Tag Archives: UNEF

manif_jeunes_contre_loi_travail

Mobilisation de la jeunesse contre la loi travail

18/03/2016 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Jour de colère, acte II. Après les manifestations du 9 mars dernier, des lycées et des universités ont été bloqués jeudi à Paris et en province, à l’appel des organisations lycéennes et étudiantes opposées au projet de loi Travail, et des milliers de jeunes sont dans la rue.

Le gouvernement pourtant avait pourtant remanié son projet face à la levée de boucliers générale, se disait désormais confiant d’avoir une majorité.
En réalité, les opposants à cette réforme du Code du travail entendent bien maintenir la pression après une première mobilisation réussie la semaine dernière, à peine plus d’un an avant la présidentielle. Hier, on comptabilisait 200 lycées mobilisés, dont 40 à Paris, soit deux fois plus que la semaine dernière. Dans la capitale, plusieurs sites universitaires, notamment la Sorbonne, ont été fermés sur décision de l’administration.

Qu’attendent tous ces jeunes ?
Certains réclament le retrait du projet, d’autres seulement des modifications, notamment sur les motifs de licenciements économiques ou sur le plafonnement des indemnités aux Prud’hommes. Mais dans les discussions place de la Nation, il est finalement peu question de barèmes d’indemnités ou de forfait-jours. Les élèves ont simplement « pris goût » à la rue, dit un lycéen.

Cependant, un point en particulier a convaincu une partie des syndicats étudiants : la garantie jeunes pour tous.
Il s’agit d’un dispositif d’accompagnement renforcé vers l’emploi. Il existait depuis 2013 déjà, mais était limité à un nombre restreint de jeunes de 18 à 25 ans. Ce dispositif dure un an et consiste en un accompagnement social, une aide financière et des formations et stages pour des jeunes sans diplômes, recrutés par les missions sur un critère de motivation et d’engagements. Cette garantie va devenir un droit pour tous les jeunes sans emploi ni formation.

Pour les contestataires comme l’Unef, « les soi-disant mesures jeunes, c’est de l’enfumage, ça ne mérite pas d’arrêter la mobilisation », car il n’y a pas « l’investissement budgétaire » adéquat pour les 900 000 jeunes concernés.


Portrait de Jean-Christophe Cambadélis, futur Premier secrétaire du Parti socialiste

Portrait de Jean-Christophe Cambadélis, futur Premier secrétaire du Parti socialiste

12/04/2014 – PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Harlem Désir ayant été débarqué de la tête du Parti socialiste par le chef de l’Etat et Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadélis est pressenti pour prendre sa succession.

Tout juste nommé secrétaire d’Etat aux affaires européennes — superbe parachute doré, version apparatchik socialiste — Harlem Désir a proposé devant l’exécutif du PS, le nom du député de Paris Jean‑Christophe Cambadélis, qu’il avait battu, en 2012, dans la lutte pour le poste de premier secrétaire du partit. Avant-hier sur RTL, Cambadélis s’est montré fort peu reconnaissant envers le camarade Harlem, soulignant que ce dernier « n’avait pas réussi à la tête du PS ».

Quels sont les parcours professionnels et politiques de M. Cambadélis ?

De parcours professionnel, pas la queue d’un, puisque Cambadélis est, comme son prédécesseur, un pur apparatchik de la gauche et de l’extrême gauche. En 1971, il adhère à l’OCI, l’Organisation communiste internationaliste, une organisation trotskiste lambertiste, et devient président de l’UNEF en 1977 puis de l’UNEF-ID de 1980 à 1984, tout en restant secrètement membre du bureau politique de l’OCI. En 1986, il quitte cette organisation pour le Parti socialiste et est élu en 1988 député PS du XIXème arrondissement de Paris. En 1990, il anime le Manifeste contre le Front national, organisation militante pour qui la lutte contre le parti à la flamme devait être adossée à un combat pour le rassemblement de la gauche. Il développe la stratégie du « harcèlement démocratique » : pas un seul événement lié au FN sans une mobilisation de masse de toute la gauche. Proche de Lionel Jospin puis de Dominique Strauss-Kahn, il oriente depuis plus de vingt ans le Parti socialiste vers le social-libéralisme.

Lire la suite

Une militante de l'Unef avoue une agression imaginaire

Une militante de l’Unef avoue une agression imaginaire

04/11/2013 – 21h35
PARIS (NOVOpress) –
Patatras pour la gauche, plusieurs semaines après avoir fait croire à des violences contre elle, une militante de l’Unef reconnait que cette agression « raciste » était parfaitement imaginaire. Elle est même poursuivie pour « dénonciation de délit imaginaire ». Un aveu qui tombe au plus mal pour certains journalistes qui tiennent tant à faire passer ces militants pour des anges, victime d’une extrême droite fantasmée et inexistante…

Lire la suite

La mutuelle étudiante LMDE et le syndicat gauchiste UNEF voguent en eaux troubles

La mutuelle étudiante LMDE et le syndicat gauchiste UNEF voguent en eaux troubles

23/02/2013 – 20h00
PARIS (NOVOpress via le Kiosque courtois) – La LMDE n’est pas seulement une mutuelle, c’est l’une des deux caisses de sécurité sociale à laquelle les étudiants doivent adhérer. Elle est donc incontournable. Ce qui est surprenant, c’est la façon dont les cadres issus de l’UNEF gèrent la LMDE.

D’après le rapport du commissaire aux comptes, 250.000 euros ont été distribués à la vingtaine d’étudiants issus de l’UNEF qui administrent la LMDE, certains touchant jusqu’à 2.200 euros par mois. La LMDE a aussi financé le congrès de l’UNEF, le festival étudiant contre le racisme organisé par le même syndicat, ou encore la branche lycéenne de l’UNEF, l’Union nationale lycéenne, pour un total de 200.000 euros.

Toutes ces activités partisanes n’ont rien à voir avec la mission d’une caisse de sécurité sociale ! Et ce n’est pas tout. Plusieurs rapports sont unanimes pour critiquer la mauvaise qualité des services rendus par la LMDE. Sans compter une dette de 65 millions d’euros. Les adhérents apprécieront.

Crédit photo : DR