Tag Archives: tradition

chaque 8 decembre a lyon

Interview exclusive de Julie Astic à propos de l’ouvrage « Chaque 8 décembre à Lyon »

08/12/2015 – CULTURE (NOVOpress)
Maintenir vivace la tradition et ne pas se contenter d’un folklore vide de sens et mercantile, tel est le combat de toute personne soucieuse son identité locale ou régionale. C’est dans cet esprit que Julie Astic a écrit « Chaque 8 décembre à Lyon », pour donner à nos enfants le sens profond de cette tradition.

— Votre ouvrage « Chaque 8 décembre à Lyon » est sorti il y a quelques semaines aux Éditions Idées. Pourquoi avoir voulu écrire sur cette fête religieuse et populaire lyonnaise ?
Je me suis rendu compte en discutant avec différentes personnes de mon entourage que beaucoup ne connaissent pas les origines de cette fête religieuse et populaire lyonnaise. Qu’ils soient ados ou bien adultes, certains n’ont jamais entendu parler de l’origine de cette tradition. Pour eux, illuminer les fenêtres semble une mode. Pire, d’autres « l’ont su passé un temps puis ils ont oublié ». Comment peut-on oublier une tradition ? Entendre cela me fend le cœur. Les autres ne prennent même plus la peine d’illuminer leurs fenêtres. J’ai écrit ce livre dans le but que tous ceux qui illuminent leurs fenêtres à Lyon et ses alentours sachent pourquoi ils le font et qu’ils n’oublient pas. Aussi, j’aimerais que ce livre soit un réveil pour ceux qui ne le font, mais sont d’ici.
8_decembre_lyon

— Même si les parents prendront du plaisir à le lire, ce livre est à destination des enfants. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous adresser prioritairement à ce jeune public ?
Je voulais pouvoir l’expliquer avec des mots simples et de jolis dessins. Je pense que nous sommes là pour transmettre les traditions à nos enfants. Étant moi-même maman d’une petite fille de 3 ans, j’avais envie d’écrire un livre destiné aux enfants et à elle plus particulièrement.
Je pense aussi que les parents fiers de leur tradition seront heureux de pouvoir partager ce livre avec leurs enfants. Il est évident que les enfants se posent au moins une fois la question que l’héroïne de mon livre se pose, et je pense que des parents n’ont pas forcément la réponse adéquate, la véritable histoire. Plusieurs écoles l’ont déjà acheté pour le mettre dans leur bibliothèque.

— Emma, la fenotte héroïne de cet ouvrage, « s’endort les yeux pleins d’étoiles » de voir sa ville illuminée par les lumignons. Ce sont vos souvenirs d’enfance ?
Il est vrai qu’aussi loin que ma mémoire puisse remonter, je me souviens de ces petites bougies qui brillaient sur le rebord de la fenêtre de ma chambre. C’était toujours une grande fête. Certainement comme d’autres, je choisissais les couleurs de mes lumignons. Je pense que nous avons tous essayé de rester éveillés plus longtemps que les bougies ne s’éteignent, sans succès. Et chaque matin, la première pensée était et reste : vivement l’année prochaine !

— Que pensez-vous justement de la fête des Lumières organisée par la mairie de Lyon ?
Les Lyonnais ne sont pas heureux lors de ces quatre jours de fiasco. Ils attendant de longues minutes pour prendre le métro alors qu’ils sortent du travail.
8_decembre_lyon_02 La plupart d’entre eux ne participent pas à cette fête. Ma grand-mère a 88 ans et vous savez, cette fête l’embête énormément. D’une part, la grande affluence de personnes la gêne dans ses déplacements et d’autre part, elle ne comprend pas du tout le sens de toute cette mascarade. Pour elle « c’est une tradition religieuse alors pourquoi illuminer tous ces bâtiments et faire tout ce bazar ? »
La fête des Lumières organisée par la mairie de Lyon me semble de la plus grande hypocrisie qu’il soit. Je veux dire par là que le seul but de cette fête est purement commercial et sert uniquement à l’économie de la ville. En revanche, elle dessert les Lyonnais dans le sens où elle leur vole une partie de leur identité. C’est avec des évènements comme celui-ci que l’on manipule et formate la société. Je ne suis pas pour la globalisation de l’identité. Sinon ce n’est plus une identité.
Chacun peut avoir son point de vue, mais mon point de vue est le suivant : entre l’argent et la tradition, je ne suis riche que de mon identité. Je me rappelle avoir posé la question de « pourquoi ? » à ma grand-mère. Sa réponse fut « c’est pour la Vierge Marie, elle nous a sauvés de la peste ». Voilà ma conception du 8 décembre, celle que mes grands-parents ont voulu laisser derrière eux, celle que mes parents m’ont transmise, et celle que je veux transmettre à ma fille et à tous les petits gones.

À commander : La Traboule, 5 montée du Change, 69005 Lyon

Crédit photo : LUDOVIC. R via Flickr (CC) = 8 décembre immaculée conception fete des lumieres
Crédit photo : Septentria via Flickr (CC) = 8 décembre 2009

[Mise à jour] Catastrophe annoncée. Par Vincent Revel

[Mise à jour] Catastrophe annoncée. Par Vincent Revel

17/07/2015 – FRANCE (NOVOpress) – Censure du Ministère de l’Intérieur, qui ne souhaite pas voir circuler les images de la guerre qui se déroule sur notre sol. – NOVOpress a reçu en date du 16 juillet 2015 le message ci-dessous, d’un service du Ministère de l’Intérieur, nous informant que l’image qui servait à illustrer l’article nous mettait hors la loi. Cette image, choquante certes, ne montrait rien d’autre qu’un aspect de la guerre qui a commencé dans notre pays, et que nous souhaitions porter à l’attention de nos lecteurs. Force est de constater que de montrer la réalité est devenu illégal et serait faire « l’apologie du terrorisme ». Dans la même veine, c’est ainsi qu’une Ségolène Royal peut déclarer avec aplomb que « la piste terroriste n’est pas privilégiée » pour l’explosion du site pétrochimique de Berre-L’Étang. Circulez, rien à voir…

Expéditeur: OCLCTIC-PHAROS <xxxxxxxxx@interieur.gouv.fr>
Date: 16 juillet 2015 09:49:24 UTC+2
Destinataire: contact@novopress.info
Objet: Détection d’un contenu contraire à la loi – URGENT
Répondre à: xxxxxxxxx@interieur.gouv.fr

Bonjour,

L’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication (OCLCTIC) a constaté la présence d’un contenu qui contrevient aux dispositions de l’article 227-24 du code pénal : Diffusion d’un message à caractère violent, incitant au terrorisme, pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine […] lorsque ce message est susceptible d’être vu ou perçu par un mineur.
En l’espèce, il s’agit de la photographie de la tête décapitée de la victime de l’attentat de Saint-Quentin-Fallavier.

Ce contenu est visible à l’adresse suivante : http://fr.novopress.info/190383/catastrophe-annoncee-vincent-revel

En conséquence, et conformément à l’article 6 de la LCEN, nous vous avisons de la présence de ce contenu en date du 16/07/2015 à 09h30.
Dés lors, votre connaissance des faits litigieux est présumée acquise.
Merci de bien vouloir nous informer, par retour même voie, de la suite que vous donnerez à cette notification.

Cordialement.


10/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Parallèlement au train à grande vitesse (TGV), qui nous a propulsés dans le monde moderne des nouvelles technologies, nous avons eu aussi, en France, le GMC (Giscard-Mitterrand-Chirac) qui nous a plongés dans la névrose et l’immobilisme.

L’historien Jacques Marseille avait déclaré au début du quinquennat de Sarkozy que « ce qui avait plombé Jacques Chirac était précisément de n’avoir rien fait. » Il avait aussi ajouté, avec un espoir mal placé, « que Nicolas Sarkozy, soit en recul dans les sondages devrait l’inciter, compte tenu de son tempérament, non pas à faire du Jacques Chirac, ce qui serait dramatique pour le pays mais à opérer la grande rupture en matière d’éducation, d’emploi et de dépenses publiques. »

Aujourd’hui, en 2015, nous savons tous, sauf les inconditionnels de Sarkozy, que ces souhaits n’ont pas été entendus. Nos hommes politiques, à l’image de François Hollande, manquent de plus en plus de charisme, de volonté. Ils n’ont plus la réalité du quotidien. Leurs connaissances en Histoire et en géopolitique sont faibles pour ne pas dire nulles. Je ne cesse de répéter qu’ils ne possèdent plus l’attachement charnel à leur patrie. Ils appartiennent à une oligarchie, déconnectée des intérêts des peuples et de la vraie vie. Ils ne souhaitent plus se prétendre les héritiers d’une tradition.

Bien au contraire, en bons petits soldats du politiquement correct, ils espèrent mêmes être les premiers de la classe dans la déconstruction des nations. C’est sans doute l’une des raisons qui les empêche de se confronter à la dure réalité du choc des civilisations et du problème majeur de l’immigration de masse qui enracine durablement l’islamisme dans nos vies. Aujourd’hui, nous construisons l’avenir de nos enfants sans se soucier de notre héritage et des intérêts de notre nation. Cela équivaut à donner de la vitesse à notre ancien GMC pour le lancer droit dans le mur !
Lire la suite

7 Français sur 10 sont pour des crèches de Noël dans les espaces publics

7 Français sur 10 sont pour des crèches de Noël dans les espaces publics

14/12/2014 – PARIS (via Métro)
Demandez leur avis aux Français et ils vous répondront qu’il sont attachés à leurs traditions et à leur patrimoine. Et surtout ne veulent pas les cantonner à l’espace privé. C’est ce qu’indique un sondage Ifop pour Ouest-France qui précise que 7 Français sur 10 sont pour des crèches de Noël dans les espaces publics…

C’est ce que rapporte nos confrères de Métro :

Tradition culturelle ou symbole religieux ? À l’approche des fêtes de Noël, la place des crèches est au cœur du débat cette année. Or, il semblerait que pour une majorité des Français, la présence de ces symboles religieux dans les bâtiments publics ne soit pas choquante. Selon un sondage publié ce dimanche par Ouest-France, 71% d’entre eux sont même « plutôt favorables » à leur présence, invoquant une « tradition culturelle » plus qu’un « symbole chrétien ».

(…)

À noter que, logiquement, les catholiques y sont en grande majorité favorables, à 81%, qu’ils soient pratiquants ou non-pratiquants. Les personnes « sans religion » le sont à 60%. « Ces chiffres démontrent que les crèches de Noël sont bien aujourd’hui d’abord et avant tout perçues comme un élément de tradition culturelle », analyse l’Ifop.

Alors que 64 % des sympathisants socialistes se montrent favorables à l’installation de crèches dans les bâtiments publics, ce sont surtout les sympathisants du FN (84%) et de l’UMP (87%) qui se sont le plus prononcé en faveur de cette « tradition ».

>> Pour lire l’article dans son intégralité

Crédit photo : DR

Grande-Bretagne : des groupes de "moralité musulmane" confisquent les œufs de Pâques d’écoliers

Grande-Bretagne : des groupes de « moralité musulmane » confisquent les œufs de Pâques d’écoliers

25/04/2014 – BIRMINGHAM (NOVOpress)
La presse rapporte que dans plusieurs écoles de Birmingham, en Grande-Bretagne, des groupes de « moralité musulmane » confisquent les œufs de Pâques d’élèves. La mère d’un des élèves, qui souhaite rester anonyme par peur de représailles, a déclaré au Daily Express que des groupes d’élèves plus âgés ont pris tous les œufs apportés par les plus jeunes et que les enseignants sont restés passifs devant de telles actions. “Ma fille avait amené un œuf en chocolat pour sac opine et un garçon s’en est saisi et l’a écrasé contre un mur », a-t-elle ajouté.

Lundi, Jack Straw, un ancien ministre du gouvernement travailliste, a réaffirmé que les écoles, même celles à majorité musulmane, devaient respecter les valeurs Anglaises qui étaient basées sur une tradition chrétienne. Il a aussi redit que la ségrégation entre garçons et filles était inacceptable.

Rappelons que 25 écoles de Birmingham sont par ailleurs sous le coup d’une enquête à la suite de plaintes concernant une islamisation forcée dans les salles de classe par des enseignants ne respectant pas les programmes officiels.

Source

Lire la suite

Les traditions chrétiennes de la France toujours plus contestées

Les traditions chrétiennes de la France toujours plus contestées

07/01/2014 – 08h30
BOISSETTES (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
La Cour administrative d’appel de Paris a récemment enjoint à la commune de Boissettes, près de Melun, de faire taire ses cloches. Les requérants avaient acheté en 2004 une maison en face de l’église (ci-dessus) de ce paisible village de 400 âmes et n’ont après coup pas supporté son carillon. La commune eut beau présenter une pétition signée par la moitié du village, ainsi que le témoignage du vieil instituteur indiquant que les cloches marquaient les heures déjà avant la Seconde Guerre mondiale, rien n’y fit. Les juges considérèrent que le maire n’avait pu justifier d’un usage local antérieur à… 1905 !

Crédit photo : DR

Tradition celtique : la Grande Troménie de Locronan

Tradition celtique : la Grande Troménie de Locronan

Mathurin Méheut, Locronan, la procession, les tambours, gouache sur papier. Musée Mathurin Méheut, Lamballe. Crédit photo : DR

11/07/2013 – 18h00
LOCRONAN (NOVOpress Breizh) – La Grande Troménie, l’un des plus importants pardons de Bretagne, aura lieu à Locronan (29) du dimanche 14 au dimanche 21 juillet. Organisée tous les six ans en l’honneur de Saint Ronan, elle se déroule sur un parcours circulaire de 12 km. Un pèlerinage qui prend sa source dans la plus ancienne tradition celtique.

Lire la suite

« Le roi est nu » : un évêque breton s’engage contre le mariage homosexuel

« Le roi est nu » : un évêque breton s’engage contre le mariage homosexuel

19/12/2012 – 12h00
VANNES (NOVOpress Breizh) –
Dans une tribune publiée le 14 décembre dernier dans Le Figaro, Monseigneur Centène, évêque de Vannes (photo ci-dessus), s’engage fermement contre le projet de loi de mariage homosexuel. Une remarquable réflexion sur les implications d’un projet de loi sociétal emblématique d’un gouvernement soumis à la doxa mondialiste marchande où libéralisme et libertarisme se rejoignent.

Lire la suite

Noël, la beauté dans la vie - Par Dominique Venner

Noël, la beauté dans la vie – Par Dominique Venner

18/12/2012 — 18h00
PARIS (via le site officiel de Dominique Venner) — Nous approchons des fêtes de Noël (l’autre nom du Solstice d’hiver). Associée au sapin toujours vert, Noël a toujours été célébrée dans le pays d’Europe depuis des temps immémoriaux comme la grande fête présageant le renouveau de la Nature et de la vie après la dormition de l’hiver. On ne peut s’empêcher de penser que l’Europe, elle aussi, sortira un jour de son actuelle dormition, même si cela est plus long que dans le cycle de la Nature.

Noël est la fête des enfants. C’est aussi une fête où la beauté a toute sa place. N’est-ce pas l’occasion de réfléchir sur cette notion vitale, l’une des trois composantes de la « triade homérique » : « la Nature comme socle, l’excellence comme but, la beauté comme horizon » ?

Lire la suite

Échec à la diversité : le nouvel archevêque de Cantorbéry est un Anglais de (vieille) souche

Échec à la diversité : le nouvel archevêque de Cantorbéry est un Anglais de (vieille) souche

Justin Welby, le nouvel archevêque de Cantorbéry. Crédit photo : DR

10/11/2012 — 14h00
CANTORBERY (NOVOpress) — « L’Église anglicane est avant tout une organisation sociale et non religieuse. Les évêques doivent donc être le genre de personnes qui s’expriment correctement et qui savent quels couverts utiliser ». Certains membres de la commission chargée de désigner le nouvel archevêque de Cantorbéry se sont-ils souvenus de ces propos cyniques de Sir Humphrey, dans la fameuse série de la BBC, Yes, prime minister ?

Lire la suite

Bavière : pas de croix sur le sommet, pour plaire aux musulmans !

Bavière : pas de croix sur le sommet, pour plaire aux musulmans !

09/11/2012 — 08h00
MUNICH (NOVOpress) — Ce n’est sans doute pas à proprement parler de la dhimmitude, mais un bien trivial appât du gain qui pousse à adapter sans honte des supports publicitaires à une clientèle espérée fortunée. Après les polémiques autour du symbole helvétique qu’est la croix blanche sur fond rouge, sur les fameux couteaux ou sur l’empennage des appareils de la Swiss, et qui pourrait offusquer les musulmans ; après Ikéa éclipsant les modèles féminins de son catalogue saoudien, c’est au tour de la ville touristique de Garmisch-Partenkirchen (Bavière) de retoucher des dépliants en langue arabe.

Lire la suite

Grandes voix bretonnes : le « chant des sardinières » au Château des ducs

Grandes voix bretonnes : le « chant des sardinières » au Château des ducs à Nantes les 2 et 3 mars

20/02/2012 – 08h15
NANTES/NAONED (NOVOpress Breizh) —
Dans le cadre des concerts des « Grandes voix bretonnes » qui se tiennent au Château des ducs de Bretagne à Nantes, on pourra entendre, le 2 et le 3 mars , le « chant des sardinières », ces ouvrières bretonnes qui travaillaient dans les conserveries de sardines du Sud-Finistère.

Marie-Aline Lagadic sa fille Klervi Rivière accompagnées de François Gouzien au piano et d’Alain Trévarin à l’accordéon présentent un florilège de ce que chantaient les ouvrières des très nombreuses conserveries de poisson qui s’étaient installées sur les côtes dans le sud du Finistère, sur une période d’un siècle qui s’étend de 1860, où les premières conserveries virent le jour à 1960, époque à laquelle on enregistra les premières fermetures.

Comptant plusieurs sardinières dans sa famille, Marie-Aline Lagadic a effectué un remarquable travail de collecte de leurs chants dans le but de les faire revivre. « Ces chants illustraient le quotidien et les états d’âme des ouvrières. Il y avait des chants ancestraux, des chants tristes, des chants satiriques, des chants grivois, de grands classiques traditionnels parfois adaptés à la vie des gens de mer ou des compositions spécifiques aux populations littorales. Les femmes interprétaient des mélopées ancestrales de la région, des gwerziou, ou complaintes » écrit-elle.*

C’est que le travail était dur, explique-t-elle, et chanter aidait à tenir le rythme : « Les femmes embauchaient à l’usine à l’arrivée des bateaux, généralement en fin d’après-midi. En arrivant elles chantaient souvent des cantiques à la Vierge et récitaient les prières de l’Angelus. Vers minuit, quand la fatigue commençait à se faire sentir, la contremaîtresse lançait une chanson afin de soutenir le rythme de travail. Faute de moyens de réfrigération, il fallait travailler jusqu’à ce que tout soit emballé, même s’il fallait y passer la nuit et une partie de la matinée. Bref, si on chantait, ce n’était pas seulement pour s’amuser. » (id)

A l’occasion des grandes grèves qui éclatèrent dans les années 1920, à Douarnenez (1924), à Lesconil et au Guilvinec (1926), à Saint-Guénolé-Penmac’h (1927), le répertoire des « penn-sardines » (sardinières) s’enrichit également de chants anarchistes et révolutionnaires. Le célèbre « Saluez riches heureux », qui ponctuera leurs luttes pour un meilleur salaire, deviendra vite un chant interdit, sous peine de licenciement !

Grâce au talent de Marie-Aline Lagadic et de son groupe, c’est toute une époque qui revit, celle d’une industrie de la conserve de sardine aujourd’hui quasiment disparue et celle des Bretonnes qui y travaillèrent. A ne pas manquer.

[box class=warning]« Chant des sardinières », vendredi 2 mars à 19h00 et samedi 3 mars à 15h00 au château des ducs de Bretagne à Nantes.
Tarif unique : 5 euros. Réservations auprès de l’Agence Culturelle Bretonne, 24, quai de la Fosse, par téléphone : 02 51 84 16 07 ou par mail : acbml@free.fr[/box]

*Marie-Aline Lagadic « Le chant à l’usine », dans Conserveries en Bretagne, éditions Coop Breizh 2007.

Documentaire 360°-GÉO : "L’Auvergne : la guerre des couteaux"

Documentaire 360°-GÉO : « L’Auvergne : la guerre des couteaux »

ARTE L’Auvergne : la guerre des couteaux – Un documentaire de Maja Dielhenn ::: Autrefois, en France comme ailleurs, un homme se devait d’en avoir un dans la poche. Fait à la main et inusable, le couteau pliant est un objet original qui ne passe pas inaperçu. Le Laguiole, mythique et inimitable, est né ici, dans le centre du pays, où se trouvent aussi les ateliers des maîtres couteliers. GEO pousse la porte des ateliers des plus grands couteliers installés dans l’une des plus belles régions de France. Lire la suite…

La dernière fabrique française de bérets pourrait fermer [vidéo]

La dernière fabrique française de bérets pourrait fermer [vidéo]

29/11/2011 – 08h00
Oloron-Sainte-Marie (NOVOpress) – Le béret français en passe de disparaître ? C’est en tout cas ce que laisse entendre Pierre Lemoine, le patron de la dernière entreprise fabriquant les traditionnels bérets français, basée à Oloron-Sainte-Marie dans les Pyrénées. Pierre Lemoine est interviewé par la chaîne de télévision BFM TV.

L’Etat serat-il en mesure de sauver ce qui constitue l’un des symboles forts de la France ?

[box class= »info »]Crédit photo : capture d’écran du reportage de BFM TV[/box]

Il y a 41 ans, Yukio Mishima se fit Seppuku

Il y a 41 ans, Yukio Mishima se fit seppuku [video]

25/11/2011 – 17h40
TOKYO (NOVOpress) –
Le matin du 25 Novembre 1970, Yukio Mishima, accompagné de 4 membres de la Société du Bouclier pénètrent à Ichigaya, le quartier général des forces d’autodéfense japonaise et prennent en otage le chef de corps. Fort de cet otage, Mishima réclame l’écoute des militaires de la base, ainsi que de journalistes spécialement convoqués.

Il prononce alors un dernier discours réclamant la mobilisation des forces en présence pour la restauration du Japon traditionnel. Devant les huées de protestation, il écourtera celui-ci.
Une fois ce discours prononcé, Mishima se retire et se fait « Seppuku » (éventration rituelle). Il est environ 12h10.

Cette vidéo est un hommage à l’écrivain, au poète et au défenseur du Japon Traditionnel, rongé par la société de consommation.

Un maire de la Ligue du Nord part en guerre contre les kebabs

Italie : Un maire de la Ligue du Nord part en guerre contre les kebabs

05/08/2011 – 21h20
VENISE (NOVOpress) –
Le maire de la Ligue du Nord de la ville italienne de Cittadella n’y va pas 4 chemins et ne mâche pas ses mots : il vient tout bonnement d’interdire la vente de kebabs dans le centre historique de sa commune !

Pour l’édile transalpin Massimo Bitocci, « si quelqu’un veut manger du kebab, qu’il le fasse chez lui ou hors du centre historique de Cittadella » car ces types de sandwichs « ne font pas partie de notre tradition ».

[Tribune libre] La fête de la musique ou la République tuant la tradition

Tribune de Christophe Daniou, militant régionaliste breton

Je me rappelle mon enfance et l’arrivée de l’été. À l’époque, je ne comprenais pas ce qui se passait, mais c’était la fête dans mon quartier. Les voisins se rassemblaient dans un champ où l’on avait installé un barnum, où l’on cuisinait des pièces de viande à la broche. Et dès que la nuit tombait, un bûcher s’allumait et s’embrassait pendant une bonne heure, voire plus.
Lire la suite