Tag Archives: Valeurs actuelles

fleur

Fleur Pellerin veut aider Charlie Hebdo mais priver Valeurs actuelles et Minute des aides à la presse

05/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Fleur Pellerin aimerait profiter de sa réforme des aides à la presse pour filtrer les titres qui pourront toucher les subsides de l’Etat. Si la ministre de la Culture compte aider Charlie Hebdo ou Le Monde diplomatique, elle aimerait bien – en revanche – couper les vivres à des journaux tels que Minute ou Valeurs actuelles.

Quelle est l’astuce ? Pour Fleur Pellerin, cette réforme serait « mise en œuvre avec une condition qui est l’absence de condamnation pénale pour incitation à la haine raciale » (sic)…


VALEURS-ACTUELLES

Valeurs actuelles : une vente en trompe-l’œil

25/05/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Maroun Zainoun signe dans Lyon Capitale une analyse très poussée de la vente de de l’hebdomadaire Valeurs actuelles à Privinvest Médias. Plongée dans les coulisses du pouvoir.

C’est officiel depuis le 22 avril, Valeurs actuelles est cédé à Privinvest Médias, filiale de Privinvest Holding SAL de l’homme d’affaires franco-libanais Iskandar Safa. L’homme peu connu du grand public est pourtant un acteur clef des relations commerciales et diplomatiques entre la France et le Moyen-Orient. Il joue un rôle important dans la libération des otages français au Liban en 1986 et dans les relations franco-libyennes, assure le redressement des chantiers navals de Cherbourg, joue le rôle d’intermédiaire pour Dassault… adoubé par tous les pouvoirs, il met maintenant la main sur Valeurs actuelles. Pourquoi ?

Avec la vente à Safa, si utile aux gouvernements de droite et de gauche, fini les unes coups de poing, anti-Hollande, anti-Taubira, anti-Roms et anti-migrants.

Explique le journaliste. Dorénavant, Valeurs actuelles devra redevenir un magazine de droite modérée. Privinvest Médias, nouveau propriétaire du titre, est dirigée par le duo Charles Villeneuve-Étienne Mougeotte. Ce dernier est brouillé avec Sarkozy et ne souhaite de toute façon plus soutenir l’ancien président, dont les casseroles judiciaires commencent à être trop nombreuses et trop voyantes. Valeurs Actuelles sera donc, selon l’ancien Vice-président du groupe TF1 et directeur d’antenne « un grand groupe de média, mais jamais une écurie présidentielle ».

Une de "Valeurs actuelles" : cherchez l’erreur [Présent 8181]

Une de « Valeurs actuelles » : cherchez l’erreur [Présent 8181]

Une du numéro 8181 de "Présent"

Une du numéro 8181 de « Présent »

04/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Ce n’est pas bien de copier dès la rentrée ! Nos confrères de Valeurs actuelles titrent leur numéro du 4 au 10 septembre : « L’ayatollah ». Ils parlent de Najat Vallaud-Belkacem. Toute ressemblance avec la une de Présent du 28 août dernier serait évidemment fortuite (Photo).

Et le directeur général de Valeurs actuelles, Yves de Kerdrel, accusé d’incitation à la haine raciale (bienvenue au club !), invite, le dictionnaire à la main, les responsables du Parti socialiste comme de SOS Racisme à relire avec lui la définition que le dictionnaire Larousse donne du mot « ayatollah » : « Personne aux idées rétrogrades qui use de manière arbitraire et tyrannique des pouvoirs étendus dont elle dispose ».

N’est-ce pas que c’était bien trouvé ?

« Il n’y a donc dans ce titre choisi par Valeurs actuelles, comme dans les huit pages que notre hebdomadaire consacre à la Ministre de l’Education nationale, pas la moindre allusion de nature raciste ou confessionnelle », conclut Kerdrel.

Il aurait pu ajouter (mais la culture de sa famille d’idées est davantage celle du Figaro) qu’il y a quelques années, une personnalité du Front national tout ce qu’il y a de plus Français de souche avait été surnommée « l’ayatollah Cassoulet ». Ce qui est bien la preuve de la non-confessionnalité de l’expression. Qui d’ailleurs avait été prise avec humour.

Nous ne demanderons pas de « droits d’auteur » à Valeurs actuelles qui fait le buzz avec cet emprunt. Après tout on ne copie que les meilleurs.

Caroline Parmentier


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !

Henri Guaino : « Les sanctions ne feront qu’accroître le nationalisme russe »

04/09/2014 – PARIS (via France Inter)
Interrogé sur France Inter par Patrick Cohen, Henri Guaino est revenu sur la suspension de la livraison des deux BPC Mistral à la Russie, suspension décidée par François Hollande hier. Pour Henri Guaino : « la stratégie de la tension et des sanctions envers la Russie n’est pas la bonne ». Interrogé également quant à la polémique causée par la Une de Valeurs actuelles relative à Najat Vallaud-Belkacmen, Henri Guaino a affirmé : « La nomination de Najat Vallaud-Belkacem est une provocation, c’est une idéologue. Le mot ‘Ayatollah’ employé par Valeurs Actuelles n’a aucune connotation ni raciale ni religieuse « .

Publié le
Gérald Pichon : "Ce sont les visages pâles qui sont prioritairement pris pour cible"

Gérald Pichon : « Ce sont les visages pâles qui sont prioritairement pris pour cible »

04/01/2014 – 10h30
ANGERS (NOVOpress) – Vendredi dernier – le 31 janvier – Gérald Pichon a tenu une conférence à Angers autour de son livre « Sale Blanc ». A cette occasion, Novopress l’a interrogé sur les des éléments de sa conférence mais également sur le fait que les médias semble désormais s’intéresser au racisme anti-blancs.


Gérald Pichon, lors de votre conférence à Angers, vous avez établi qu’il n’y avait plus de clivage droite/gauche mais un clivage pro-vie/pro-mort quant à la France. Pouvez-vous développer cela ?
Je crois que tous les observateurs sérieux et la population française ont compris que le clivage gauche/droite était désormais dépassé. Pour appliquer la théorie du genre à la politique, il y a désormais un « transparti », l’UMPS, sans filiation et famille idéologique, né d’une Gestation pour autrui (GPA) dans des cerveaux qui veulent arracher la démocratie au déterminisme des urnes afin d’appliquer leur système mortifère. Un bon nombre de philosophes, de penseurs ou de simples citoyens, ont fait ce constat avant moi : il y a d’un côté, ceux qui veulent que la France et les Français survivent et qui manifestent depuis des mois non seulement contre le mariage homo ou la légalisation de l’euthanasie mais aussi contre l’asphyxie fiscale, la destruction des emplois et les délocalisations…Et de l’autre, il y a le camp de ce « Système à tuer les peuples » qui veut nous faire céder au chant des sirènes du suicide de nos identités familiales et civilisationnelles au nom de l’égalité.

Auriez-vous enfin été entendu ? En effet, il y a quelques semaines Valeurs actuelles a consacré un dossier au racisme anti-blancs et semble même avoir largement puisé dans votre livre « Sale Blanc »
Le dossier de Valeurs actuelles m’a laissé dubitatif. Premièrement, pour un magazine soi-disant de droite, il a plusieurs années de retard. Deuxièmement il pointe du doigt la gauche pour expliquer le phénomène du racisme anti-blanc, alors comme le démontre mon ouvrage, le Parti socialiste comme l’UMP ou le RPR à l’époque, sont parfaitement au courant de cette haine raciale et du nombre de victimes. Les « petits blancs » tués, violés ou mutilés sont considérés aux yeux des gouvernements successifs comme les dommages collatéraux de la substitution de population que connaît l’Europe dans son ensemble. Les médias ont bien compris qu’il était contre-productif de maintenir cette chape de plomb sur le racisme anti-blancs, cette réalité a malheureusement rattrapé une très grande majorité de la population et il est difficile de le passer sous silence. Valeurs actuelles participe, à sa manière, au détournement de la colère de la majorité invisible vers un ennemi, la gauche, en espérant faire oublier les responsabilités des « droitards » dans l’immigration (800.000 naturalisations sous Nicolas Sarkozy) ou la culpabilisation des Français (programmes scolaires l’Education nationale et audiovisuels de France 2 ou France Culture).

Lire la suite

« Fils de socialiste » : bientôt une insulte ?

« Fils de socialiste » : bientôt une insulte ?

10/12/2013 – 16h15
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) – L’hebdomadaire Valeurs Actuelles révèle que le fils de la première concubine de France a subi plusieurs interpellations, pris en flagrant délit alors qu’il cherchait à s’acheter de la drogue.

Il aurait été attrapé par la BAC (Brigade anti criminalité) dans une zone de sécurité prioritaire (ZSP) située à Saint-Ouen (93) alors qu’il essayait de se procurer du cannabis pour son anniversaire. Il aurait ensuite échappé à la procédure policière. Le rapport de police indique clairement, selon Le Point, qu’il aurait bénéficié d’une clémence particulière.

Le fils de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a récemment été condamné à trois ans de prison ferme pour extorsion de fonds, quant à Thomas Fabius fils du ministre des Affaires étrangères, il fait l’objet d’une information judiciaire pour « faux », « escroquerie » et « blanchiment » dans l’affaire d’un appartement parisien acheté 7 millions d’euros alors qu’il ne paie pas d’impôts.

« Fils de socialiste » : bientôt une insulte ?

Crédit photo : spacelion via Flickr (cc)

Valeurs actuelles au mieux, Marianne au plus bas : le dénigrement du pouvoir fait vendre

Valeurs actuelles au mieux, Marianne au plus bas : le rejet du pouvoir fait vendre

C’est une illustration très intéressante du rejet par les français du pouvoir. Le dénigrement du président, notamment dans des couvertures hebdomadaires assassines fait vendre. Marianne a connu ainsi une période faste en faisant de l’anti-sarkozysme le plus violent, sa ligne éditoriale. L’arrivée au pouvoir de François Hollande s’est révélée pour l’hebdo fondé par Jean-François Kahn une catastrophe.

Valeurs Actuelles, en revanche, a parfaitement réussi son changement de formule en se positionnant sur une ligne de droite dure contre le pouvoir et le président.

Lire la suite