Tag Archives: Thilo Sarrazin

Neukölln est partout : le racisme cordial n'existe pas

« Neukölln est partout » : le racisme cordial n’existe pas

18/10/2012 – 12h00
BERLIN (NOVOpress) — « Il vous faut une solide culture scout pour découvrir le long d’une rue commerçante longue de plusieurs kilomètres, un seul snack proposant des produits à base de porc… Cela fait disparaître le sentiment d’être chez soi ». C’est avec des observations comme celle-ci que Heinz Buschkowsky, auteur de Neukölln est partout, donne des réactions épidermiques aux Berlinois épris de politiquement correct. Dire que les pauvres se sont déjà interrogés cet hiver pour savoir si faire jouer dans un théâtre, quand la pièce l’exigeait, des acteurs européens grimés en noir plutôt que de vrais noirs n’était pas une conduite odieusement raciste, après avoir dû avaler précédemment le très critique L’Allemagne court à sa perte de Thilo Sarrazin !
Lire la suite

Suisse : Immigration, Islam et violences conjugales

Suisse : Immigration, Islam et violences conjugales

17/09/2012 – 18h45
BERNE (NOVOpress) — Les immigrés musulmans ont-ils plus tendance à battre leurs femmes ? Beaucoup le soupçonnent en Europe mais peu sont en état de le prouver : et pour cause, puisque les statistiques sont communément tenues secrètes. Exceptionnellement, à Bâle, en Suisse, la police a publié les chiffres. En 2011, 310 cas de violences domestiques ont été suffisamment graves pour donner lieu à des suites judiciaires. 63% des auteurs de violences et 56% des victimes étaient des étrangers – la différence entre les deux chiffres correspond, bien sûr, à des femmes suisses qui ont cherché le bonheur dans la diversité. En comparaison, la proportion d’étrangers à Bâle, quoique énorme en soi, n’est que de 32%.
Lire la suite

Les Allemands, plus les bienvenus dans certains quartiers de Berlin ?

Les Allemands, plus les bienvenus dans certains quartiers de Berlin ?

18/07/2011 – 16h30
BERLIN (NOVOpress) — Mardi dernier, la journaliste Güner Balci fit un tour dans Berlin avec Thilo Sarrazin pour tourner une émission de la série « Aspekte (aspects) », diffusée par la ZDF (seconde chaîne publique allemande). Ce tour comprenait aussi une visite du « Kulturzentrum anatolischer Aleviten e.V. » (Centre culturel des Alévites d’Anatolie). Mais devant ce bâtiment, un comité d’accueil constitué de membres de cette communauté l’a accueilli en scandant « Dégage ! ». Un incident que Sarrazin a commenté sèchement : « Ils se comportent de manière antidémocratique et confortent ainsi les préjugés envers eux ».

On pouvait jusque-là défendre l’opinion selon laquelle les Alévites ne seraient en fait pas de vrais musulmans, que leur conception de la religion serait modérée, qu’ils seraient bien intégrés, qu’ils participeraient activement au marché du travail et qu’ils s’insèreraient bien dans la société…

Les Allemands, plus les bienvenus dans certains quartiers de Berlin ?Güner Balci rapporte ainsi dans Welt.de : « Il se constitue, parallèlement à cela, un autre groupe qui ne cesse de hausser le ton, qui n’est absolument pas intéressé à nouer un dialogue et qui n’est pas disposé à permettre que d’autres le fassent. Car pour eux Sarrazin n’est ni plus ni moins qu’un raciste. Le fait que presque un million et demi de personnes aient acheté son livre et que chacune de ses conférences soit archicomble ne les intéresse pas. Ils vivent dans un monde où il y a des amis et des ennemis, et rien entre les deux. L’Allemagne, un pays rempli de racistes. Et parce que beaucoup partagent ce sentiment, notre visite à Kreuzberg a tourné court, le döner prévu n’a pas pu être consommé (…). Le groupe qui braillait devant son restaurant l’a menacé d’une émeute s’il acceptait de servir Sarrazin. Il s’était pourtant préparé des jours à l’avance à cette rencontre et avait pensé poser des questions intéressantes à l’ancien sénateur en charge des finances. »

La communauté alévite est restée murée

Juste un peu plus loin que le restaurant turc Hasir, situé Oranienstraße, se trouve la centrale berlinoise des nationalistes turcs, également appelés les loups gris. Leurs membres aiment manger au Hasir et Dieu sait qu’ils ne sont pas spécialement connus pour leur amour de la bonne entente entre les peuples. Mais cela n’a jamais gêné personne ici. Même la communauté alévite, si libérale et ouverte à tous, nous a fermé la porte au nez. On nous a fait savoir qu’après une discussion approfondie, on aurait changé d’idées et que l’on ne veut pas accueillir quelqu’un comme Sarrazin. Finalement, le chœur des agités entame un « Sarrazin doit quitter Kreuzberg », crie de plus en plus fort et de plus en plus vite et je sens, chez ces braillards, le sentiment que l’on éprouve lorsqu’on tient un « méchant » : « Nous sommes les gentils et nous nous serrons les coudes lorsqu’il le faut, même avec nos brebis galeuses – contre les autres. » »

Une vidéo de l’événement, tournée par les membres de la communauté turque, est disponible sur Youtube

[youtube width=500]ZQOu4Ljbl10[/youtube]