Tag Archives: UOIF

Amar Lasfar, le président de l’UOIF, débouté de son procès en diffamation

23/02/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Amar Lasfar, président de la puissante Union des Organisations islamiques de France se trouve être également le directeur du lycée confessionnel musulman Averroès à Lille. Ce lycée avait été dénoncé publiquement par l’un de ses enseignants, Soufiane Zitouni, comme un repaire du salafisme et de l’endoctrinement islamiste de façon générale.

Amar Lasfar avait décidé de porter plainte contre son ancien salarié pour diffamation. Las, le tribunal correctionnel de Nanterre n’a pas été dupe et a débouté M. Lasfar de ses prétentions, allant jusqu’à le condamner à verser à M. Zitouni, outre les dépens, la somme de 5 000 € pour procédure abusive.

Une manière pour la justice de confirmer que le lycée Averroès, loin de dispenser un islam tolérant, est un repaire de l’islamisme.


VIDEO : Génération Identitaire Paris perturbe le colloque de l’UOIF

09/02/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Le samedi 4 février, une trentaine de militants identitaires ont perturbé le colloque de l’Union des Organisations islamiques de France (UOIF) qui se tenait au Palais des Congrès de Paris, porte Maillot.
Bloquant les accès au salon, ils ont déployé deux banderoles : « Stoppons l’islamisation de l’Europe » et « UOIF complice des islamistes ».

Voici la vidéo de l’action !



La puissante UOIF part en guerre contre la Fondation de l’islam de France

08/02/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie)
Créée en décembre 2016, sous la houlette du ministère de l’Intérieur, la Fondation de l’islam de France est présidée par Jean Pierre Chevènement. Destinée à financer des projets éducatifs, culturels et universitaires, elle vient se surimposer au CFCM, le Conseil français du Culte musulman de l’ère Sarkozy. Elle vient porter à bout de bras ce fantasme : « Islam de France ».

Mais cette volonté d’ancrer l’islam dans la nation n’est pas du goût d’Amar Lasfar, président de la puissante UOIF, l’Union des organisations islamiques de France
L’UOIF est notoirement une émanation des Frères musulmans en France. Elle est longtemps restée distante du CFCM, jusqu’à l’an dernier : en effet, alors même que cette organisation islamiste était la plus représentative des croyants, Sarkozy lui avait refusé la présidence du CFCM.

Pour les mêmes raisons, Amar Lasfar dénonce aujourd’hui cette Fondation concurrente :

« Comment et par qui ont été faits les statuts de l’association ? Quel dosage entre les fédérations ? Pourquoi la charte de l’imam [à laquelle les imams devraient souscrire] ne s’appliquerait pas aux imams “importés”d’Algérie, du Maroc et de la Turquie ? Qui évaluera les imams ? C’est l’Etat qui a mis cette association à l’ordre du jour. C’est un dispositif fait sans l’UOIF »

Amar Lasfar prétend donc avoir été écarté des fonts baptismaux de cette nouvelle usine à gaz et à fric, censée construire un islam modéré acclimaté à la France, mais, sur le fond, il dénonce en fait une insupportable ingérence de l’Etat dans les affaires des musulmans.

La réaction du président de l’UOIF montre surtout le décalage entre la réalité de l’islam en France et le prétendu islam de France. La mission de la Fondation de l’islam de France risque d’être difficile, si elle n’est pas soutenue par les musulmans présents en France. Les critiques portées par l’UOIF tendent à démontrer que la construction d’un islam de France est illusoire.

Chassons les islamistes : les militants identitaires perturbent le colloque de l’UOIF !

06/02/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Ce samedi 4 février, une trentaine de militants identitaires a perturbé le colloque de l’Union des Organisations Islamiques de France qui se tenait au Palais des Congrès de Paris, Porte Maillot. Bloquant les accès au salon, ils ont déployés deux banderoles : « Stoppons l’islamisation de l’Europe » et « UOIF complice des islamistes ». Ces messages visent à exiger la dissolution de l’UOIF, organisation islamiste promouvant un Islam totalitaire et conquérant, y compris en Europe.
Ils ont été délogés par la police au bout d’une heure et ont été relâchés à l’issue d’un contrôle d’identité.

L’UOIF est la branche française des frères musulmans, organisation considérée comme terroriste dans de nombreux pays. En islamisant la société française, en promouvant l’islamisme, l’UOIF se fait le complice des terroristes islamistes qui tuent au Bataclan ou à Nice.
Nous ne pouvons tolérer de laisser ces islamistes de l’UOIF s’exprimer publiquement et répandre leur idéologie avec le soutien des autorités françaises.

Pour assurer la sécurité des Français, chassons les islamistes de l’UOIF !


Mosquée Nantes Elèves

Des lycéens de Nantes en visite à la mosquée UOIF !

12/01/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Le 15 décembre dernier, une classe de terminale ES du lycée public Jules-Verne de Nantes s’est rendue à la mosquée Assalam de l’Association Islamique de l’Ouest de la France (membre de l’UOIF) dans le cadre de cours de sciences sociales et de cours d’histoire, les professeurs voulant les immerger dans l’ambiance d’une mosquée. Durant une heure, après s’être préalablement déchaussés, les élèves ont visité le premier bâtiment avec les salles de cours de langue arabe et la bibliothèque (financé par la ville socialiste sous Jean-Marc Ayrault à hauteur de 200 000 euros).

Ils se sont ensuite dirigés dans la salle de prière et ont rencontré l’imam Ben Said Belgacom qui leur a professé doctement les préceptes de l’islam. Un temps de questions-réponses a clôturé l’après-midi avec un thé servi avec gâteaux.

Cette opération n’est pas isolée : le 10 janvier dernier, la même mosquée recevait cette fois la visite d’élèves du Lycée et Collège de Bretagne de Nantes (photo), dont les locaux sont ceux de l’ancien prieuré des Prémontrés…


Identité nationale

Tribune libre – L’intégration à la française, par Vincent Revel

« L’immigration est une chance pour la France. » Aujourd’hui, personne n’a pu échapper à ce slogan formaté. Bien que la majorité des Français commence à penser, avec raison et bon sens, que c’est un mensonge, rien n’y fait : le slogan continue à tourner en boucle dans la bouche de nos dirigeants, de nos médias, de nos artistes et des nombreuses associations militantes situées souvent à l’extrême gauche du paysage politique.

Pourtant, chaque jour, les faits parlent d’eux-mêmes. Pas un seul lieu en France n’est épargné par les problèmes liés à l’immigration. Il y a de ça quelques mois, j’avais pris la ville de Saint-Etienne pour exemple. Je m’étais « amusé » à relever, sur un seul week-end, quelques faits divers ayant eu lieu dans cette cité de moins de 200 000 habitants. Le résultat fut édifiant : deux filles avait été agressées par trois « jeunes » dont l’un avait sorti un pistolet à cartouches de gaz pour projeter des billes d’acier car les demoiselles avaient eu le culot de rejeter leurs aimables avances (en sachant que l’un des coupables accumulait déjà 47 méfaits !) ; un autre jeune homme, qui accompagnait ses deux cousines, avait été sauvagement agressé sans raison par d’autres « jeunes » ; et, pour finir, le délinquant Ynès Mouhieddine comparaissait au tribunal pour l’agression avec un pistolet à grenaille d’un étudiant dans le bus Saint-Etienne/Montbrison.

Nos antiracistes me diront que je stigmatise et que les amalgames douteux n’amènent qu’à la haine de l’autre. Soit. Comme ce n’est pas le but recherché et que j’essaye réellement de mieux comprendre ceux que nous avons généreusement accueillis, je me suis penché, en toute impartialité, sur certains propos des représentants des minorités dites discriminées et soi-disant, selon les défenseurs du bien vivre ensemble, parfaitement intégrées.

Pour commencer, Marwan Muhammad, ex-porte-parole du Collectif contre l’islamophobie en France, avait déclaré à la mosquée d’Orly, en août 2011 : « Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’islam. Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’identité française. » A mon sens, ces paroles ont le mérite d’être claires. Ce Monsieur Muhammad, qui parle au nom de la communauté islamique de France, a visiblement une définition bien particulière de notre système d’intégration.

Pour poursuivre notre chemin nous menant à la rencontre de l’Autre continuons avec Nabil Ennasri, qualifié de « propagandiste en chef du Qatar à Paris ». En tant que président du Collectif des musulmans de France, il avait déclaré en interpellant les futurs candidats à la présidentielle : « Je me déterminerai au moment de l’élection en fonction de ton rapport avec les citoyens musulmans. » Cette phrase qui appelait les musulmans français à s’enfermer dans un communautarisme sectaire avait pour cible Nicolas Sarkozy et Manuel Valls. C’était un autre bel exemple d’intégration réussie par l’un des plus importants représentants de la communauté islamique en France !

Pour terminer, nous allons conclure avec Hassan Iquioussen, imam membre de l’UOIF, organisme islamique très influente en France et proche des Frères musulmans égyptiens : « Si vous éloignez la femme musulmane de sa religion, vous avez éloigné les musulmans de l’islam, car la femme est la moitié de la communauté et celle qui éduque les enfants. Vous tuez la femme, vous avez tué les hommes. Donc, ils (les Français) s’attaquent à l’essentiel, notre bijou, notre joyau. » Ce discours ne fut pas tenu en Syrie ni en Arabie saoudite mais à la mosquée de Béziers !

A titre personnel, je ne peux pas dire que ce fut très encourageant comme rencontre mais je dois avouer que je n’avais aucune illusion. Alors je sais : « Ne stigmatisons pas ! » Mais malgré tout, je persiste et, aujourd’hui, je peux affirmer, sans aucun risque de me tromper, que nos politiques nous ont mentis et nous ont lâchement abandonnés et ont profondément changé la règle du jeu de notre système d’intégration et d’assimilation.

A présent, c’est à la population de la société d’accueil de s’adapter aux populations immigrés et non plus l’inverse. Pour ne pas stigmatiser, l’autochtone doit s’effacer face à la diversité, face à l’étranger. A ce rythme soutenu de déconstruction nationale, la France, comme le souhaitait tant Jacques Chirac en son temps, aura bel et bien un passé islamique. Ce fatalisme nihiliste, les patriotes ne l’acceptent pas et c’est pour cette unique raison que le gouvernement socialiste cherche à nous faire taire.

Vincent Revel

Elle dénonce les islamistes : elle est condamnée à mort

Source : Boulevard Voltaire
Elle a reçu sur sa boîte émail le message suivant : « Le décret est tombé. Vous êtes condamnée à la peine capitale. »

Laurence Marchand-Taillade est membre du PRG et présidente de l’Observatoire de la laïcité du Val-d’Oise (rien à voir avec l’organisme qui a presque le même nom et qui est dirigé par Jean-Louis Bianco, l’Observatoire du Val-d’Oise lutte réellement contre les atteintes islamistes à la laïcité !).

Elle a dénoncé publiquement la venue de trois prédicateurs sulfureux au congrès de l’UOIF à Lille, prédicateurs qui avaient soit tenu des propos antisémites, soit préconisaient de tuer tous les homosexuels, y compris les enfants victimes de satyres ! La polémique a obligé les organisateurs à décommander les orateurs suspects. Madame Marchand-Taillade est allée également le 6 février au rassemblement de l’UOIF qui se tenait porte Maillot. Elle souhaitait y porter la contradiction, mais elle a été vite expulsée par le service d’ordre dès qu’on l’a reconnue.
Elle a reçu sur sa boîte mail le message suivant : « Le décret est tombé. Vous êtes condamnée à la peine capitale. C’est désormais une question d’heure (sans “s ” à la fin). »
Lire la suite

Nicolas Dupont-Aignan demande l’interdiction du congrès musulman de l’UOIF

04/02/2016 – FRANCE (NOVOpress)

Le Président de Debout la France a demandé au ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, d’interdire le Congrès de l’Union des Organisations Islamiques de France, proche des frères musulmans, prévu dimanche prochain à Lille. Parmi les intervenants annoncés lors de cette rencontre, à laquelle 5 000 musulmans sont attendus, les opposants de l’UOIF pointent, en effet, la venue du syrien Mohamed Rateb Al-Nabulsi, du Marocain Abouzaïd Al-Mokri et du Saoudien Abdallah Salah Sana’an, au côté de l’islamologue suisse Tariq Ramadan. Cazeneuve avait promis « une totale vigilance » sur les propos tenus par ces trois fondamentalistes.
La fermeté a pour une fois payé, puisque « Le Syrien Mohamed Rateb Al-Nabulsi, le Marocain Abouzaïd Al-Mokri et le Saoudien Abdallah Salah Sana’an sont déprogrammés en réponse à la polémique et dans un souci d’apaisement », a déclaré à l’AFP le président de l’UOIF, Amar Lasfar, désireux d’éteindre la polémique naissante suscitée par la présence de ces trois orateurs.


Congrès de l’UOIF : interdisons les prêcheurs islamistes haineux

Source : Boulevard Voltaire
En plein état d’urgence, va se tenir le 7 février 2016 au grand Palais de Lille le congrès de l’U.O.I.F.

En plein état d’urgence va se tenir, le 7 février 2016 au Lille Grand Palais de Lille, le congrès de l’UOIF.
Le principe d’une telle réunion ne pose aucun problème, car les musulmans ont, bien entendu, comme tous les citoyens français, le droit de se réunir et de tenir meeting. Mais certains invités étrangers (pas tous, heureusement) sont sulfureux et le ministre de l’Intérieur pourrait très bien leur interdire de venir en France au vu de leurs opinions extrémistes !
Lire la suite

Les « musulmans patriotes » : mythe ou réalité ?

04/01/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Croire qu’il existe en France une masse conséquente de « musulmans patriotes » dissimule souvent une forme de cécité volontaire. Face à un clivage ethnico-religieux de plus en plus explosif, certains pensent que psalmodier « ils existent et sont de plus en plus nombreux » suffira à exorciser une réalité douloureuse.

À l’appel de différentes personnalités, une manifestation contre l’État islamique a eu lieu le 13 décembre dernier au Trocadéro. L’association musulmane « Fils de France » exhortait les musulmans à venir y clamer leur dégoût du califat et leur amour de la France. Ce fut un flop. Moins d’une centaine de personnes ont répondu présent, dont une large partie de non-musulmans. Mais au-delà de ce raté, existe-t-il en France un nombre important de « musulmans patriotes » ?

Il suffit d’étudier les statistiques. En 2012, lors de l’élection présidentielle seuls 4 % des électeurs musulmans ont porté leur suffrage sur Marine Le Pen (IFOP, 2012). En 2007, ils étaient 2 % à avoir voté pour le candidat du Front National Jean-Marie Le Pen, malgré ses nombreux appels du pied envers cette communauté durant la campagne électorale. Plus récemment, à l’occasion des élections municipales, un article de Slate — se basant sur une autre étude de l’IFOP — révèle que dans les arrondissements marseillais où Stéphane Ravier (maire FN) a été élu, « les 8 bureaux comptant plus de 50 % de prénoms musulmans sur les listes électorales ont sans exception placé la liste de gauche en tête, comme 8 des 9 bureaux en comptant entre 35 et 50 %. Inversement, le FN s’est imposé dans 28 des 32 bureaux “potentiellement les moins musulmans” du secteur et dans 13 des 19 bureaux présentant 11 à 20 % de prénoms musulmans. » (Le « verrou » du vote FN cède chez les électeurs juifs, pas encore chez les musulmans, 29/10/2015)
Lire la suite

Le président de l’UOIF veut que deux fêtes de l’islam deviennent des jours fériés en France

17/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Lors de la première réunion de l’ »instance de dialogue » avec l’islam en France, qui s’est tenue le 15 juin, Manuel Valls avait été très clair : « L’islam est en France pour y rester. Il faut donc mener le combat des consciences, et faire jaillir au grand jour ce qu’est la réalité de l’islam de France ».

Message reçu cinq sur cinq par Amar Lasfar, le président de l’UOIF (Union des organisations islamiques de France). Ce proche des Frères musulmans a, dès le lendemain, demandé que l’Aïd el-Fitr et l’Aïd el-Adha soient fériés en France.

J’aimerais que les deux grandes fêtes musulmanes soient des jours fériés dans notre pays.

« Nous le demandons non en tant que musulmans mais en tant que citoyens de notre pays« , a précisé Amar Lasfar, évoquant une « demande légitime » en phase avec « l’importance de l’islam » en France.

Pour rappel, Dalil Boubakeur avait proposé lundi dernier de transformer des églises en mosquées. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les représentants de l’islam n’avancent plus à visage couvert pour accélérer l’islamisation de notre pays.


Entente Boubakeur-Frères musulmans : le nouveau visage de « l’islam de France » ?

Entente Boubakeur-Frères musulmans : le nouveau visage de « l’islam de France » ?

Source : Boulevard Voltaire – « Entente Boubakeur-Frères musulmans : le nouveau visage de [l’islam de France] ? »
Samedi dernier, Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris et président du Conseil français du culte musulman, a estimé que les 2.200 mosquées que compterait actuellement notre pays n’étaient pas suffisantes pour les 7 millions de musulmans résidant en France. Il a ainsi réclamé le doublement du nombre de mosquées dans les deux années à venir !

C’est en tant qu’invité d’honneur de la Rencontre annuelle des musulmans de France (RAMF), organisée au Bourget par l’Union des organisations islamiques de France dont chacun connaît, ou devrait connaître, les liens directs avec les Frères musulmans islamistes, que Dalil Boubakeur s’exprimait.

En 32 éditions, le recteur de la Grande Mosquée de Paris ne s’était rendu qu’à trois reprises à cette rencontre. Et sa présence, cette année, ne doit rien au hasard : depuis plusieurs mois, alors que leurs relations ont longtemps été tumultueuses, une entente s’est nouée entre l’UOIF et la Grande Mosquée de Paris. Les deux courant sont confrontés à la fois à la volonté gouvernementale de rénover la représentation des musulmans en France (chacun cherchant à maintenir sa position au sein du CFCM, obtenue lors de sa création par Nicolas Sarkozy) et à la mainmise grandissante du courant salafiste sur les jeunes musulmans.

S’appuyer sur les Frères musulmans pour contrer les salafistes, donc ? En réalité, salafistes et Frères diffèrent davantage sur la méthode que sur le fond, et leur affrontement tient surtout de la rivalité ou de la concurrence. Quand l’État islamique diffuse des images des Frères musulmans emprisonnés en Égypte, c’est pour montrer l’échec de leur stratégie, pas critiquer leur doctrine. Rappelons tout de même qu’à l’UMP – de Sarkozy à Juppé en passant par Estrosi –, les islamistes de l’UOIF font pourtant figure de partenaires tout à fait fréquentables : l’un les a introduits au sein du CFCM, l’autre soutient leur projet de grande mosquée à Bordeaux, tandis que le dernier les subventionne et leur loue des locaux.

Le « modéré » Dalil Boubakeur fait donc désormais office de paravent aux Frères musulmans de l’UOIF, lui-même se servant d’eux pour rompre son isolement, maintenir un semblant de représentativité, et ne pas perdre totalement le contact avec la base musulmane et, en particulier, la jeunesse. Voici où en est le fameux « islam de France » : dirigé par un président sous tutelle étrangère (la Grande Mosquée de Paris est en perfusion directe avec le régime algérien) s’adossant, à présent, aux représentants des Frères musulmans dans notre pays. Beaucoup avaient vanté le CFCM pour en finir avec « l’islam des caves » : in fine, les imams radicaux sont sortis des caves et ont désormais pignon sur rue ! Et par une logique d’entraînement évidente, ils se trouvent désormais débordés par plus durs qu’eux.

L’après-Charlie nous réserve décidément bien des surprises, et l’offensive politique n’est pas là où on aurait pu le croire ou l’espérer. Samedi, complétant les propos de son invité, le président de l’UOIF Amar Lasfar a déclaré : « Nous avons le droit de construire des mosquées, [le droit] que les maires ne s’y oppose pas. » Lundi, il réclamait sur Europe 1 des « mosquées-cathédrales ».
Rappelons-lui (et rappelons-nous) que nous avons, nous aussi, des « droits » et des cathédrales – matérielles mais aussi spirituelles et symboliques – à défendre.

Philippe Vardon

Crédit photo : Alain Bachellier via Flickr (cc)

Boubakeur veut doubler le nombre de mosquées en France d'ici deux ans

Amar Lasfar (UOIF) : « Il faut des mosquées spacieuses, pourquoi pas des mosquées-cathédrales »

06/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Amar Lasfar, président de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), était l’invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1.

Amar Lasfar appelle à la construction de mosquées-cathédrales :

Les 2.200 mosquées (en France), ce sont souvent des salles de prière pour moins de 100 personnes. Il faut des mosquées avec pignon sur rue, des mosquées spacieuses, pourquoi pas des mosquées-cathédrales, qui réunissent les membres de la communauté pratiquante.

Quand Jean-Pierre Elkabbach lui demande si la demande de Boubakeur consistant à multiplier par 2 les mosquées en deux ans ne risque pas de favoriser le vote Front National, Amar Lasfar répond :

Ce sont des Français qui le réclame. La demande d’un Français est légitime. Ce n’est pas parce qu’il est musulman qu’il va cacher ses demandes et ses revendications citoyennes.

Amar Lasfar, qui est également le recteur de la mosquée de Lille, a également appelé les responsables politiques à « accompagner cet islam de France » tout en ajoutant :

L’islam de France est une marque de qualité. (sic)



Lasfar : "Il faut des mosquées avec pignon sur… par Europe1fr

Boubakeur veut doubler le nombre de mosquées en France d'ici deux ans

Boubakeur veut doubler le nombre de mosquées en France d’ici deux ans

05/04/2015 – PARIS (NOVOpress)
Le président du Conseil français du culte musulman, Dalil Boubakeur, a appelé samedi à doubler le nombre de mosquées d’ici deux ans pour pallier le manque de lieux de culte pour les millions de musulmans français.

Le recteur de la mosquée de Paris a ainsi choisi le rassemblement annuel organisé par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) au Bourget, pour déclarer ceci :

Nous avons 2.200 mosquées. Il en faut le double d’ici deux ans.

Dalil Boubakeur a également précisé sa pensée en expliquant que pour les « 7 millions de musulmans » de France, les mosquées actuelles « ne suffisent pas ».

Amar Lasfar, le président de l’UOIF, a ajouté :

Il faut que le nombre de mosquées reflète le nombre de musulmans (…) Nous avons le droit de construire des mosquées, (le droit) que les maires ne s’y opposent pas


Lire la suite

[Tribune] Y a-t-il un pilote dans l’avion ? Par Vincent Revel

[Tribune] Y a-t-il un pilote dans l’avion ? Par Vincent Revel

Depuis 2003, la France se félicite de posséder ses premiers établissements scolaires musulmans. Le lycée Averroès, à Lille, celui d’Al-Kindi, à Décines, ont été les pionniers en la matière. Aujourd’hui, grâce à l’appui de nombreux élus, il existe plus de 50 collèges, lycées ou projets en fin de réalisation de confession musulmane en France. Dans les années 2000, le recteur Alain Morvan, qui s’occupait du dossier du lycée Al-Kindi, perdit son poste à l’académie de Lyon pour avoir tenté d’empêcher l’ouverture de cet établissement. Il qualifiait « d’intégristes » les porteurs du projet. A cet instant, avec l’accord tacite de l’administration et de nos gouvernants, ces écoles islamiques réussirent à répondre avec clarté à l’interdiction du voile en milieu scolaire.

Les radicaux musulmans possèdent la faculté de s’adapter et de contourner les obstacles sans aucune difficulté. Le malaise identitaire, qui touche les jeunes musulmans issus de l’immigration, permet aux islamistes de véhiculer aisément leur propagande. Un sondage Ipsos, commandé par le Figaro en 2003, révélait que 64% des Français musulmans de moins de 25 ans souhaitaient la défaite des troupes occidentales en Irak. Il y a déjà dix ans de ça, nos « jeunes » des cités préféraient, suite à la débâcle rapide des forces de Saddam Hussein, remplacées par des groupes islamistes, motivés par le combat contre l’Occident envahisseur, donner leur soutien à des terroristes en lien avec des mouvements déjà capables de décapiter des prisonniers devant des caméras, comme ce fut le cas pour le journaliste américain Daniel Pearl au Pakistan en 2002, mais aussi prêts à prendre en otages une population toute entière dans le seul but de tuer et détruire pour la gloire de Mahomet, plutôt que d’espérer l’essor d’une démocratie. Ce choix, exprimé librement, sans aucune influence, aurait dû nous alarmer, même si nous sommes nombreux à penser que l’intervention américaine en Irak ne fut pas la meilleure idée de la présidence Bush. Nous savons tous que la démocratie, malheureusement, ne s’exporte pas de cette façon. Cette réalité est d’autant plus valable pour un pays à majorité musulmane.

Lire la suite

Marine Le Pen : "L'immigration massive est le terreau de l'islamisme"

Marine Le Pen : « L’immigration massive est le terreau de l’islamisme »

19/11/2014 – PARIS (via Sud Radio)
Interrogée ce matin par Sud Radio, Marine Le Pen pointe du doigt l’immigration massive comme terreau de l’islamisme et notamment comme cause du nombre massif de « Français » parmi les djihadistes qui agissent pour l’Etat islamique. Elle a également indiqué que ce sont 4.000 « Français » partis faire le djihad et que l’immense majorité sont des bi-nationaux. C’est la raison pour laquelle Marine Le Pen a réaffirmé la volonté du Front national de déchoir de la nationalité françaises ces djihadistes. Marine Le Pen a ensuite attaqué Nicolas Sarkozy quant à son soutien à l’UOIF, organisation membre du Conseil français du culte musulman et classée terroriste ces derniers jours par… les Emirats arabes unis.

 

 

 

Crédit photo : Foto-AG Gymnasium Melle via Wikipédia (cc).

L'UOIF, organisation terroriste selon... les Émirats Arabes Unis

L’UOIF, organisation terroriste selon… les Émirats Arabes Unis

19/11/2014 – PARIS (NOVOpress) – Vendredi 7 novembre, ce sont pas moins de 80 associations ou organisations se revendiquant de l’islam qui ont été classées comme organisations terroristes par les… Émirats Arabes Unis. Parmi ces dernières, l’on peut voir figurer différentes structures relativement célèbres pour leurs exactions telles que Boko Haraam, Daesh, Ansar al-Dine, et même le Fatah al-Islam (à ne pas confondre avec le Fatah de Yasser Arafat), mais également un certain nombre d’organisations implantées en Europe, dont l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France), qui a pignon sur rue…

Source : wam.ae – Voir aussi : lemonde.fr

Les Emirats classent l’UOIF comme “groupe terroriste”…UMP-PS aident à l’édification de ses mosquées

Les Emirats classent l’UOIF comme « groupe terroriste »…UMP-PS aident à l’édification de ses mosquées

18/11/2014 – PARIS (NOVOpress via Observatoire de l’islamisation)
En mars 2012, six prédicateurs de l’UOIF avaient été interdits de séjour pour incitation à la haine… sans remettre en question le bien fondé de la présence de l’organisation en France qui dirige 200 mosquées, souvent édifiées sur des terrains municipaux.

Le gouvernement des Émirats arabes unis a officiellement approuvé samedi la désignation de 82 organisations, y compris les Frères musulmans et l’Etat islamique d’Irak et de la Syrie (ISIS), comme les groupes terroristes, dans sa loi fédérale sur la lutte contre le terrorisme. L’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), branche française des Frères, y figure.

En janvier 2014, 30 personnes accusées d’avoir constitué une cellule des Frères musulmans sur le territoire des EAU furent condamnés à des peines de 3 mois à 5 ans de prison. C’est le deuxième procès de masse aux Emirats après celui de l’été dernier qui avait attribué des peines de 7 à 15 ans de prison à 64 islamistes émiriens. L’Egypte avait de son côté classé dès décembre 2013 les Frères Musulmans comme « organisation terroriste ».

Dans l’enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme, la collaboration entre UMP, PS et UOIF a été démontrée sans susciter de contestation devant la profusion des cas dans les mairies gérées par ces partis collaborationnistes :

Crédit image : DR.