Tag Archives: UMP

Pessac (Gironde) : Le maire UMP a-t-il promis une mosquée à des intégristes ?

Pessac (Gironde) : Le maire UMP a-t-il promis une mosquée à des intégristes ?

14/02/2015 – BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux)
Nous avions déjà évoqué en avril 2014 la nouvelle mosquée (156 avenue Jean Jaurès) gérée par le Rassemblement des Musulmans de Pessac (présidé par Abdourahmane Ridouane) et qui a pour imam Mohamed Barry (photo).

Nos confrères de WIT FM ont mené l’enquête sur les relations troubles qu’entretiendrait le maire UMP de Pessac (Franck Raynal) avec des musulmans intégristes « ll y a quelques jours, nous avons été alertés par des élus, des représentants de l’Autorité sur une promesse de campagne municipale qui aux vues des récents évènements peuvent prendre une tournure inquiétante… ça ne se passe pas en Seine Saint Denis, ni à Genevilliers… ça se passe ici, chez nous… à Pessac ! ».

Selon les journalistes, le candidat UMP (devenu maire depuis) se serait « engagé auprès d’associations musulmanes pour leur octroyer un site sur lequel elles pourront y construire un lieu de culte ». La démarche de Franck Raynal aurait été faite afin de « gagner quelques votes ». Mais selon WIT FM, parmi ses associations musulmanes, il y aurait « des salafistes ».

mohamed-barryPar ailleurs, selon le conseiller municipal socialiste Charles Zaiter, l’imam Mohamed Barry (ci-contre) prêche « des choses pas très républicaines », notamment que « les hommes qui n’obligent pas leurs femmes à porter le hidjab iront en enfer ».

Lire la suite

Stéphane Tiki, le président des Jeunes de l'UMP, serait un immigré clandestin

Stéphane Tiki, le président des Jeunes de l’UMP, serait un immigré clandestin

10/02/2015 – PARIS (NOVOPress)
Le réel sera toujours plus surprenant que la fiction. Et ce n’est pas l’UMP qui démentira ce fait. En effet, Le Canard enchaîné, dans l’édition à paraître mercredi 11 février, affirme que le franco-camerounais Stéphane Tiki, le président des Jeunes de l’UMP, serait un immigré clandestin. Information on ne peut plus sidérante déjà avancée par Minute le 7 janvier dernier…

Comme le précise Le Point :

Stéphane Tiki, président des Jeunes Populaires (les adhérents de l’UMP âgés de moins de 30 ans), est de nationalité camerounaise et vit en France depuis dix ans, mais n’a pas de titre de séjour, affirme Le Canard enchaîné à paraître mercredi.

L’on rit d’autant plus jaune lorsque l’on sait que Stéphane Tiki est issu du très sarkozyste courant de la Droite forte, dirigé par Guillaume Peltier et Geoffroy Didier. Courant qui se signale entre autres par un discours très offensif contre l’immigration illégale.

Nommé président des Jeunes Populaires en décembre dernier, Stéphane Tiki comptait également se présenter aux élections régionales de décembre 2015.

Face à l’ampleur des réactions issues de ces révélations, Stéphane Tiki a décidé de se mettre en congés de la présidence des Jeunes de l’UMP.

Après la législative partielle dans le Doubs, la conférence “cachée” de Sarkozy à Abu Dhabi et désormais l’affaire du cadre clandestin, l’on ne peut pas dire que l’année 2015 commence sereinement pour l’UMP…


Doubs : la vanités des consignes (Présent 8290)

Doubs : la vanités des consignes (Présent 8290)

09/02/2015 – AUDINCOURT (NOVOpress)
Les républicains brevetés et les démocrates éclairés ont poussé dimanche soir un « ouf » libérateur : la République est sauvée, quoique momentanément. Il s’en est fallu de peu qu’il y ait un député du Front national de plus, augmentant les effectifs d’un seul coup de 33 % en passant de deux à trois ! Certes, ils s’y sont mis à plusieurs, et non des moindres, pour écarter Sophie Montel, car la tâche était difficile : Hollande, Valls, Juppé, NKM notamment, et à peu près tous les partis, le PS, le PC, l’UDI, les Verts, NPA… Seule contre tous, 49 % des voix c’est un succès pour le FN, même si ce n’est pas encore la victoire. Mme Montel a réussi à gagner 25 points entre les deux tours. Les socialistes ne s’y sont pas trompés, qui ont célébré l’élection de ce Barbier-là en rasant les murs, tout juste si l’élu n’a pas versé une larme, tant il avait l’air accablé…

Une du numéro 8290 de "Présent"

Une du numéro 8290 de “Présent”

Quant à l’UMP, on voit la vanité de ses consignes, dont les électeurs se sont moqués, du moins ceux qui y ont compris quelque chose. Car il y avait trois options : le « ni-ni », le vote PS et la position baroque de Sarkozy, la liberté de vote sans la liberté de voter FN. Leurs électeurs du Doubs en avaient, eux, une quatrième : reporter leur voix sur la candidate frontiste. Ils furent 30 % à le faire.

Est-ce qu’il y avait des partisans de cette solution de bon sens au bureau politique de parti de Sarkozy ? Si oui, ont-ils dû se taire, se cacher, pour éviter d’être stigmatisés comme de mauvais républicains, perdant ainsi une éventuelle investiture ? Ou cette tendance, florissante à la base, est-elle totalement inconnue du sommet ? Mais alors, quelle est la représentativité de ces dirigeants dont aucun ne se reconnaît dans le choix de 30 % des électeurs de l’UMP ? Cela ne semble pas émouvoir les hiérarques de l’UMP, qui font semblant de croire que la base votante et militante attend toujours que la lumière d’en-haut leur guide la main pour savoir quel bulletin prendre.

« L’esprit du 11 janvier » a vécu, si tant est qu’il ait existé ailleurs que dans les fantasmes de politiciens intéressés. D’ailleurs, les socialistes ne lui ont pas attribué l’élection de leur poulain. C’est à Paris, dans les états-majors avec les têtes chercheuses de la propagande UMPS, qu’on distingue le bon grain des vrais républicains et l’ivraie des mauvais Français. Dans le Doubs, ce sectarisme n’existe pas ou alors c’est une exportation parisienne. On y vote comme on pense devoir le faire, sans exiger de certificats de bonnes vie et mœurs républicaines.

Lire la suite

Vu sur Facebook

L’UMP préfère redonner la majorité au PS qu’un petit troisième siège au FN…

Publié le
Intermittents, Conseil national des professions du spectacle (CNPS)

Législative partielle dans le Doubs : Gérard Larcher voterait PS

04/02/2015 – FRANCE (NOVOpress)
L’UMP a choisi le “ni PS, ni FN” dans le cadre du second tour de la législative partielle du Doubs. Une position que ne partage pas le président du Sénat.
S’il était un électeur du Doubs, sa position est assez claire :

Je ferais barrage au Front National, je voterais Barbier. Le Front National, c’est une impasse. C’est le contraire de mes valeurs.


Dans le Doubs, Gérard Larcher voterait PS par rtl-fr


#circo2504 Législative partielle dans le Doubs : l'UMP empêtrée dans la cacophonie après sa défaite. Entretien avec Franck Guiot

Législative partielle dans le Doubs : l’UMP empêtrée dans la cacophonie après sa défaite. Entretien avec Franck Guiot

04/02/2015 – PARIS (NOVOpress) – Membre du Comité Départemental de l’Essonne de l’UMP, Franck Guiot a été élu durant 20 ans. Ne supportant plus les ambiguïtés et les mensonges de l’UMP, il a rejoint le Front National à l’automne 2014. Il avait déjà exprimé son opinion sur la ligne politique suicidaire de l’UMP lors d’un entretien accordé au journal Présent le 17 décembre 2014 et publié par Novopress. Au lendemain de la législative partielle dans la 4ème circonscription du Doubs, il a accepté de répondre à nos questions. Entretien réalisé le 2 février 2015.


Novopress : Franck Guiot, au lendemain de la législative partielle dans le département du Doubs, qui a vu la candidate FN Sophie Montel arriver largement en tête devant le PS, l’UMP étant éliminé, quelle est votre analyse sur ce scrutin ?

Franck Guiot : Ce qui m’a d’abord frappé, c’est de voir certains politiques et quasiment tous les médias s‘étonner du faible taux de participation. Les Français en ont marre de la politique traditionnelle. C’est une formidable claque aux partis du « système » et aux médias « mainstream » qui, depuis les attentats islamistes qui ont frappé la France font l’éloge du « vivre ensemble » et du multiculturalisme à grands coups de « pas d’amalgame » alors que notre pays se dirige vers une guerre civile. Faut-il rappeler l’analyse d’Aymeric Chauprade sur la 5ème colonne ?

Le FN a naturellement profité de la grande dynamique sur laquelle il surfe depuis 2 ans, face à un PS complètement déconnecté de la réalité, et une UMP absolument pas crédible. La défaite de l’UMP est sans doute liée au retour « raté » de Nicolas Sarkozy, mais surtout au pitoyable candidat UMP Charles Demouge qui s’est tristement illustré la veille du scrutin par des propos anti-Blancs et pro-immigration : “Ce sont les bons petits blonds qui m’emmerdent et pas les gens qui viennent de l’immigration” en essayant sans doute de « draguer » un électorat d’origine immigrée qui n’est plus dupe.

Vous avez évoqué la vidéo d’Aymeric Chauprade « La France est en guerre ». Qu’en avez-vous pensé ?

Je partage à 200 % l’analyse d’Aymeric Chauprade sur la présence d’une « 5ème colonne » sur notre sol et du danger qu’elle pourrait représenter. Ceux qui refusent de voir la menace de l’islamisme ou qui ont pu dire que M. Chauprade avait « diffamé l’islamisme » n’ont certainement jamais mis les pieds en banlieue (sauf peut-être dans les banlieues huppées ?) ou dans les territoires à forte proportion de population d’origine immigrée. Comme je l’ai déjà dit à de nombreuses reprises, les questions identitaires (immigration, délinquance, islamisation…) sont au cœur des préoccupations des électeurs du Front National, bien loin devant les questions économiques.

A votre avis quelle sera la position de l’UMP pour le second tour de ce scrutin ? Le ni-ni, le vote FN ou le vote PS ?

Comme d’habitude, c’est la cacophonie générale. Nicolas Sarkozy, lors du bureau politique du 3 février 2015, tiraillé entre plusieurs courants (Wauquiez, NKM, Peltier…) a opté pour une position non-tranchée en refusant justement de prendre position en « laissant les électeurs choisir »… attitude qui accentuera le tournis des électeurs UMP sur la ligne politique ambiguë de l’UMP, alors qu’un parti se réclamant de « droite » devrait sans aucun scrupule appeler à faire barrage à la gauche en appelant à voter FN. Mais c’est là que le slogan UMPS prend tout son sens.

La cacophonie a déjà commencé puisque certains cadres plus ou moins importants ont appelé ouvertement à voter pour le candidat PS. C’est le cas pour le moment de Dominique Bussereau, ancien ministre, de François Merlet, responsable départemental des Jeunes Populaires de Paris, ou encore d’Aurore Bergé, militante pro-LGBT, conseillère politique de l’UMP.

NKM s’est également prononcée sur BFMTV face à Jean-Jacques Bourdin pour un vote en faveur du PS, en précisant que « Le FN défigurerait la France ». D’autres, comme Charles Aslangul, élu UMP à Bry-sur-Marne, se posent la question de leur avenir à l’UMP devant cette cacophonie.

Du côté du fameux ni-ni, on retrouve les « sarkozystes » Thierry Mariani, Guillaume Peltier et Gérard Darmanin (dans Europe 1 Matin).

Par ailleurs, en cas de victoire du candidat PS dimanche prochain, l’UMP portera la très lourde responsabilité de laisser la majorité absolue au Parti Socialiste à l’Assemblée Nationale, majorité qu’il perdrait de facto si Sophie Montel était élue.

Comment voyez-vous le second tour du scrutin de dimanche prochain ?

Avec seulement 4 points d’avance pour Sophie Montel sur le candidat socialiste, ce n’est pas gagné. Tout dépendra du report des voix des électeurs de l’UMP qui devront choisir entre une candidate FN qui défend les valeurs de la France et un candidat PS, membre d’un parti qui a trahi les valeurs de la République et de la démocratie depuis près de 3 ans. Le choix me semble simple pour tout électeur de bon sens. Parions que durant cette semaine, le PS va nous ressortir la mascarade traditionnelle anti-FN, avec pourquoi pas ses célèbres pin’s ? Le PS usera de tous les stratagèmes de la politique de caniveau pour essayer de tromper les électeurs, tous les qualificatifs habituels seront sans doute de sortie (xénophobie, racisme, fascisme…) en oubliant bien vite le passé sulfureux des origines du Parti Socialiste. Bien heureusement, les Français ne croient plus aux grosses ficelles et aux mensonges du PS !

Votre pronostic pour les départementales ? Serez-vous candidat ?

Je ne serai pas candidat titulaire. Le scrutin de la législative du dimanche 1er février 2015 dans le Doubs préfigure à mon avis ce qui va se passer aux départementales fin mars, à savoir un fort taux d’abstention et un FN en tête dans de nombreux cantons, avec des duels PS – FN et FN –UMP, le faible taux de participation empêchant de fait la présence de triangulaires dans de nombreux cantons. L’UMP n’en est qu’à ses premiers déchirements avant une explosion quasi-certaine dans les prochains mois, et une fuite de ses adhérents vers le Front National, seul parti à défendre La France et les Français d’abord. Le premier parti de France c’est le Front National !

Propos recueillis par Walter Numerus pour Novopress

« Doubs, durs et dingues » (Présent 8286)

« Doubs, durs et dingues » (Présent 8286)

03/02/2015 – PARIS (NOVOpress)
Le réalisateur James Fargo nous pardonnera de lui avoir emprunté ce titre pour évoquer le cinéma que nous font élus UMP et centristes depuis l’arrivée en tête de Sophie Montel au premier tour de la législative partielle dans le Doubs. Un mauvais film dont les saltimbanques, des « ni-ni » à ceux qui appellent à voter socialiste, ne font que démontrer une fois de plus la collusion existant entre le PS et la « droite ».

« Doubs, durs et dingues » (Présent 8286)Gauchistes masqués

Ouvrant dimanche soir le bal des gauchistes masqués, Lagarde (UDI) a ainsi appelé à voter pour le PS, en expliquant que « l’élection d’une députée d’extrême droite au programme xénophobe et démagogique serait une mauvaise nouvelle supplémentaire pour notre pays ». Un avis partagé par plusieurs élus UMP qui, sans attendre la position de Sarko, ont réclamé un « front républicain ». Ainsi Bussereau, qui confiait : « Je vote PS pour battre le FN. » Ou encore NKM, qui expliquait que si « le PS désespère la France », le FN, lui, la « défigure ». Et puis il y a tous ceux qui, dans le Doubs, s’abstiennent…

Sans oublier le petit Bertrand qui, officialisant sa candidature à la présidence de Nord-Pas-de-Calais-Picardie, a cru malin de défier Marine Le Pen en déclarant à son intention que « quand on a du courage on s’engage ».

Angoulème : B.D(himmitude)

Des réactions qui montrent à quel point l’UMP est idéologiquement vérolée par la gauche. Témoin, là encore, Xavier Bonnefont, maire d’Angoulême et « Charlie » frénétique, qui inaugurait dimanche une « place Charlie » dans sa ville, après avoir fait placarder sur les murs de la mairie les « meilleures unes » de l’hebdomadaire pornographique. Comprenez : celles insultant l’Eglise, l’armée, la police… Mais pas une seule, bien sûr, représentant Mahomet.

Une insulte, au passage, à la mémoire de ceux qui en sont morts. Comme n’a pas manqué de le lui rappeler l’éditeur Jean-Christophe Menu en expliquant que « Je suis Charlie, ce n’est pas faire sonner les cloches de Notre-Dame ni transformer en héros nationaux ceux qui ch… sur le pouvoir sous toutes ses formes ». Et Menu, au nom de Charlie Hebdo, de traiter alors le maire de « c… » pour avoir entouré de grillages les bancs publics de sa ville afin d’en écarter les SDF !

Franck Delétraz


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !

Législative dans le Doubs : Alain Juppé voterait socialiste

Législative dans le Doubs : Alain Juppé voterait socialiste

03/02/2015 – BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux)
Le maire de Bordeaux n’a finalement pas attendu la position officielle de l’UMP pour se prononcer sur le second tour de la législative partielle de dimanche dans le Doubs, qui opposera un candidat du Front national et un du Parti socialiste.

Dans un article publié sur son blog, celui-ci apporte son soutien au Parti socialiste et appelle à faire « barrage au FN », qui est « notre principal adversaire politique ». « Si j’étais électeur de la 4ème circonscription du Doubs, je sais ce qu’en mon âme et conscience je ferais (…) je ne m’abstiendrais pas, je voterais pour le candidat PS ».

Si la proximité d’Alain Juppé vis-à-vis du Parti socialiste est constante depuis plusieurs années, il n’en a pas toujours été ainsi. En 1990, le maire de Bordeaux, alors numéro 2 du RPR, avait décidé d’exclure Alain Carignon (maire de Grenoble) puisqu’il avait appelé à voter socialiste au second tour d’une élection partielle à Villeurbanne pour contrer le FN. « Nous n’avons pas du tout l’intention de faire la courte-échelle au Parti socialiste », s’était justifié l’ancien ministre, après avoir mis en congé le maire RPR (vidéo ci-dessous).

Il faut dire qu’Alain Juppé n’était alors pas sur le même positionnement politique. A l’époque celui-ci souhaitait la « fermeture des frontières » , la « suspension de l’immigration » , « réserver certaines prestations sociales aux nationaux » et rappelait « l’incompatibilité entre l’islam et nos lois » .

Lire la suite

Législative partielle dans le Doubs: le FN largement en tête

Législative partielle dans le Doubs: le FN en tête, face au PS au second tour

02/02/2015 – BESANCON (NOVOPress)
Les résultats sont donc tombés. La législative partielle dans la 4e circonscription du Doubs, perçue comme un test avant les départementales de mars, donnera lieu à un duel entre le FN, largement en tête au 1er tour, et le PS, qualifié malgré une forte concurrence à gauche. L’UMP, qui pourtant pouvait compter sur le soutien de l’UDI et l’absence de concurrent MoDem, ne s’est pas qualifiée pour le second tour. Son candidat, Charles Demouge, s’était répandu contre les “petits blonds qui m’emmerdent, et pas les gens qui viennent de l’immigration”.

L’UMP va devoir désormais choisir si elle appelle ou non à voter en faveur du candidat PS, une décision qu’elle ne devrait pas prendre avant mardi, selon son porte-parole.


 

 

 

Lire la suite

fatima-allaoui-s-est-dit-profondement-choquee-par-cette_576090_510x255

Fatima Allaoui rejoint les rangs du Front National

19/12/2014 – FRANCE
Fatima Allaoui avait été déchue de ses fonctions de secrétaire nationale de l’UMP quatre jours après sa nomination pour avoir parallèlement adhéré au SIEL. Après avoir reçu des offres de ralliement de la part notamment de Florian Philippot et Jean-Marie Le Pen, Fatima Allaoui vient de franchir le pas en rejoignant le groupe Front national au Conseil régional de Languedoc-Roussillon.


Franck Guiot : « “on est chez nous” n’est pas un gros mot ! » (Présent 8253)

Franck Guiot : « “on est chez nous” n’est pas un gros mot ! » (Présent 8253)

16/12/2014 – PARIS (NOVOpress)

De l’UMP au FN
On est chez nous ! Ces paroles pleines de bon sens proviennent tout droit d’un élu UMP. Eh oui ! Pour être plus précis, d’un ancien UMP. Militant de droite depuis toujours, Franck Guiot vient de rejoindre le Front national, quittant le radeau de la Méduse mené dorénavant par Sarkozy & Co. A l’heure où certains passent de l’UMP au FN avec bruit, d’autres le font avec une discrétion à la mesure de leurs convictions. Portrait sans langue de bois d’un amoureux de la France.

Franck Guiot : « “on est chez nous” n’est pas un gros mot ! » (Présent 8253)— Quel a été votre parcours jusqu’à aujourd’hui ?

— Après une jeunesse au FNJ lors des années Mitterrand, j’ai adhéré au RPR et j’ai participé à la campagne en faveur du non à Maastricht. En 2002, j’ai naturellement adhéré à l’UMP sous l’impulsion d’un Nicolas Sarkozy qui inspirait la rupture face à un système déjà à bout de souffle. Par ailleurs, j’ai été élu au sein de mon village de 1995 à 2014. En 2007, tous les espoirs se sont portés sur Nicolas Sarkozy et sa volonté d’impulser une nouvelle dynamique. Très vite, beaucoup d’espoirs sont tombés (ouverture à gauche, bilan très mauvais sur la maîtrise de l’immigration et sur la sécurité…) et malgré une ligne « Buisson » que j’ai soutenue en 2012, Nicolas Sarkozy a été battu par défaut par un François Hollande acclamé sous une horde de drapeaux étrangers Place de la Bastille. La suite, tout le monde la connaît…

— Quels ont été les arguments pour votre départ de l’UMP et le choix du FN ?

— Dès la victoire de la gauche en 2012, le marasme s’est très vite emparé de l’UMP : divisions, aucune cohérence de ligne politique entre les différents courants, un courant « droite populaire » complètement marginalisé, une élection interne avec des crises d’egos dévastatrices, puis l’affaire Bygmalion…

Pendant ce temps, les idées défendues depuis 40 ans par le Front national démontrent qu’il avait raison : l’Europe est une passoire et n’est pas capable de faire face à une immigration devenue totalement hors de contrôle, de nombreux territoires de non-droit se développent en France, la délinquance explose, les Français sont asphyxiés par une pression fiscale devenue insupportable, nous avons un chômage de masse, bref nous nous dirigeons vers une crise de régime et un chaos sans précédent.

Lire la suite

Nelson Mandela, héros de Patrick Ollier, député-maire UMP de Rueil-Malmaison - par Bernard Lugan

Nelson Mandela, héros de Patrick Ollier, député-maire UMP de Rueil-Malmaison – par Bernard Lugan

16/12/2014 – RUEIL-MALMAISON (via le blog officiel de Bernard Lugan)
Jadis, dans la “banlieue rouge”, les maires communistes donnaient aux rues le nom de Gagarine, de Karl Marx, de Robespierre ou encore de Maurice Thorez. Aujourd’hui, dans la banlieue chic, les maires UMP baptisent des places du nom de Nelson Mandela. Les premiers avaient l’excuse de la croyance dans des lendemains qui allaient chanter quand les seconds sont simplement en génuflexion devant le conformisme médiatico-idéologique le plus niais.

Le 8 novembre 2014, Monsieur Patrick Ollier, député-maire UMP de la bourgeoise Rueil-Malmaison a ainsi bien mérité de la pensée unique. En ce jour anniversaire du débarquement allié en Afrique du Nord, ceint de tricolore et entouré de son conseil municipal, marchant avec une grande originalité dans les traces de nombreux maires socialistes, écologistes et communistes, il baptisa en effet une place de sa cité du nom de Nelson Mandela.

Au delà du minuscule calcul visant à grappiller quelques voix d’électeurs issus du “grand remplacement”, une telle décision prise par un conseil municipal de “droite” en dit long sur le naufrage intellectuel d’un courant politique sans colonne vertébrale, sans points de repère et peut-être encore plus affligeant, sans mémoire.

Aussi, afin de “rafraîchir” celle de Monsieur le député-maire, je reproduis ici le communiqué que j’ai publié le 21 décembre 2013 sur le blog de l’Afrique réelle:

“Un communiqué du SACP (South African Communist Party) en date du 6 décembre 2013 nous apprend officiellement ce dont l’on se doutait, mais qui n’avait jamais été réellement établi, à savoir que selon les propres termes du document, le « camarade Nelson Mandela » était un haut dirigeant communiste puisqu’il « (…) ne faisait pas seulement partie du SACP, mais également de son Comité central ».

Pourquoi Nelson Mandela a-t-il toujours démenti, tant oralement que par écrit, avoir été membre du SACP ? Pourquoi donc a-t-il menti ?

Un retour en arrière s’impose. En 1960, quand Nelson Mandela fut nommé-coopté au Comité central du SACP, le monde était en pleine « guerre froide » et les soviétiques avaient décidé de menacer la route du Cap, vitale pour ce qui était alors l’ « Occident », en déstabilisant le pays qui en était le gardien, à savoir l’Afrique du Sud. Pour l’URSS, la lutte contre l’apartheid fut le moyen de populariser cette stratégie en lui donnant un « habillage » moral. La mission que le KGB confia alors à Nelson Mandela, fut de prendre le contrôle de l’ANC au profit du SACP en évinçant la vieille garde réformiste et non-violente qui le contrôlait, afin de lui faire adopter la lutte armée.

Lire la suite

Présidence de l’UMP : le Sarko nouveau est arrivé !

Présidence de l’UMP : le Sarko nouveau est arrivé !

08/12/2014 – PARIS (NOVOpress via le Kiosque Courtois)
Ouvert le 29 novembre au soir, le vote électronique des militants UMP a donc désigné – au terme d’un suspense insoutenable… –, Nicolas Sarkozy, comme président de leur parti. L’ancien chef de l’État a obtenu 64,5 % des voix, soit 20 points de moins qu’il y a dix ans. Son retour, qui n’est donc pas vraiment un plébiscite, est largement occulté par le succès de Bruno Le Maire, qui a frôlé les 30%. Notons pour l’anecdote que M. Sarkozy s’est montré agacé des 100% obtenus par Marine Le Pen lors du congrès du FN, dimanche 30 novembre à Lyon. « Quelle curieuse conception des élections, un seul candidat, pas d’opposant », a ironisé l’ancien chef de l’Etat, oubliant un peu vite qu’en janvier 2007, lorsque l’UMP avait organisé une primaire pour désigner son candidat à la présidentielle, il était le seul candidat et fut donc élu, lui aussi, avec 100% des voix. Ce qui s’appelle rater une occasion de se taire…

Ce n’est un secret pour personne, Bruno Le Maire doit son ascension à sa droitisation progressive tout au long de la campagne. D’Hervé Mariton, qui a obtenu le score honorable de 6 %, à un Nicolas Sarkozy retrouvant – avec un opportunisme écœurant, il faut bien le dire – les accents droitiers (« buissonniens » diront certains) de sa campagne présidentielle de 2012, en passant par un Bruno Le Maire droitisé, les candidats semblent avoir fait le même constat : l’électorat UMP est profondément ancré à droite, à l’image des militants du parti. Les ténors de l’UMP ne peuvent plus faire semblant de croire que leurs adhérents sont des centristes. Le dernier sondage CSA pour les Echos est de ce point de vue, éloquent. Nicolas Sarkozy, en tête chez les sympathisants UMP, est à son plus bas niveau dans l’opinion depuis 2012, perdant 14 points depuis le début de l’année. Bruno Le Maire fait quant à lui un bond de 9 points pour atteindre 42 % et prendre la cinquième place du classement, devant François Fillon, Nicolas Sarkozy et Xavier Bertrand.

Lire la suite

Face aux ambigüités et aux mensonges des dirigeants de l’UMP, Franck Guiot rejoint le Front National

Face aux ambigüités et aux mensonges des dirigeants de l’UMP, Franck Guiot rejoint le Front National

08/12/2014 – Entretien de Novopress avec Franck Guiot, militant historique du RPR puis de l’UMP.

Le FN a au moins le mérite de rassembler des patriotes qui n’ont pas peur de dire qu’en France : « on est chez nous » et qui refusent d’abandonner notre souveraineté aux technocrates de Bruxelles. La France doit rester la France.

Franck Guiot, vous venez d’annoncer sur twitter votre adhésion au FN, merci d’avoir choisi Novopress pour nous expliquer votre choix, qu’est ce qui a motivé votre décision ?

FG : Tout d’abord les valeurs défendues par le FN en matière de lutte contre l’immigration et en faveur de notre identité. Par ailleurs c’est l’un des seuls partis de droite où les dirigeants sont encore en phase avec les sympathisants. J’ai toujours été profondément de droite, ayant été auparavant au RPR, l’UMP était devenu un navire sans cap avec 10 lignes différentes, des divergences profondes sur l’abrogation de la loi Taubira (mariage pour tous), des discours fermes sur l’immigration mais qui se traduisent dans le concret par la construction de mosquées dans nombreuses collectivités UMP… et enfin l’affaire « Bygmalion » dont on ne connaît pas encore les coupables.

Le FN a au moins le mérite de rassembler des patriotes qui n’ont pas peur de dire qu’en France : « on est chez nous » et qui refusent d’abandonner notre souveraineté aux technocrates de Bruxelles. La France doit rester la France.

Vous aviez pourtant soutenu Nicolas Sarkozy en 2012 ?

FG : Nicolas Sarkozy a été un grand homme d’état, même si il a commis des erreurs durant son quinquennat, il n’a pas vu où n’a pas voulu voir le danger que représentait une politique d’immigration non maitrisée. J’ai soutenu Nicolas Sarkozy en 2012 car il était sur la ligne de Patrick Buisson, grand défenseur de l’identité et grand visionnaire.

Malgré votre défection de l’UMP et votre ralliement au Front National, vous avez tenu à voter pour un des candidats à la présidence de l’UMP. Pouvez-vous nous dire pourquoi ? Et est-il indiscret de vous demander sur quel candidat votre choix s’est porté ?

FG : J’étais à jour de cotisation au 30 juin 2014, et je ne vois donc pas pourquoi je me serais abstenu de voter. J’ai apporté mon vote à Bruno Le Maire qui apportait une sorte de « renouveau » bien que je ne partage pas toutes ses idées et que je n’ai pas apprécié son abstention sur le mariage pour tous. Mais c’était le seul candidat à pouvoir faire face à Nicolas Sarkozy, les résultats l’ont montré puisqu’il a obtenu un score honorable de 29 %. Un chef de parti n’est pas un chef d’État, ce n’était pas la place de Nicolas Sarkozy, ancien chef d’État, de reprendre la présidence de l’UMP. Vous imaginez François Hollande à nouveau secrétaire général du PS après 2017 ?

Quelles idées du programme du front national ont motivé votre décision ?

FG : L’arrêt total de l’immigration ; la sortie de l’espace Schengen pour que l’on puisse contrôler qui entre sur notre territoire ; l’abandon pur et simple de l’AME sans conditions ainsi que de toutes les aides aux étrangers clandestins, et enfin le retour au droit du sang.

Le « grand remplacement », ça vous inspire quoi ?

FG : Tout le monde le voit, mais certains ne veulent pas encore le voir… y compris au FN. J’ai participé aux assises de la remigration organisées par le Bloc Identitaire où une excellente synthèse a été faite sur ce sujet. Je constate comme beaucoup de Français qu’il y a beaucoup trop de territoires en France où ce n’est plus la France. Nos politiques ont voulu changer la population puisque la population Française n’était pas d’accord avec eux, mais l’effet obtenu n’est pas celui escompté, la situation est devenue totalement hors de contrôle dans de nombreux territoires « Français » où la police ne peut plus se rendre, et où c’est la loi des racailles qui domine. Nous sommes rendus à un tel niveau d’insécurité en France lié pour une majeure partie à une immigration massive devenue hors de contrôle que tout le monde s’y met pour expliquer que ce n’est pas vrai, qu’il ne faut pas faire d’amalgames… Médias, politiques… C’est dire que la situation est grave lorsque l’on utilise le mensonge pour masquer la réalité

Quelques mots sur le congrès du FN à Lyon ?

Un discours remarquable de Jean-Marie le Pen pour clore la matinée du samedi, un excellent diner de gala dans la pure convivialité, Marion-Maréchal Le Pen arrivée en tête des votes du Comité Central et pour finir le discours de clôture de Marine Le Pen auquel tout le monde n’a pas pu assister par manque de place

A retenir aussi, les actions ultra-violentes de la gauche et de l’extrême-gauche qui ont détruit de nombreux commerces en ville le samedi 29 novembre avec le soutien de certains élus pour protester contre le FN. 900 casseurs et seulement 15 interpellations … les commerçants lyonnais apprécieront…

Vu sur Facebook

Sarkozy gagne mais Bruno Le Maire monte

Publié le
Entretien avec Didier Patte, président du Mouvement normand - Réforme des régions : "Une formule technocratique" (Présent 8247)

Selon un sondage, une majorité des sympathisants UMP et FN souhaitent des alliances entre les deux partis

29/11/2014 – PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Avant-hier, l’institut Harris Interactive publiait un sondage qui a croisé les regards des sympathisants de l’UMP et du FN à propos d’un rapprochement des deux partis politiques.

Une majorité (6 sur 10) des électeurs de l’UMP comme du FN est favorable à des alliances au second tour des régionales, en particulier si ce rapprochement permet de battre le PS.
Par exemple, une part significative des électeurs proches de l’UMP se dit prête à voter pour Marine Le Pen si la liste qu’elle conduit dans la région Nord‑Pas‑de‑Calais est en position de gagner les élections.

« Dans l’électorat de l’UMP, l’idée que le FN puisse accéder au pouvoir n’est plus absurde » analyse Jean‑Daniel Lévy. Et l’hypothèse consistant à envisager qu’une et même plusieurs régions puissent être gagnées par le FN prend consistance, à la condition cependant de battre, avec l’UMP, une personnalité socialiste.

Le Maire UMP d’Etampes, Franck Marlin, se lance dans l’islamisation massive

Le Maire UMP d’Etampes, Franck Marlin, se lance dans l’islamisation massive

29/11/2014 – ETAMPES (NOVOpress)

Le Maire UMP d’Etampes, Franck Marlin, se lance dans l’islamisation massive

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Au moment où une grande partie de la classe politique s’inquiète de la montée de l’islamisme radical, au moment où des milliers de “Français” partent faire le Djihad en Irak et en Syrie, après avoir été radicalisés en France, dans les prisons, dans les mosquées…, au moment où Nicolas Sarkozy semble durcir son discours sur l’immigration (au moins dans les mots, jamais dans les actes), le Maire UMP de la ville d’Etampes semble vouloir développer le communautarisme dans sa ville, une ville déjà illustrée dans l’observatoire du Grand Remplacement, une ville ou récemment, une maire-adjointe a encouragé la bi-nationalité.

En effet, le permis de construire pour une mosquée de 400 m² au sol et de 8 m de haut vient d’être signé et accordé par le maire.

Elle a été demandée par une association musulmane et sera implantée au cœur d’un quartier où de nombreux logements sociaux sont en construction :

Que deviendra “Etampes – Ville Royale” dans 5 ou 10 ans ? Un Sarcelles-bis ? Une nouvelle ville de non-droit ? Une ville ou l’identité aura encore été piétinée par un élu …