Tag Archives: Versailles

bartolone930620_scalewidth_630

Claude Bartolone, le racisme autorisé – Tribune de François-Xavier Bellamy

11/12/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Claude Bartolone a accusé Valérie Pécresse de défendre « Versailles, Neuilly et la race blanche ». Le philosophe et maire-adjoint de Versailles François-Xavier Bellamy a décidé de lui répondre dans une tribune cinglante.

Monsieur Bartolone, soyons sérieux: votre tactique de fin de campagne n’est pas seulement ridicule. Elle est coupable. Elle est dangereuse. Elle est irresponsable. Il aura fallu, c’est un comble, que ce soit le candidat du Front National qui vous ramène à la raison, en rappelant cette évidence: «Personne n’a parlé de race blanche dans cette campagne.» Vous êtes le seul à le faire. Incapable d’assumer le jeu politique, vous jouez le conflit ethnique. Les noirs et les arabes avec moi, si vous voulez battre les blancs! C’est cela que vous appelez « la République » ? C’est cela « le rassemblement » ?

Votre sortie n’a rien d’un accident. Elle signe, noir sur blanc, le seul vrai nom de votre camp: vous n’avez pas de vision, pas de projet, parce que votre moteur, c’est la haine. La haine de celui qu’on peut rejeter en toute bonne conscience, de cette France que vous insultez, et qu’une tribune sur le site de l’Obs appelait cette semaine à violer… La haine de ces familles que vous méprisez, des catholiques qui osent encore exister, de tous ceux qui, parce qu’ils aiment encore leur pays, méritent bien d’être méprisés. Votre Île-de-France est «humaine et fraternelle», sauf pour les Versaillais, qui ne méritent pas votre humanité. Votre Île-de-France est «ensemble, ensemble, ensemble »… mais ensemble contre « la race blanche » ?


hollande_congres

François Hollande s’exprime devant le Congrès

17/11/2015 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Ce lundi, François Hollande avait réuni le Congrès à Versailles suite aux attentats de vendredi dernier. Devant l’Assemblée et le Sénat réunis, il a prononcé une allocution et fait des propositions politiques pour répondre à la crise. Ce qui ressort de ce Congrès est un durcissement flagrant du discours présidentiel.

En effet, le président et son gouvernement, qui ne cessent de dénigrer les patriotes et leurs propositions, ont finalement été obligés de s’y plier. Ainsi, François Hollande a annoncé sa volonté de déchoir de leur nationalité française les djihadistes binationaux et d’expulser ces mêmes djihadistes, mesures proposées depuis longtemps par les patriotes. Il a également annoncé la prolongation de l’état d’urgence, potentiellement jusqu’à trois mois et a tenu à rappeler que la France était en guerre et qu’elle devait revoir ses politiques intérieures et extérieures.

Clou de la journée, prévisible grâce à la convocation du Congrès, l’annonce de la volonté d’effectuer une réforme constitutionnelle afin de constitutionnaliser l’état d’urgence pour permettre au président de l’utiliser le plus efficacement possible. Cette réforme constitutionnelle semble être le point fort de la proposition présidentielle et sera au cœur des débats dans les semaines et les mois à venir.
Rappelons néanmoins que cette réforme constitutionnelle doit être votée à la majorité des 3/5 du Parlement réuni en Congrès, ou validée par référendum.



Lire la suite

Éric Zemmour: Versailles est devenu (…) un symbole de la vulgarité contemporaine qui repose à la fois sur le nombre et le fric

04/11/2015 – CULTURE (NOVOpress)
Officiellement, les travaux de climatisation du château de Versailles sont destinés à éviter les risques d’incendie. Pour Éric Zemmour, il s’agit plus de soumettre le monument aux impératifs de rentabilité, de visite en masse, quitte à dénaturer le château et à le rendre bientôt impraticable. Pour le polémiste, entre l’obsession de la rentabilité et les provocations « artistiques » puériles, Versailles vend son âme.

Publié le
Kapoor

Kapoor à Versailles : guerre au non-art contemporain !

19/06/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Des élus portent plainte pour « dépôt d’ordures », les amis de Versailles parlent d’Acte de Guerre britannique contre la culture française, les Veilleurs ont tenu la chandelle face au machin de Kapoor, lequel a été par ailleurs vandalisé.

Le « Dirty Corner » du soi-disant artiste contemporain Anish Kapoor multiplie les attaques contre lui. Dernière en date : deux élus versaillais ont déposé plainte hier

pour dégradation d’un monument classé et dépôt d’ordures et gravats dans un lieu protégé.

L’œuvre est souvent qualifiée dans la presse de « vagin de la reine », une formule que Kapoor aurait lancé en guide de boutade à des journalistes lui demandant ce que représentait son « installation », mais qu’il affirme maintenant n’avoir jamais employée.
Hier également, le machin a subi une attaque, hélas insuffisant pour en débarrasser le parc de Versailles. À l’instar d’un certain Belge entartant le pompeux BHL, un anonyme a aspergé le « Dirty Corner » de peinture jaune, que des agents spécialisés ont dû nettoyer.
Mercredi dernier, c’étaient les Veilleurs qui organisaient une soirée de méditation autour de la question suivante : « Peut on tout se permettre au nom de l’art ? »… avec un bel exemple sous les yeux de ceux qui répondent « oui » à cette question.
Quant aux Amis de Versailles, leur colère est des plus… lyrique, eux qui dans leur dernier communique de presse fustigent le

Spectacle de Guerre, de dévastation, d’indécence, d’immondices, d’abjection et de saccage de Versailles, par Kapoor, supplétif indien « collabo » du pouvoir colonisateur anglo-saxon.

Ils ajoutent que « Les conséquences dramatiques de l’exposition des enfants au lavage de cerveau des “exhibitions” new-yorkaises, dénoncées par la CDV depuis Jeff Koons fut évoqué par G. Montesinos de la liste Avenir des Amis de Versailles : “Les cerveaux des enfants étant très malléables, les transgressions (de violence, d’obscénité, de laideur et d’inversions) attirent beaucoup leurs regards et les détournent de la Beauté civilisatrice pour en faire une génération de barbares. Ce qui est scandaleux, c’est la mollesse de ceux qui sont missionnés pour défendre le Beau et qui abdiquent. Ils en rendront compte devant l’histoire !”

Crédit photo : Lucy via Flickr (CC) = Kapoor’s sculpture in Versailles



L'hiver au château de Versailles en 20 photos

L’hiver au château de Versailles en 20 photos

15/12/2013 – 11h30
VERSAILLES (NOVOpress) –
Versailles, beau même en hiver : peut-être est-ce quand les touristes délaissent le parc glacé du château de Versailles, où les statues centenaires sont recouvertes de housses qui les protègent du froid et de la pluie, que celui-ci offre ses plus beaux instants ?

Quatre proxénètes Roms écroués : la passoire de l’espace Schengen

Quatre proxénètes Roms écroués : la passoire de l’espace Schengen

21/06/2013 – 20h00
VERSAILLES (NOVOPress via Bulletin de réinformation) –
La passoire de l’espace Schengen livre les pays membres aux mains de vraies mafias venues des pays de l’Est. Si les Français ne sont plus dupes de la pauvreté scénarisée par les populations Roms et encouragées par diverses associations antiracistes, ce nouveau fait divers risque de les rendre encore plus méfiants.

Lire la suite

Dhimmitude des élus : la mairie de Versailles prête son gymnase pour la prière du vendredi

Dhimmitude des élus : la mairie de Versailles prête son gymnase pour la prière du vendredi

01/12/2012 — 14h00
VERSAILLES (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation) — Les travaux de rénovation et d’extension de la mosquée de Versailles avancent à grands pas nous apprend le site de la mosquée. En attendant qu’ils soient achevés, le maire de Versailles, François de Mazières, a généreusement mis le gymnase Sévigné, dépendant de la commune, à la disposition des fidèles musulmans.

Pendant une durée non précisée, les Versaillais se voient ainsi privés de l’accès à ce gymnase qu’ils contribuent pourtant à entretenir par leurs impôts. François de Mazières avait obtenu l’investiture de l’UMP aux législatives de juin 2012…

Crédit photo : Marc Vassal via Wikipédia (cc).

Château de Versailles : nouvelles provocations « artistiques » en 2012 ?

Château de Versailles : nouvelles provocations « artistiques » en 2012 ?

Château de Versailles : nouvelles provocations « artistiques » en 2012 ? 10/11/2011 – 09h30
VERSAILLES (NOVOpress) –
Enfin ! Les arcs géants couleur rouille du sculpteur Bernar Venet  sont en cours de démontage à Versailles (Yvelines). Depuis le 1er juin, deux rangées de huit arcs (photo) de 22 mètres de hauteur défiguraient la Place d’armes, juste en face du Château de Versailles ! Monument qui attire annuellement plus de trois millions de visiteurs et sept millions dans le parc.

Six autres œuvres en acier, plus proches de la sidérurgie que de l’art, avaient été installées également dans les jardins du Domaine de Versailles et dans celui de Marly : de nouveaux arcs mais aussi des « lignes indéterminées » ou « verticales » et un « effondrement ». Coût de l’opération : 2,5 millions d’euros…

Ce mélange des genres malheureux, au cœur du classicisme français, avait d’ailleurs mobilisé l’association « Versailles mon amour », très remontée après les précédentes provocations de Koons en 2008 et de Murakami en 2010.

Le Château de Versailles risque encore de supporter les affres de l’art contemporain monumental, puisque l’année prochaine, c’est la plasticienne Joana Vasconcelos qui sera l’invitée des lieux. Un tour sur son site internet  fait craindre de nouveau un douteux mélange des genres : préparez-vous à découvrir un escarpin géant ou un cône de glace énorme au beau milieu de la Galerie des Glaces ?

Crédit photo : Ammar Abd Rabbo via Flickr (cc)

Auteur de la disneylandisation de Versailles, Aillagon n'est pas reconduit dans ses fonctions

Auteur de la disneylandisation de Versailles, Aillagon n’est pas reconduit dans ses fonctions

31/08/2011 21h30
VERSAILLES (NOVOpress Breizh) –
Président de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, Jean-Jacques Aillagon a annoncé hier qu’il devra partir à la retraite à la fin du mois prochain. Proche de Jacques Chirac et de François Pinault, il aura profité de son mandat pour transformer Versailles en « machine à coter », au service de l’art financier appelé – bien à tort – « contemporain ».

Ministre de la Culture dans le gouvernement Raffarin de 2002 à 2004  – on lui doit entre autre l’aggravation de la situation du patrimoine architectural français – Jean-Jacques Aillagon était arrivé à la tête du château de Versailles en juin 2007, nommé par Nicolas Sarkozy. A ce titre il organisera en 2008 une exposition de l’américain Jeff Koons : 17 œuvres kitsch – dont un homard géant ( !) – orneront les appartements et les jardins de Versailles. En 2010, il récidivera avec cette fois les créatures du japonais Takashi Murakami, considéré comme l’un des chefs de file du « néo-pop japonais dit Superflat » auxquelles succèderont , cette année, les « sculptures » géantes de Bernar Venet.

C’est peu dire que ces expositions ont fait du bruit, déclenchant des réactions indignées, mais c’était bien là le but recherché. Comme le fait remarquer l’historienne de l’art Christine Sourgins (Magistro 14/09/2010) « le scandale fait partie de la construction de la valeur dans l’art financier, habile à récupérer l’indignation et à la transformer en notoriété. » Et en espèces sonnantes et trébuchantes.

Ainsi de l’exposition Jeff Koons. François Pinault – dont Aillagon avait été le conseiller artistique – avait en partie financé celle-ci et prêté six œuvres de l’Américain tirées de sa collection personnelle. Effet du hasard, peu après l’évènement, le milliardaire breton avait mis en vente trois œuvres de Koons chez Christies pour un montant de plusieurs millions de dollars, l’exposition à Versailles ayant fait augmenter la cote de l’artiste. Un scénario qui se reproduira avec l’exposition Takashi Murakami, toujours avec le concours de François Pinault.

Sous la direction de Monsieur Aillagon, Versailles aura donc connu une période de disneylandisation qui, sous prétexte de « démocratiser » le château en y introduisant une culture dite « populaire », n’aura en réalité servi que l’art financier et une poignée de spéculateurs. Aillagon – Pinault, ou « l’union sacrée financiers/fonctionnaires caractéristique de l’art officiel français » (Christine Sourgins).