Tag Archives: trafic d’armes

club-tir-milices-blanches

Le préfet du Vaucluse a-t-il peur des milices blanches ?

02/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Dans son numéro de cette semaine, l’hebdomadaire Minute révèle, document à l’appui, que le préfet du Vaucluse a enclenché un plan de contrôle des clubs de tir de son département, et de leurs adhérents ; par peur de voir apparaître des « milices blanches » ?

Minute commente, avec ironie : « On ne peut que louer M. le préfet du Vaucluse, Bernard Gonzalez, qui a servi en tout début de carrière à la DGSE, les services secrets français, et est l’heureux papa d’un officier de l’armée de terre, de veiller au respect de l’article R312-40 du Code de la sécurité intérieure en un département paisible où les fonctionnaires de tout grade, n’ayant que trop tendance à s’empâter à force de rester au bureau, oisifs, vont enfin avoir l’occasion de prendre l’air en allant contrôler les dangereux amateurs de tir. […] Sinon, concernant les armes réellement dangereuses, celles qui circulent dans les cités d’Avignon, de Carpentras ou d’Orange, celles qui ne sont pas sur catalogue, celles qui tuent et qui blessent de braves gens, celles avec lesquelles on s’en prend aux policiers, […], il y a quelque chose de prévu ? »

Italie : Trafic d’armes dans un camp Rom

Italie : Trafic d’armes et de faux papiers dans un camp Rom

20/04/2012 – 10h00
MILAN (NOVOpress) –
Une vieille femme Rom  a été arrêtée hier à côté de Milan, alors qu’elle était en train de vendre une arme à feu chargée. Le trafic, qui portait à la fois sur des armes et sur de faux papiers, a été découvert par l’association de lutte contre la criminalité organisée, « SOS racket et usure », qui a fait intervenir les carabiniers.

« SOS racket et usure » avait contacté la Rom dans le camp nomade de Baranzate (province de Milan) et lui avait fixé un rendez-vous dans un jardin public de la ville. C’est là que les carabiniers l’ont interpellée.

Outre un revolver Beretta (au numéro de série effacé) chargé de six balles, vendu 700 euros, la Rom offrait une carte d’identité pour 500 euros. L’ensemble des tractations a été filmé et la vidéo est disponible sur le site de l’agence ANSA.

Dans le même camp nomade, « SOS racket et usure » a filmé une vente d’armes et de drogue par un autre Rom, qui a été inculpé. Les carabiniers tentent désormais de remonter la filière.

Caucase russe : une région encore gangrénée par le terrorisme

Caucase russe : une région encore gangrénée par le terrorisme


12/10/2011 – 20h15
MOSCOU (NOVOpress) —
La région du Caucase est réputée pour son instabilité chronique. Selon la chaîne de télévision russe anglophone Russia Today, environ un millier de terroristes séviraient toujours sur cette partie de la CEI et seraient à à l’origine de 335 crimes recensés depuis le début de l’année en cours, dans le seul district fédéral russe du Caucase du Nord.

Caucase russe : une région encore gangrénée par le terrorisme

Magomedsalam Magomedov, président du Daghestan depuis février 2010. Crédit : service de presse de la République du Daghestan.

Ces attentats représentent la majeure partie des actions terroristes (90%) sur ce territoire, selon le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev. Parmi les zones les plus sensibles au développement du terrorisme, le Daghestan demeure le pays le plus touché, avec des explosions et des attaques quasi-quotidiennes.

Cette expansion du terrorisme trouve son origine dans la première guerre de Tchétchénie (1994-1996) qui a opposé forces russes et séparatistes musulmans. Cette guerre s’est alors accompagnée de l’islamisation rapide de la rébellion dont les revendications belliqueuses se sont propagées hors des frontières tchétchènes pour s’ancrer de manière pérenne au sein d’autres républiques nord caucasiennes. Depuis le milieu des années 2000, un mouvement islamiste armé agit de manière active dans l’ensemble du Caucase du Nord.

La Libye va-t-elle devenir un supermarché des armes ?

La Libye va-t-elle devenir un supermarché des armes ?

19/09/2011 – 20h00
TRIPOLI (NOVOpress) – C’est la question que l’on peut se poser. En tout cas, c’est un sujet de forte inquiétude pour la coalition occidentale qui mène la guerre en Libye aux côtés du Conseil national de transition, le CNT.

En effet, de nombreuses quantités d’armes conventionnelles circulent depuis l’ouverture des dépôts d’armements libyens et la fourniture d’armes par l’Otan aux rebelles du CNT.

De plus, les services secrets occidentaux constatent que les différentes factions rebelles mettent des armes de côté.

Mais surtout la Libye est devenue un supermarché pour tous ceux qui ont besoin d’armes : affairistes, tribus, intermédiaires d’Al-Quaïda au Maghreb islamique…

Ainsi, des officiels américains affirment qu’un petit nombre de missiles sol-air sont arrivés au Mali début septembre.