Tag Archives: traite des noirs

L’Histoire inacceptable : Le premier propriétaire esclavagiste Américain était noir

L’Histoire inacceptable : Le premier propriétaire esclavagiste américain était noir

13/09/2014 – PARIS (NOVOpress) – Avant 1655 il n’y avait aucun esclave légal dans les colonies américaines britanniques qui deviendront les Etats-Unis, seulement un contrat bilatéral appelé « indenture » pour des serviteurs qui proposaient leur service en échange d’une aide matérielle. Concrètement des noirs acceptaient de partir dans ces colonies britanniques et de travailler pendant un certain nombre d’années pour rembourser leur voyage et leur entretien. Avec cette pratique tous les maîtres étaient tenus de libérer leurs serviteurs après un certain temps. La durée limite de ces contrats était de sept ans. À leur départ on leur accordait 50 acres de terre (environ 20 hectares). Cela était valable pour n’importe quel Africain acheté à des marchands d’esclaves. Eux aussi avaient droit à leurs 50 acres à l’expiration de leur contrat.

Anthony Johnson était un africain venu de l’actuelle Angola. Il avait été amené aux Etats Unis pour travailler dans une ferme de tabac en 1619. En 1622 il  failli mourir quand des Indiens Powhatan attaquèrent sa ferme. 52 des 57 personnes présentes périrent dans l’attaque.  Et c’est aussi pendant son  passage dans cette ferme qu’il épousa une servante noire.

L’Histoire inacceptable : Le premier propriétaire esclavagiste américain était noirQuand Anthony fut libéré il fut aussi légalement reconnu comme « Noir libre » et fit fructifier son lopin de terre avec beaucoup de succès grâce à son dur labeur et son intelligence. En 1651 il possédait 250 acres et cinq serviteurs africains en « indenture ».

Puis en 1654 Johnson aurait dû libérer John Casor, un de ses serviteurs. Au lieu de cela Anthony  dit à Casor qu’il prolongeait son temps. Casor s’enfuit et devint l’employé d’un fermier blanc, Robert Parker.

Anthony Johnson poursuivi aussitôt en justice Robert Parker devant  le tribunal de Northampton et en 1655 la cour jugea qu’Anthony Johnson pourrait retenir John Casor indéfiniment. La cour autorisa ainsi les noirs libres à posséder des êtres de leur propre race comme  biens meubles, c’est-à-dire comme esclaves. Voilà comment John Casor est devenu le premier esclave à vie et Anthony Johnson le premier propriétaire américain d’esclave.

Lire la suite

Esclavagisme : le lobby noir menace la France d’une « pluie de procès »

Esclavagisme : le lobby noir menace la France d’une « pluie de procès »

09/01/2013 – 08h00
BASSE-TERRE (NOVOpress) – Rosita Destival, une Guadeloupéenne, a décidé d’assigner en justice l’Etat français pour crime contre l’humanité, au nom de la traite négrière. Elle se fonde sur la loi Taubira de mai 2001, reconnaissant l’esclavage comme crime contre l’humanité. L’Antillaise est soutenue par le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) qui menace la France d’une « pluie de procès ».

Lire la suite

Une association appelle les « pays arabes » à reconnaître l’esclavage auquel ils ont contribué

30/11/2012 — 08h00
PARIS (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation) — Le 2 décembre aura lieu la journée internationale de l’Abolition de l’esclavage. Alors qu’approche cette date, la Fondation du mémorial de la traite des Noirs a appelé les « pays arabes » à reconnaître leur rôle dans la traite des Noirs et l’esclavage (1). Une pétition en ligne a été lancée et une lettre adressée par la Fondation, à toutes les ambassades de « pays arabes » en France : Maroc, Koweït, Egypte, Liban, Algérie, Tunisie, Yémen.

En effet, l’esclavage est principalement associé à l’occident lorsque la question est évoquée. Pourtant, la Fondation rappelle dans sa lettre que le plus grand commerce négrier de l’Histoire s’est traduit par la déportation de 40 % des 42 millions de personnes vers le Maroc, l’Algérie, l’Arabie saoudite et l’Egypte notamment. L’association appelle à un rassemblement le 2 décembre devant l’ambassade du Maroc à Paris à midi et invite à écrire aux ambassadeurs des « pays arabes » à Paris.

(1) Agrandir la vidéo en plein écran pour lire plus facilement les textes qu’elle contient.

Publié le