Tag Archives: Trémuson

L’école de Trémuson ne s’appellera pas Goldman

L’école de Trémuson ne s’appellera pas Goldman

13/06/2012 – 16h00
PLERIN (NOVOpress Breizh) – Sous un mince prétexte, le maire de Trémuson, voulait donner à son école publique le nom du père de Jean-Jacques Goldman. Mais le chanteur a refusé.

La commune de Trémuson, dans les Côtes-d’Armor, voulait sans doute faire parler d’elle en donnant à son école le nom d’Alter Goldman. Elle y a réussi, mais pas dans le sens où elle l’espérait : toute la presse bretonne et française a relaté l’histoire de ce baptême manqué, révélée voici quelques jours par Ouest France.

Alter Goldman (1909-1988), immigré polonais, a travaillé pendant quelques mois dans les mines de plomb exploitées à Trémuson dans les années 1920. Bien plus tard, après la rupture du pacte germano-soviétique, il a appartenu pendant la guerre à un mouvement de résistance communiste lyonnais. Le prétexte semble mince pour lui consacrer près d’un quart de siècle après sa mort une école publique, elle-même construite depuis plus de trente ans ! À ce compte-là, Pornic, où Vladimir Illitch Oulianov a passé quelques mois en 1910, pourrait aussi bien se doter d’une « école Lénine ». Mais Alter Goldman est aussi le père de Jean-Jacques Goldman, l’un des auteurs-compositeurs-interprètes français les plus célèbres de la fin du 20ème siècle…

Or Jean-Jacques Goldman, qui a probablement le sens du ridicule plus que le conseil municipal de Trémuson, a décliné la proposition. Alter Goldman, a-t-il rappelé, avait un autre fils : Pierre Goldman, militant communiste puis gauchiste, qui après avoir versé dans le grand banditisme avait été assassiné en 1979 dans des conditions jamais élucidées. Pour le chanteur, le choix de Trémuson risquait d’être utilisé par « ceux qui assimilent immigration et délinquance ». L’école portera finalement le nom de l’aviateur Louis Blériot, qui n’a aucun lien avec la commune.

Trémuson est le lieu de naissance de Françoise de Dinan, un personnage important de l’histoire de Bretagne. Il y aurait eu une bonne raison de donner son nom à une école : elle fut chargée de l’éducation d’Anne de Bretagne. Mais pour le maire PS de Trémuson, sans doute, la référence connotait trop l’identité bretonne.

Crédit photo : DR