Tag Archives: Toulouse

rahhaoui-xvm6d934a42-acf6-11e6-a681-5cfa72a17503

Comment Toulouse est-elle passée de ville rose à ville verte islamique ?

Source : Boulevard Voltaire – « Comment Toulouse est-elle passée de ville rose à ville verte islamique ? »

C’est peut-être à ce prix que Jean-Luc Moudenc a acheté la paix sociale et son élection en tant que maire de Toulouse.

Abdelfattah Rahhaoui n’est pas un haut dignitaire de l’État islamique, comme son nom pourrait l’indiquer, mais le fondateur de l’école Al-Badr, école privée musulmane hors contrat située dans le quartier dit « populaire » de Bellefontaine à Toulouse. Imam et conférencier, cette personnalité clé de l’islamisation toulousaine est aujourd’hui inquiétée par la justice pour des faits extrêmement graves : violences volontaires sur mineur, ouverture d’un collège clandestin, « poursuite d’une activité scolaire malgré une mise en demeure de l’Éducation nationale »…

« Français » (de papiers) né au Maroc, l’homme s’était déjà fait remarquer en créant un collège privé musulman dans le quartier du Mirail, en 2009, lequel devait permettre aux adolescentes et préadolescentes de déroger à l’interdiction des signes religieux dans les établissements scolaires.

En 2013, il a fondé Al-Badr, cas éminemment représentatif de ces écoles privées musulmanes où l’on enseigne mieux la charia que l’Histoire de France, pays de mécréants à conquérir ou à soumettre. Le 12 avril dernier, une inspection de l’établissement commandée par l’académie de Toulouse, avec l’appui des forces de l’ordre, émettait des conclusions qui n’étonneront que les expatriés du réel.

L’enseignement prodigué y était perçu comme étant « très déficitaire dans tous les domaines, en dehors de l’enseignement de l’arabe, qui s’effectue à des quotités quotidiennes importantes ». Logique, pour des gens qui veulent vivre en France uniquement pour profiter des aides sociales tout en recréant, chez nous, les conditions de vie de leur pays d’origine. Les inspecteurs d’académie jugeaient aussi, laconiques, que « l’étude quotidienne du Coran » oblitérait « le temps de façon importante ».

Lire la suite

Bruxelles Bisounours

Tribune libre – Bruxelles !, par Vincent Revel

Trente-deux morts, des centaines de blessés ! Les Européens ne voient plus la réalité telle qu’elle est ! À chaque attentat, nous avons les mêmes commentaires imbéciles : « Surtout, ne stigmatisons pas ! Ne faisons aucun amalgame douteux ! Halte à la haine islamophobe des partis extrémistes ! » La vision « bisounours » que nous avons du monde nous impose à chaque attaque islamiste une posture de victime toute désignée et résignée. Incapable de réagir normalement, l’Européen n’apprend plus qu’à baisser les yeux.

Une névrose collective s’est emparée des esprits occidentaux. Plus l’Europe est attaquée, plus ses enfants sont en danger et plus les Européens nient les véritables risques. Nous sommes tous d’accord pour dire que tous les musulmans ne sont pas des terroristes. Mais nous sommes aussi tous d’accord pour affirmer que tous les terroristes sont des musulmans et, qu’on le veuille ou pas, que tous les islamistes sont des fidèles d’Allah et du Coran ! Nier cette vérité ne permettra pas plus au soi-disant bien vivre ensemble de mieux fonctionner.

La propagande antiraciste et nos dirigeants qui la défendent ne cessent de chanter les louanges de l’islam. Selon eux, cette religion, qui serait profondément pacifique, est doublement victime des multiples crimes commis en son nom. Victime par le fait que les criminels se serviraient d’elle pour commettre leurs actions violentes mais victime aussi par le fait que cette religion serait injustement montrée du doigt, stigmatisée.

Tout ça n’est pas simple pour en parler librement ! Car si vous osez dire que l’islam, pour essayer de comprendre pourquoi autant d’actes ignobles sont commis en son nom, a un sérieux problème de tolérance, un gros souci avec les mots liberté, démocratie, femme mais aussi un rapport charnel avec la violence religieuse et l’intimidation, vous vous verrez immédiatement rappeler à l’ordre par les nouveaux censeurs de la République.

Si vous vous permettez juste de signaler qu’à l’heure d’aujourd’hui, alors que l’Europe fait le pari hallucinant d’intégrer des millions de musulmans, qu’aucun pays à majorité musulmane n’arrive à vivre en démocratie tout en garantissant les mêmes droits à des non musulmans qu’au reste de la population islamique, vous entendrez également le même son de cloche, parfaitement réglé sur celui des médias et de nos politiques : « Aucune stigmatisation s’il vous plaît ! »

Le débat est devenu impossible et malheureusement pour l’immense troupeau, la masse devenue parfaitement docile, prête à croire n’importe quel bonimenteur, pourvu qu’il lui promette la paix et la joie, la menace est plus que présente. Nous avons eu Londres, Madrid, Toulouse, Paris, Cologne, Bruxelles. Chaque jour qui passe nous démontre que l’islam sunnite n’est absolument pas prêt à se pacifier. Sans être devin, sans avoir recours aux lois du tarot divinatoire, il y aura un prochain nom à cette triste liste. Et, jusqu’à ce qu’un réveil nous sorte de cette dormition hallucinante, nous aurons comme consolation les mêmes rassemblements autour de bougies, de dessins, les mêmes discours larmoyants et les mêmes marches blanches contre la haine sans aucune efficacité sur le réel.

Malheureusement les Européens ont encore besoin de croire en cette belle utopie du multiculturalisme. Ils se raccrochent à cette chimère née de cerveaux déracinés et ils en payent le prix fort. En attendant les Monlenbeeks ne cessent de fleurir aux quatre coins de notre belle Europe et, ceci, nous sommes tous aptes à le voir.

Vincent Revel

Chard Molenbeek

Combien de Molenbeek français ?

Quand Patrice Ribeiro président du syndicat de police Synergie l’a dit le premier, aussitôt appuyé par le spécialiste Thibaut de Montbrial, il a été violemment accusé de « stigmatisation malsaine ». Un commandant de police qui révèle l’existence de Molenbeek plein la France, d’enclaves musulmanes, laboratoires de l’islamisme et prêtes à cacher des terroristes, c’est lui qui est malsain !

Et il a cité : « Trappes, Roubaix, Le Mirail à Toulouse où vivait Mohamed Merah ». Mais on peut ajouter Argenteuil, Clichy-sous-Bois, Vénissieux, Tourcoing, La Courneuve, Saint-Denis, Lunel etc. Ces quartiers où des racailles de droit commun ont tissé des liens étroits avec la mouvance djihadiste.

« Ces quartiers où la police se heurte à l’omerta religieuse », décrit Ribeiro : « La première vraie émeute religieuse en France, ça a été à Trappes, lors d’une interpellation en 2013 d’une femme portant le voile intégral. »

Le ministre de la Ville lui-même Patrick Kanner, vite recadré par Cambadélis, a confirmé l’existence « d’une centaine » de Molenbeek. Mais alors si c’est le cas, qu’attend-il pour réagir à la menace ? Lui dont le ministère, de Tapie en Borloo, a déversé 45 milliards d’euros sur ces zones pour le résultat que l’on voit.

Que fait-il face à un quartier comme celui de la Reine-Jeanne à Avignon, aujourd’hui devenu « cité des salafistes » ? Avec ses mosquées aux prêches radicaux décrits par une récente enquête de Paris-Match, sa ségrégation sexuelle dans les commerces, ses bars sans alcool réservés aux hommes, ses cours coraniques dans la salle (municipale !) du château de Saint-Chamand, ses voiles noirs pour les femmes, ses pantalons à l’afghane et barbe du prophète pour les hommes et même son « tribunal islamiste »…

« Je comprends qu’une partie de la classe politique, notamment locale, ait une cécité consentie parce qu’une ville est à majorité musulmane » a encore dénoncé Ribeiro. « Je comprends que des élus aient besoin que ces gens votent pour eux. »

Des accusations extrêmement graves qui impliquent une complicité, à la façon du criminel maire de Molenbeek, avec ceux qui nous livrent une sanglante guerre de conquête. Au tribunal des islamo-collabos Marie-José Roig maire UMP d’Avignon pendant 20 ans jusqu’en 2014, qui a fait de la Cité des papes la ville aux neuf mosquées, doit rendre des comptes.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent n° 8576 daté du 30 mars 2016

violee_par_des_clandestins_irakiens

Jeune fille de 17 ans violée à Ostende par cinq demandeurs d’asile irakiens

05/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)

Le crime date de novembre, mais c’est seulement aujourd’hui qu’il est rendu public. À Ostende, une jeune fille de 17 ans a été abusée sexuellement par plusieurs agresseurs, dont cinq Irakiens demandeurs d’asile après avoir été séquestrée et assommée, ce qui a lui entraîné une perte de mémoire de plusieurs jours.
Les criminels ont été retrouvés par hasard quand la police a découvert une vidéo sordide sur le téléphone portable d’un jeune arrêté pour une autre affaire : accompagné de six autres garçons, on le voit abuser une fille apparemment inconsciente. Les auteurs de ce viol collectif rient, dansent et chantent en arabe, précise Het Laatste News.
Lors de leur interrogatoire, tous nièrent les faits, considérant parfois, comme le précise à nouveau Het Laatste News, qu’un viol collectif était une chose tout à fait normale ailleurs dans le monde. Selon l’un des auteurs de faits, elle ne devrait de toute façon pas se plaindre, « parce que les femmes ont seulement besoin d’écouter les hommes ».

De son côté Johan Vande Lanotte, le bourgmestre socialiste de la ville d’Ostende, craint surtout que la population ne fasse des généralités : » Quand un Belge commet un viol, on ne dit pas que tous les Belges sont des violeurs… Certains nouveaux arrivants ont une image de la femme qui est problématique. »
Le bourgmestre a raison, il ne faut pas faire d’amalgame. Tous les violeurs ne sont pas des clandestins, tant s’en faut. Ainsi, à Toulouse deux jeunes femmes, âgées de 19 et 20 ans, ont-elles été violées, pendant des heures et à de nombreuses reprises, par une dizaine d’hommes âgés de 18 à 27 ans et appartenant à la « communauté des gens du voyage », comme on désigne les Roms. Plus d’une centaine de policiers ont été mobilisés le 3 février pour aller les interpeller à Toulouse et à Oloron-Sainte-Marie, près de Pau (Pyrénées-Atlantiques). L’ADN des bourreaux présumés a été prélevé, afin d’être comparé à ceux relevés sur les victimes.



Ostende : une fille de 17 ans aurait &#233 ;t &#233 ; abus &#233 ;e par des r &#233 ;fugi &#233 ;s irakiens en novembre

attaque_marche_noel_nantes

Islamo-terrorisme : Europol dénonce la désinformation des médias et de l’État

20/10/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)

Tout le monde se souvient des attaques à la voiture-bélier à Nantes et à Dijon lors des fêtes de Noël 2014. Le procureur de Dijon avait déclaré : « Il ne s’agit pas d’un acte terroriste. Il a crié Allah Akbar pour se donner du courage, ce n’est pas une revendication ».
Dans son rapport d’activité 2015, Europol, l’agence européenne de lutte contre la criminalité note que la France a supporté le plus grand nombre d’arrestations de terroristes religieux. Sont cités la région parisienne, Le Havre, Nice, Nîmes, Strasbourg et Toulouse comme foyers terroristes.
Dans ce même rapport, Europol désigne l’attentat de Joué-lès-Tours dans lequel un homme avait poignardé des policiers en criant Allah Akbar comme un exemple de terrorisme islamiste.

Marche antiraciste à Toulouse: 2 policiers par manifestant

Marche antiraciste à Toulouse: deux policiers par manifestant

22/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Samedi 21 mars 2015, était organisée une marche « contre tous les racismes » (vraiment tous ?) et « l’islamophobie » dans les rues, notamment, de Toulouse.

Organiser une telle manifestation la veille d’élections départementales où le FN est donné favori, c’est certainement un hasard de calendrier.
600 policiers y encadraient 300 manifestants, soit 2 policiers par manifestant.

Ce n’est pas que nous ayons glissé dans un État policier, ni que les les manifestants des associations de gauche se mirent à être aussi maltraités que ceux de la manif pour tous, c’est simplement que les mouvements antiracistes n’attirent plus foule derrière eux. Et que la préfecture a dû largement surestimer dans ses prévisions l’ampleur de cette marche.

Il faut dire aussi que la ville rose était restée sur le mauvais souvenir d’une manifestation pro-zad qui avait été accompagnée de dégradations en centre-ville. Et qu’une gauche en perte de popularité n’avait certainement pas intérêt à laisser les casseurs des mouvements d’extrême-gauche ou des cités reproduire les mêmes méfaits.

Aussi, des fouilles au corps furent effectuées, et il ne fut pas permis à ce camp du bien qui a l’habitude de tout casser d’aller manifester en centre-ville.

« Toulouse, Toulouse, métisse et populaire », ont scandé les manifestants . Ont également résonné pendant deux heures les slogans « droit de vote pour tous », « Palestine vivra, Palestine vaincra » ou « Valls, Le Pen, c’est du pareil au même ».

Jackie, 63 ans, proche d’Attac, était venue marcher pour « être aux côtés de ceux qui sont contrôlés au faciès ». Évoquant les enjeux électoraux, cette infirmière a glissé: « Peut-être que la France n’ayant pas connu la dictature a envie d’essayer avec le FN. »

Il y a des gens, on sait, par avance, qu’il ne faut pas chercher à leur expliquer que toute menace fasciste en France n’a toujours été que du théâtre comme l’a avoué Jospin à Finkielkraut dans l’émission Réplique. Il se sont construits une imagerie de résistance fantasmée – dont ils sont les héros – qui leur est plus chère que le devenir de leurs enfants.

Un grand nombre de manifestants dénonçait la polémique sur la possible interdiction du voile à l’université :

Le vêtement ne fait pas l’étudiant, pourquoi ne pas interdire aussi la barbe ou certaines tenues ?, a demandé Laïla, Française de 28 ans, et aide à domicile, voilée.

Une douzaine de manifestants avaient remonté leur foulard sur le visage prêts à en découdre. «Mais face à un tel mur, on n’est pas kamikazes», glissait l’un d’eux.

« Aucun incident, aucune arrestation », a conclu la police. Avec 2 policiers pour un manifestant, encore heureux, pouvons-nous ajouter.

Quant à la marche antiraciste à Paris, Sihame Assbague, porte parole du Collectif Stop le Contrôle au Faciès, se vante de niquer la France. Tout un programme…

Crédit photo : ANFAD via Flickr (cc)

Hommage aux victimes de Merah, ou réunion anti-FN ? (Présent 8319)

Hommage aux victimes de Merah, ou réunion anti-FN ?

21/03/2015 – TOULOUSE (NOVOpress)
Puissants détecteurs de métaux à l’entrée de la salle, service d’ordre musclé et peu amène, il fallait montrer patte blanche à l’entrée de la Halle aux Grains, à Toulouse, lieu de l’hommage aux victimes de Mohamed Merah. Tout le gratin politico-médiatique s’était donné rendez-vous dans la salle de concert toulousaine. De Bernard-Henri Lévy à Sarkozy en passant par Bernard Cazeneuve, Najat Vallaud-Belakacem ou le maire de Toulouse, qui a appelé à combattre le « nazislamisme » en oubliant de parler du simple islam très implanté dans la Ville Rose.

Hommage aux victimes de Merah, ou réunion anti-FN ? (Présent 8319)Organisée par la puissante communauté juive de Toulouse, cette soirée a permis à l’ambassadeur d’Israël de rendre un hommage appuyé à Latifa Ben Zieten, mère de l’une des premières victimes de Merah, très active dans la défense du « vivre-ensemble » et présente dans la salle au côté de BHL. L’ancien président de la République a fait le procès de l’antisémitisme, il a assuré la communauté juive de tout son amour et a essayé de la dissuader de prendre le chemin d’Israël.

Quant à Bernard Cazeneuve, il a profité de cette tribune pour justifier les restrictions à la liberté d’expression sur internet tout en plaidant pour le fameux « vivre-ensemble ». Cazeneuve et Sarkozy ont tous les deux tenu à dire que la France ne serait pas ce qu’elle est sans la présence de la communauté juive, déclenchant des applaudissements nourris dans l’assemblée.

Restait à Bernard-Henri Lévy, principal responsable du chaos libyen et de ses conséquences notamment dans le domaine de l’invasion migratoire, le soin de prononcer le mot de la fin. Serré dans un costume trop petit, le poitrail dégagé, il s’est bien gardé de parler islam ou djihadisme. Que croyez-vous qu’il dénonçât ? Le seul et unique Front national, responsable à ses yeux de tous nos maux. Le visage déformé par le fanatisme, il a sorti l’habituel florilège anti-FN et martelé sa haine du mouvement national.

Lire la suite

[Tribune libre] Les aveux d’un crime raciste, ou l’arbre qui cache la forêt - par Romain Carrière

[Tribune libre] Les aveux d’un crime raciste, ou l’arbre qui cache la forêt – par Romain Carrière

19/12/2014 – TOULOUSE (NOVOpress)
Cette semaine se tient aux assises de Toulouse le procès des tueurs présumés de Jérémy Roze, étudiant en pharmacie poignardé à mort en 2011. Il s’agit d’Hicham Ouakki et de Driss Arab, qui au passage ont agressé au mois trois personnes au couteau le même soir.

Il est important de rajouter qu’un témoin ne viendra pas au procès « par peur des représailles ». Les racailles feraient-elles la loi dans notre pays ? Un simple fait divers, comme à chaque fois qu’un garçon se fait frapper par des « jeunes » (comprenez : racaille dans le langage médiatique), ou qu’une fille se fait agresser sexuellement toujours par les mêmes racailles.

Les garçons et les filles de ma génération savent de quoi je parle. Ces racailles n’attaquent jamais seules, intimident, humilient, menacent, agressent, violent et parfois tuent. C’est ça, le quotidien des jeunes aujourd’hui. Nous, nous savions que leurs actes étaient motivées par la haine du « Blanc », du « Gaulois », du « sous-chiens », nous le savions parce qu’ils nous le disent, mais aujourd’hui, ils l’avouent publiquement ! Aujourd’hui, il faudrait être aveugle pour ne pas voir les motivations racistes de ces racailles. En effet, ils s’expriment : « On va se faire un Yankee !», «un petit étudiant européen ».

On ne peut pas être plus clair. Il n’agit pas ici d’un fait divers. Il s’agit d’un odieux crime raciste ! Raciste anti-blanc ! C’est avéré : Jérémy a été tué parce qu’il était blanc.

Lire la suite

Mairie de Toulouse: polémique autour d’une note sur le voile intégral

04/12/2014 – TOULOUSE
La mairie de Toulouse vient d’adresser des instructions très précises à ses officiers d’état civil. Elle leur demande, en application de la loi d’octobre 2010, de ne pas instruire les dossiers en cas de visage dissimulé.
Cette décision a été prise après plusieurs provocations, selon la mairie.


Publié le
Les gens du voyage protégés en toute illégalité par le Maire de Toulouse

Les gens du voyage protégés en toute illégalité par le maire de Toulouse

21/02/2014 – TOULOUSE (NOVOpress) – La loi est pourtant claire : toutes les communes de plus de 5 000 habitants doivent de doter d’une aire d’accueil pour les « gens du voyage ». Un député du PS a même proposé que l’on confisque l’argent des communes pour réaliser ces aires.

Pourtant, le Maire socialiste de Toulouse, Pierre Cohen, également Président de l’agglomération Toulousaine, refuse d’appliquer la loi et préfère négocier avec des « mafieux », allant à l’encontre de la décision de justice qui avait fixé comme date limite le 10 février 2014 pour l’expulsion d’un campement de gens du voyage installé de façon totalement illégale sur les anciennes pistes aériennes de Montaudran, en bordure de l’autoroute A61.

Quel en sera le coût pour les habitants de l’agglomération Toulousaine pour nettoyer le terrain après l’occupation illégale de plus de 80 caravanes depuis octobre ? Qui a payé l’eau et l’électricité ? Quand aura-t-on enfin un gouvernement et des élus suffisamment courageux pour s’opposer au financement des associations de défense à des communautés qui ne respectent rien, pas plus l’environnement que leur voisinage ? Réponse dans un mois pour les élections municipales…

Crédit photo : partisocialiste via Flickr (cc)

Toulouse, jeudi 23 mai : conférence de Jean-Yves Le Gallou sur la tyrannie médiatique

Toulouse, jeudi 23 mai : conférence de Jean-Yves Le Gallou sur la tyrannie médiatique

21/05/2013 – 10h00
TOULOUSE (NOVOpress) –
Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia, directeur du bulletin de réinformation de Radio Courtoisie et organisateur des Bobards d’Or, viendra parler de la tyrannie médiatique à Toulouse le 23 mai à partir de 19h30.

Il y aura un stand librairie. Pour ceux qui le désirent, Jean-Yves Le Gallou signera son dernier ouvrage La tyrannie médiatique à la fin de sa conférence.
PAF 6 euros – Renseignement et inscription auprès de polemiasudouest@yahoo.fr

Houria Bouteldja : une justice bien clémente

20/11/2012 — 18h00
TOULOUSE (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) — La cour d’appel de Toulouse a relaxé hier Houria Bouteldja, l’ancienne porte‑parole du Parti des indigènes de la République. Elle était poursuivie pour injure raciale après avoir employé, en 2007 le terme « souchiens » pour désigner les Français « de souche » (vidéo ci-dessus). Assignée en justice par l’Agrif, l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’Identité française et chrétienne, elle avait été relaxée en première instance en janvier dernier. Le parquet général avait requis pourtant une peine d’amende « d’avertissement » contre la jeune femme le 15 octobre dernier, mais les juges de la cour d’appel ont confirmé le jugement de relaxe.

Publié le

Souad Merah est « fière » de son frère

12/11/2012 — 17h00
TOULOUSE (NOVOpress) — La famille Merah, une chance pour la France ? Après le frère Mohamed, la sœur Souad. Interrogée en caméra cachée par son frère ainé Abdelghani, qui s’est élevé contre la tuerie perpétrée par Mohamed Merah et sort aujourd’hui un livre qui y est consacré, dans le cadre de l’émission Enquête exclusive, Souad Merah, qui porte le voile islamique, a affirmé avec conviction qu’elle était « fière » de son frère Mohamed  (extrait vidéo ci-dessus).

Continue reading

Publié le

Congrès du PS à Toulouse : Manuel Valls cible les Identitaires

28/10/2012 — 00h15
TOULOUSE (NOVOpress) — Le message est on ne peut plus clair. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a un ennemi prioritaire. Non pas les islamistes, non pas la racaille, non pas la criminalité organisée, mais les Identitaires. En effet, lors de son discours au congrès du PS à Toulouse, le locataire de la place Beauvau a indiqué (à 9min50 de la vidéo ci-dessus) : « Je ne laisserai pas faire, nous ne laisserons pas faire ces groupes identitaires qui provoquent la République. » Réaffirmant que la présidence Hollande et le gouvernement Ayrault allaient ouvrir davantage les vannes de l’immigration…

Publié le
Mise au point sur la manipulation de Toulouse

Mise au point sur la manipulation de Toulouse

[box class= »info »]Communiqué du Bloc identitaire[/box]

Cette affaire, tristement banale, relève des faits-divers. Elle est pourtant aujourd’hui politique de par la volonté de l’Etat PS et du maire de Toulouse.

Le 30 mars dernier une bagarre violente opposait des marginaux dans le centre de Toulouse. Victime d’un coup de pied au torse, un étudiant chilien de 37 ans tombait au sol. Sa tête frappant un trottoir, l’homme faisait alors un coma. Il serait aujourd’hui hémiplégique.

L’affaire est tristement banale et relève des faits-divers. Elle est pourtant aujourd’hui politique de par la volonté de l’Etat PS et du maire de Toulouse.

Car nous sommes à Toulouse, ville de gauche dont le maire, Pierre Cohen a déclaré voici quelques mois qu’il fallait éradiquer le Bloc Identitaire, par le rapport de force physique au besoin. Toulouse, place forte de l’extrême-gauche qui, depuis plusieurs mois, harcèle le mouvement identitaire à grands coups de manifestations, d’attaques de nuit et de dénonciations injurieuses. Toulouse où la racaille islamiste a également menacé à plusieurs reprises des militants identitaires. Toulouse où les accointances entre le milieu interlope gauchiste et la police politique sont notoires. Toulouse, enfin, où la vaine perquisition du local identitaire s’est faite à l’aube mais sous le feu de caméras et de photographes de presse qui passaient là par hasard, bien sûr.

Jamais, dans aucune ville où il a ouvert des locaux, le mouvement identitaire n’a connu un tel acharnement, autant de manipulations, de haine et de répression.

En trois mois, l’enquête pour identifier l’agresseur de l’étudiant chilien n’avait pas progressé. La victime disait ne se souvenir de rien. Les témoins étaient dans l’incapacité de désigner un agresseur. Cette absence absolue de faits et d’indices, n’a pas empêché la police d’interpeler ce mercredi 13 personnes dont le responsable local du mouvement identitaire. Pour ce faire, l’Etat a envoyé le GIPN ! Cet Etat impuissant face à la racaille, cet Etat qui rampe à la porte des cités interdites, n’a pas hésité à envoyer l’élite de la police pour une enquête de fait-divers qu’il faut à tout prix transformer en affaire politique.

Après 48 heures de garde à vue, tous les interpelés ont été relâchés. Tous ? Non, l’un d’entre-eux a été incarcéré à titre préventif.

A-t-il avoué quoi que ce soit ? Non.

Quelles sont les preuves recueillies contre lui ? Des témoignages confus, contradictoires et peu fiables, de personnes n’appartenant pas au mouvement identitaire.

Mais cette incarcération – annoncée par la police depuis plusieurs jours à divers témoins – est destinée à faire pression sur ce militant. La méthode est digne d’un Etat policier du tiers-monde. Avouez et on vous libèrera…

Face à ces méthodes immondes, le mouvement identitaire dit ici sa totale solidarité avec ce militant incarcéré. Il prévient le maire de Toulouse, le procureur de la République, le ministre de la Justice, Christiane Taubira, et l’ensemble des forces de répression de l’Etat socialiste : aucune persécution, aucune injustice, aucun procès n’empêchera notre combat politique.

Bien entendu, toutes les démarches judiciaires possibles seront entreprises dès lundi afin d’obtenir la libération rapide de ce militant et mettre fin à une incarcération aussi politique qu’arbitraire.

PS : l’autre personne mise en examen dans cette affaire et placée sous contrôle judiciaire n’appartient pas au mouvement identitaire contrairement à ce qui a été indiqué par la presse.

: info@bloc-identitaire.com
: Permanence : 09 7541 63 22 (de 09h00 à 20h00)
: Service Communication : 06 78 79 31 81
: www.bloc-identitaire.com
 : http://www.facebook.com/blocidentitaire
: http://twitter.com/blocidentitaire