la maison de Berlusconi ».

La bande a commis plusieurs dizaines de cambriolages l’année dernière : le butin était ensuite envoyé en Roumanie par camions entiers. Au terme d’une enquête de près d’un an, depuis novembre dernier, les policiers « déguisés en Roms » ont pu arrêter « le Mafieux » jeudi soir. Il était tellement sûr de l’impunité qu’on a retrouvé à son domicile plusieurs appareils photo (volés comme de juste) avec lesquels il prenait un « selfie » après chaque vol. Sur certaines photos, il est vautré sur un matelas couvert de billets de banque.

Le nom bien choisi de l’opération policière qui a permis son arrestation ? « Roumanie Express ». On attend les réactions indignées de ceux qui dénoncent « le mépris des Italiens pour les Roms ».

Image : copie d’écran du journal « Il Messagero », un des plus importants quotidiens italiens. DR.

D’énormes saisies dans des camps de Roms à Montpellier (vidéo)

09/12/2013 – 08h00
MONTPELLIER (NOVOpress) – L’enquête durait depuis presque un an dans le cadre de vols de cuivre. Elle a abouti en novembre dernier par l’intervention de 120 gendarmes et d’un hélicoptère dans des camps de Roms à Montpellier. La gendarmerie a qualifié la saisie de « colossale ».

Il y avait bien cinq tonnes de métaux, surtout du cuivre, réparties dans 3 camps. Mais les forces de l’ordre ont découvert aussi de véritables cavernes d’Ali Baba d’objets volés allant de blocs électrogènes à des machines à café en passant par du matériel hi-fi. Du cambriolage organisé de manière quasi industrielle, peut-être un apport au « redressement productif » en France ?

Publié le
Brétigny : les vols et insultes racistes anti-Blancs prennent de l’ampleur

Brétigny : les vols et insultes racistes anti-Blancs prennent de l’ampleur

26/07/2013 – 09h30
BRETIGNY-SUR-ORGE (NOVOpress) –
Chaque jour qui passe vient contredire les tentatives de Manuel Valls cherchant à minimiser les actes de pillage liés la tragédie de Brétigny-sur-Orge. En milieu de semaine, le ministre de l’Intérieur restait vague en déclarant : « Il y a eu sans doute des vols »… Or, le Point.fr révèle « que quatre demandes de recherche et d’identification d’auteur de vol simple « dans un lieu affecté à un transport de voyageurs » lors de l’accident du 12 juillet en gare de Brétigny-sur-Orge ont été transmises aux commissariats de l’Essonne ».

Lire la suite

Brétigny : des racailles ont bien volé les victimes

Brétigny : des racailles ont bien volé les victimes

24/07/2013 – 21h00
BRETIGNY-SUR-ORGE (NOVOpress) –
Le procureur de la République d’Évry, Eric Lallement, a indiqué mercredi après-midi, avoir « la certitude » qu’au moins « deux vols ont été commis au préjudice de deux passagers », lors de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne) le 12 juillet. Des objets appartenant à ces passagers ont été retrouvés à Châtelet, au coeur de Paris, a indiqué le magistrat. Il évoque également des images de vidéosurveillance où les enquêteurs ont pu voir des individus quitter la gare avec des valises qu’ils n’avaient pas en entrant dans le bâtiment.

Lire la suite

Catastrophe de Brétigny-sur-Orge : les racailles se sont régalées

Catastrophe de Brétigny-sur-Orge : les racailles se sont régalées

19/07/2013 – 20h45
BRETIGNY-SUR-ORGE (NOVOpress) –
« A-t-on voulu cacher une réalité trop dérangeante ? », interroge LePoint.fr. Car une synthèse de la direction centrale des CRS révèle que des scènes de vol et de caillassages des forces de l’ordre ont éclaté en marge de l’accident de train à Bretigny-sur-Orge. La catastrophe avait fait six morts et des dizaines de blessés le 12 juillet dernier.

Lire la suite

Explosion des chiffres de la délinquance : les Français touchés au quotidien

Explosion des chiffres de la délinquance : les Français touchés au quotidien

19/01/2013 – 12h00
PARIS
(NOVOpress) – L’Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale (ONDRP) vient de publier son bilan annuel de la délinquance constatée par la police et la gendarmerie. Une multitude d’indicateurs prouvent que les Français sont les premières victimes de la délinquance dans leur quotidien. Ainsi, les cambriolages de résidences principales ont explosé en 2012 : + 14,6 % en 2012 en zone gendarmerie, et de 4,7 % chez lez policiers. Les vols contre des particuliers dans les lieux publics augmentent également en zone police : vols à la tire (+8,5 %), vols simples (+4,7 %), vols violents contre des femmes (+7,9 %).

Lire la suite

Milan : un curé interdit sa paroisse aux Roms « pour cause de vols répétés »

Milan : un curé interdit sa paroisse aux Roms « pour cause de vols répétés »

04/07/2012 — 12h30
MILAN (NOVOpress) — « Pour cause de vols répétés, les tsiganes n’entrent pas » : telle est l’affiche qu’a récemment apposée l’abbé Alberto Sacco, 76 ans, à l’entrée de sa paroisse de San Silvestro, dans la banlieue de Milan. Les Roms sont quand même libres d’entrer dans l’église pour prier mais tous les bâtiments paroissiaux leur sont interdits.

Les Roms sont nombreux dans la zone, dans des campements sauvages. Pendant plus d’un an, ils ont pris pour cible favorite la piste cyclable sur la route devant l’église, agressant et dépouillant les passants et les cyclistes. Les carabiniers, à la fin de février dernier, se sont décidés à intervenir et en ont arrêté quatre.

Les Roms ont depuis déplacé leurs activités de l’autre côté de la route, aux dépens des maisons, des magasins et aussi de la paroisse. Des voitures ont été vandalisées et dévalisées à plusieurs reprises. Les Roms viennent en outre régulièrement faire leur choix dans les vêtements usagés que recueille et trie la paroisse, volant ce qui leur plaît et laissant tout le reste par terre, dans le plus grand désordre. « Parfois, raconte le curé, ils emportent des sacs entiers de vêtements, que nous avons l’habitude de distribuer le samedi. Mais, là-dessus, nous avons toujours fermé les yeux ».

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est quand les Roms ont commencé à s’en prendre aux enfants du patronage. Mi-juin, deux femmes tsiganes sont entrées dans le préau et ont volé deux sacs à dos des enfants. Des adultes de la paroisse, qui les ont vues s’enfuir avec leur butin, les ont poursuivies et ont pu récupérer les sacs, qui ne contenaient du reste que des livres de classe. À la demande du curé, plainte n’a pas été déposée contre les voleuses, mais l’épisode a eu raison de sa patience et il s’est décidé à mettre son affiche. « Je dois veiller sur les enfants et les jeunes qui me sont confiés, en les protégeant ainsi que leurs effets personnels », se justifie-t-il.

L’affaire a fait du bruit dans la presse locale. Certains journalistes ont donné au curé des leçons de christianisme, lui rappelant que « l’accueil des étrangers non-européens est un des principes fondamentaux de la religion chrétienne », ou lui reprochant carrément d’avoir oublié l’Évangile, où le Christ est mis en croix entre deux larrons et déclare : « Aujourd’hui, tu seras avec moi au paradis ». Les journalistes semblent avoir oublié, de leur côté, que ces paroles ne s’adressent pas aux deux larrons mais seulement au bon, lequel s’était repenti…

Les jeunes du patronage, en tout cas, ont beaucoup apprécié la décision de leur curé, même s’ils doivent encore faire attention à la sortie, où des bandes de Roms les attendent dans la rue pour demander l’aumône et « emprunter » des téléphones portables.

Coup de filet à Rennes dans une “école” spécialisée dans la fauche

Arrestations dans une “école” rom spécialisée dans la fauche

01/07/2012 – 08H30
RENNES (NOVOpress Breizh) – Selon Ouest-France qui révèle l’affaire, une bande de voleurs a été interpellée mardi dernier à Rennes. Dans un appartement de la cité bretonne, des membres de la communauté rom recevaient une formation pointue pour apprendre l’art de pratiquer la fauche dans les grandes surfaces de la région. Une dizaine de personnes étaient encore en garde à vue vendredi.

Les fonctionnaires de la police judiciaire viennent de réaliser un joli coup de filet parmi les membres de la communauté « roumaine » de Rennes. À la tête du réseau de voleurs, un couple avait entrepris  de recruter des femmes et des hommes pour leur apprendre, dans leur appartement de la ZUPsud de Rennes, à voler dans la grande distribution.

Dans cette école d’un genre un peu particulier on enseignait aux « élèves » aussi bien à éviter d’être repérés par les systèmes de vidéosurveillance qu’à tapisser des sacs à main avec de l’aluminium pour déjouer les alarmes. Selon un policier « on leur délivrait un vrai stage de formation ».

Une fois leur “formation” validée, les stagiaires en question étaient conduits sur les lieux de leurs méfaits – des grandes surfaces de Bretagne ou des régions avoisinantes – où ils devaient se débrouiller pour voler le maximum de choses dans un délai de 10 minutes. Selon les enquêteurs, des vêtements mais surtout les lames de rasoirs et des produits cosmétiques étaient visés par les voleurs. Le butin était envoyé en Roumanie où il était récupéré par des complices.

Le 4 juin dernier, une jeune femme de 25 ans, issue de la communauté des Roms, avait été condamnée par le tribunal correctionnel de Rennes à un mois de prison ferme pour une série de vols dans des magasins du département. La délinquante, interpellée pour le vol de flacons de parfum et des produits cosmétiques, utilisait un sac avec une doublure renforcée par de l’aluminium pour passer les caisses avec l’antivol sans déclencher l’alarme. On ignore si cette personne était passée par « l’école » évoquée plus haut.

Crédit photo : Polycart, via Flickr, licence CC.


Vols sans frontières

Vols sans frontières

07/02/12 – 19h10
BERLIN (NOVOpress) –
Depuis son admission à l’espace Schengen il y a quatre ans, c’est la Pologne qui est chargée de garder la frontière avec l’Ukraine et les vastes étendues de l’est. Associée à la flambée du prix des métaux, cette situation donne des sueurs froides tout particulièrement aux Allemands chez qui vols et destructions coûtent des millions, tant aux communes qu’aux Länder et à l’état fédéral. Et la situation ne fait qu’empirer. Les plaques d’égout sur les chaussées et les trottoirs, les matériaux sur les chantiers, tout disparaît. Et bien sur comme chez nous aussi, les cimetières sont régulièrement visités : de l’urne en bronze à la statue de 600 kg, rien ne rebute des ferrailleurs à la piété très relative.

Comme chez nous aussi, les chemins de fer ne sont pas épargnés et 15000 volts dans les caténaires ne refroidissent pas les ardeurs des amateurs de cuivre. Plus fort encore, il y a aussi des rails qui disparaissent, avec pour conséquence des annulations de trains, voire des suspensions provisoires de lignes. Qui voudrait actuellement se rendre de Berlin à Cottbus (125 km au sud-est) devra se munir de patience encore pendant quelques mois !

« Ce vandalisme s’avère aussi difficile à juguler que l’abandon massif d’ordures dans certaines villes, les tags sur les wagons et les monuments historiques ou les vitres rayées dans les métros et les tramways. Il faut beaucoup de volonté pour ne pas tomber dans la résignation ». Le trio de Polonais qui avait écumé l’ensemble des lignes ferroviaires du Brandebourg et écopé en juin dernier de 6 ans de prison au tribunal de Frankfort-sur-Oder, fait presque figure d’exception. Les trafics sont bien organisés, et les voleurs pris « n’ont certainement pas fait fondre les rails chez eux, sur leur cuisinière ».

Mais ces larcins prennent encore une autre dimension avec la disparition de plus en plus fréquente de statues ornant l’espace public. A Duisbourg, c’est un berger allemand en bronze qui montait la garde depuis 1958 devant un club canin qui a disparu. A Mülheim-sur-Ruhr, une statue de 1936, l’ Archer, pesant tout de même 1,5 tonnes, a été volée puis retrouvée, mais fortement mutilée. Pas loin de là, à Huttrop, des voleurs ont été pris sur le fait en train de scier de son socle une autre statue également en bronze.

A Berlin, les habitants se sont cotisés pour faire faire une copie du buste d’Alfred Döblin, écrivain avant-gardiste des années 20. Le bronze avait là aussi été séparé de son socle à la scie, moins de deux ans après son inauguration. Succès, certes, mais aussi capitulation, puisque le nouveau buste trône désormais en sécurité dans le hall de la bibliothèque de quartier.

L’adaptation d’une Allemagne traditionnellement synonyme d’ordre, de propreté et de probité, à un monde sans frontières, ne se fait visiblement pas sans douleurs.

W. Nabert

Crédit photo : JH Mora , licence CC.